Sessions Carnassiers – Aout 2016 – Le Lot (47)


30 juillet au 13 Aout 2016, Sessions Lot (47).

Après des sessions découvertes du Lot l’année dernière au mois d’aout, et cette année pour l’ouverture au mois de mai, tout avait été programmé pour y retourner durant l’été. Cette rivière est mythique et les paysages associés magnifiques, cela devient de plus en plus une nécessité d’y tremper les palmes chaque année ! Elle regorge d’espèces diverses et les carnassiers sont bien représentés, à l’image des fameux black-bass, perches, sandres et autres brochets. Ajouter à cela, les fédérations locales sont vraiment très actives, de quoi aller prendre de la graine dans un cadre somptueux ! On a déjà effectué pas mal de repérage entre St Cirq Lapopie et Puy l’Evêques, cette fois ci, on continuera plus à l’ouest entre Puy l’Evêques et St Sylvestre sur Lot. Ce sera en mode team avec Pipo, CLC et LOL69, que l’on se rendra dans la région du Lot et Garonne vers Fumel, où un gite nous attends après 6h00 de route…


-> Coté hébergement, on avait dégoté, un gite pour 6 personnes, au calme sur 20 ha de terrain, à 7 km de Fumel et donc de la rivière, loué sur Internet après moultes investigations. Une maison traditionnelle en pierre jaune sur un domaine champêtre en lisière de forêt, pour profiter d’une nature sauvage et d’une vue dégagée, loin de toute activités touristiques.IMG_1135 - copie Bon, sur ce coup la on s’est fait plaisir, il y a moins onéreux pour profiter de cette région, encore faut-il s’y prendre tôt, comptez un an d’avance sur certains gites prisés en bord de rivière. Il y a aussi beaucoup plus classe mais il faut doubler le budget ! Bref, entre camping, ferme, gite, hôtel et j’en passe, vous trouverez location à votre porte monnaie tellement les possibilité sont grandes. L’accueil fût très conviviale, agrémenté d’une discussion avec le mari (pêcheur de carnassier et carpes) qui tournait plus autour de la pratique de la pêche que de l’état des lieux 😉 Quand les passionnés se rencontrent, la magie opère souvent, et ce sera l’occasion d’échanger quelques informations sur les spots du coin. Vous l’avez compris, ce gite possède toute les qualités pour recevoir des pêcheurs passionnés, un petit hangar pourra même servir de parking à votre barque et remorque ! Merci à la Famille M. pour leur accueil ! Location ICI.

> Coté Pêche et Spots, comme l’année dernière on a quand même fait quelques recherches Internet et il faut bien dire que les informations abondent. La fédération de pêche 46 est vraiment très actives et les AAPPMA locales suivent bien ! Dans le département du 47 (Lot et Garonne), l’ambiance semble évoluer vers un peu moins de perfectionnisme à la diffusion d’informations, et même si le tourisme pêche signifie quelque chose ici, cela ne semble pas aussi primordiale que dans le Lot (46). On profitera de dépliant pêche bien fait avec des « parcours » carnassiers numérotés, sur certains secteurs bien définis, avec carte IGN à l’appui pour l’emplacement des mises à l’eau, de la possibilité de pratique du bord, etc… On s’aidera des guides de pêche, tout en conservant notre esprit de découverte. On décide de prospecter encore et encore tellement les spots foissonnent. Les Spots pratiqués seront donc principalement les zones de Lustrac, St Sylvestre sur Lot (Penne d’Agennais), Condat et le Lac de Cassagnes pour finir. Comme vous le savez peut être, la rivière Lot serpente entre petits monts et mini plaine offrant des typologies et une hydrologie très variables. En arrivant dans le département 47, elle devient une rivière de plaine, plus large, la topologie moins vallonée lui offre une plus grande prestance. Coté bathymétrie, on avait bien mis la main sur quelques cartes qui rendaient bien compte de variations importantes, allant de 1 à 17m, tout dépendant des biefs pratiqués et de la pratique sur celui-ci, en aval du palier, au milieu ou au bout. On s’aperçoit bien que la grande majorité des zones profondes se trouve à l’aplomb des falaise ou de certains paliers, offrant quelques 8m de profondeur en bordure certaines fois, alternant avec des cotés attenant aux plaines sur les zones semi plate ou les champs de maïs ayant remplacés les vignes, côtoient la rivière de près et les hauts fonds très encombrés d’herbiers prédominent… Un canal de navigation est présent sur les zones navigables et offre 17m de fond par endroit, mais il n’est pas rare de trouver moins de 2m au milieu du Lot sur les biefs non navigables. Globalement, on pêchera dans 5m d’eau en moyenne sur tout les secteurs. On trouve des trous plus important et régulier sur les 8m plus en amont sur Caix, ou en aval sur St Sylvestre et l’on ira jusqu’à des fosses de plus de 12m bien localisées. Pour les 17m, il faudra descendre en dessous de Penne, en direction de Villeneuve sur Lot. Cette rivière est régulée, EDF est bien présent, des passes à poissons ont été déployées, et les paliers et écluses sont fréquents, environ tous les 2 km. Le Lot connaît de nombreux barrages sur son parcours. Ils se divisent entre deux catégories, en fonction de leur capacité de production. Son alimentation surtout pluviale, explique les sauts de son débit, les crues brutales d’automne ou de printemps qui peuvent prendre, parfois, un caractère catastrophique. Le débit du Lot a été observé sur une période de 64 ans (1937-2000), à Villeneuve-sur-Lot, ville du département de Lot-et-Garonne, située à peu de distance de son confluent avec la Garonne. Le bassin versant de la rivière est de 10 700 km2 à cet endroit (sur 11 254). Le module de la rivière à Villeneuve-sur-Lot est de 151 m3/s. Le Lot présente des fluctuations saisonnières de débit très importantes, avec des crues d’hiver-printemps, portant le débit mensuel moyen situé entre 193 et 289 m3/s, de fin novembre à début mai inclus, avec un maximum en février, et des basses eaux d’été, de juillet à septembre, avec une baisse du débit moyen mensuel atteignant le plancher de 32,5 m3/s au mois d’août. Sur notre séjour, il oscillera entre 30 m3/s et 60m3/s, autant dire un état de semi étiage, laissant place parfois à quelques poussées courte du à l’ouverture des barrages et le passage de certaines écluses.Le décors était planté, l’aventure Lot pouvait (re) commencé !

Lors de notre épopée dans le Lot et Garonne, nous avons pratiqué 4 biefs différents, entendez par la des zones inter-palier (écluse), s’appuyant sur les dépliants pêche et les conseils des locaux mais aussi et principalement sur notre flair et les cartes satellites. La parole locale est toujours à prendre avec parcimonie, et il faut savoir déceler le « vrai » du « faux », apprendre à vite cerner le pêcheur, son niveau, son état d’esprit, chose pas toujours facile en territoire inconnu. lustrac-aval-palierOn avait regardé quelques vidéos « Globe Fishing » ici et la, et cela nous avait permis de retrouver les spots en question, notamment celui du Moulin de Rigoulière sur lequel ils pêchent, et auquel ils font rapidement allusion, en parlant de gite… et oui, celui la se loue aussi, il faut s’y prendre plus d’un an à l’avance. Ce sera déjà une idée pour le choix des spots à venir, nous irons sur les traces de Globe Fishing, à la recherche du Moulin mais aussi du « moucheur de Bass » local… Avant cela, CLC aura le flair des grands, comme souvent, nous proposant l’alternative locale, à laquelle il préfère ne pas se vouer et comptez sur son ressenti personnel si souvent efficace. Il nous faut aller loin de toute trace de vie humaine, sur des biefs sauvages nous dit-il ! On optera pour le bief amont de Lustrac dès le premier jour, un choix qui, et nous ne le savions pas encore, rythmera notre séjour… quand CLC à la clef, ne pas la lâcher 😉 LOL69 arrivant à mi séjour, avec une faim aiguë de brochet, nous fera opter pour une option Caix en mode trac bec d’été sur une journée, un spot plus en amont, que l’on a déjà pratiqué 4 fois. On ira également se faire remué les Floats sur Condat, erreur de jeunesse, fatigue de fin de séjour, le manque de vigilance nous enverra sur un spot de ski nautique par jour de grand vent…no comment…

pictograms-nps-fishingSpot Lustrac. C’est donc sur une inspiration « CLCienne » que l’on ira embarquer juste à l’amont de l’écluse de Lustrac, petit lieu dit accessible par le village de Ladignac, attention les GPS et Google Map possède une erreur sur le nommage des lieus dit ici, reporter vous à notre plan Google Map au dessus. Ici, il est possible de pêcher à pied sur quelques centaines de mètres et d’embarquer en Float-Tube ou avec un bateau sans remorque pliable ou autre (que l’on peut porter ou faire glisser).lustrac-malL’ancienne mise à l’eau étant recouverte d’une boue épaisse qui laisserai les meilleurs 4×4 dans l’incapacité la plus totale. L’accès en voiture berline est possible et propre, il y a de la place pour se garer, et à l’ombre. bord-view7L’ambiance sauvage sur fond de bruit de palier ou l’eau s’écoule inlassablement, nous laisse plein d’espoir, le lieu regorge d’arbres immergés, mort ou pas, de multiples végétaux, dont les ronces, des nénufars par endroit, toute cette nature plongeant dans la rivière semble faire corps avec celle ci, comme si elles ne formaient qu’une unité, propice au développement et à la vie de toutes espèces et notamment celles que nous sommes venu traquer. C’est le coeur palpitant que nous embarquons, que la chaleur infernale n’arrange pas, nous obligeant au mouillage de casquette toute les 30 minutes.bord-view5 Chaque jours le rythme est bien réglé, la partie s’effectue en mode vacance, de 14h à 21h30 heure légale en vigueur. On attaque chaque fois sous des chaleurs avoisinant les 35 degrés, et à part une journée couverte, le soleil nous accompagnera tout le long du séjour. Alors c’est pas les meilleurs moment pour réussir des parties folles mais les bains de soleil font partis du programme, nous sommes aussi ici en vacances en quête de repos, d’un rythme adapté à l’envie de chacun, de se pavoiser, et profiter d’autre chose qu’une pratique effréné de la pêche, le plaisir avant tout ! On attaquera forcement tous aux leurres de surface, tellement les expériences passée nous avaient procurer du résultat et du plaisir sur ces leurres, c’est aussi l’occasion de voir si le poisson est actif. Certain au StickBait Samy 65, d’autre au Poppers de différentes tailles en privilégiant les petites (<5cm). Quelques poissons répondent mais timidement, Pipo lèvera le premier poisson du séjour et un chevesne de 40+ avant d’apercevoir le premier black-bass derrière son Stick, laissant tout le monde dans une légère euphorie ! chev-40Nous avions après quelques minutes de pêche la certitude de passer du bon temps, les poissons peuvent répondre en surface et les bass sont bien présent sur ce secteur. Il faudra cependant user de leurre souple créature ou type shad pour que les bass répondent sur des coulées très lentes, certaines fois les montages weightless fonctionnent mieux, d’autre fois il faut descendre plus rapidement pour voir sa ligne partir latéralement et ferrer sec en sens opposer pour accrocher ses petits monstres qui savent bien se dépiquer lors de leur danse et saut de surface.bass-lustrac En remontant le bief, on tombe sur des ilots formés par d’immense massifs rocheux, les fonds jonchés d’arbres morts et de rochers donne une image d’apocalypse, c’est le lieu ou les carpes communes semblent se réunir, entre les aperçus dans les palmes ou les innombrables saut en surface qui font des bruits de bombe, cet endroit est habité par des spécimens dont certaines avoisinent les 15 kilos. On verra un sandre et de nombreux chevesne et black-bass errer ci et la dans cet univers à la fois apaisant et troublant.lustrac-ilots Nous sommes impressionné par la quantité de poisson présent sur site, et même si l’activité semble nulle, on en voit partout ! Sous chaque souche, chaque arbre noyé, derrière les rochers, ou que l’on regarde, on aperçoit du poisson ! On en oublierai même de pêcher, chacun comtemplant, commentant à son tour sa vue du moment entre étonnement et fascination. Ce Lot nous accueil d’une manière bien particulière, cette opération semblerait même « marketé », comme un show room vivant sous vos pieds, les black-bass venant par banc jusqu’a vos palmes vous observer de près lorsque vous aller décroché un leurre mal lancé dans une branche en bordure, lorsque vous les regarder, ils partent comme des fous, mais sinon ils semblent très curieux de nos occupations, très intéressé par ces hommes flottant qui viennent batifoler dans les branches comme eux ! Je suis persuadé qu’une nage aquatique avec eux aurait été possible tellement la convivialité semblait reigner dès lors que l’on ne sortaient pas les leurres…! On reste confiant et l’on sait que le marketing plein la vue n’est pas  la caractéristique de cette région, pourquoi les poissons y échapperaient-ils ? Héhé, la magie du lieu opérera quelques heures plus tard, on le savait que trop 😉 toute cette petite faune aquatique disparaitra des viseurs mais deviendra « active », au moins un moment. L’occasion de lever les premiers Bass, des doublés sont même effectués sur certains spots. Ils répondent bien au StickBait Walking the Dog, Samy ou Naja,  tandis que les chevesnes semblent plus réceptifs sur les poppers ! bass-lustrac4Certains attaquent à la tombée, à la plus grande joie des protagonistes qui voit le leurre exploser en surface. L’occasion pour Pavince de signer le premier « Big » du séjour et 36 cm bien fat et énergique, arraché des branches ou il avait élu domicile pour chasser !bass-36 Quel plaisir d’avoir trouvé ces poissons que nous étions venus chercher, et si rapidement, nous ne sommes pas des spécialistes, nous ne connaissons pas la rivière, et le black n’est pas un poisson que nous pratiquons tout au long de l’année, à notre plus grande peine, il faut donc apprendre sur le tas, tout en feeling, en appréhension, l’empirisme est la méthode des prospecteurs autodidacte, nous n’y échapperons pas !bass-lustrac5 Le travail au sondeur est primordiale afin de découvrir les zones propices, car au dessus de l’eau il n’est pas facile de différencier les postes tellement tout se ressemble, un arbre peu être immergé dans 2m d’eau comme dans 8m, le fond peu être vaseux, pierreux ou encombré, la stratégie d’attaque du poste peu varier grandement. A titre d’exemple, les troncs immergés ici repose dans 8m10 d’eau !trons-immerges Quelques jolis arbres noyés pour les yeux avertis qu’il peut être intéressant de pêcher en verticale notamment…… arbreLa présence de plantes aquatiques forme également des postes typiques, et n’étant pas présentes tout du long, il faut trouver les zones encombrés et étoffées, de faible profondeur, offrant ces jungles aquatiques ou les black et potentiellement du brochet peuvent se tenir.bord-view3 Vous ajouterez à cela la présence de courant ou pas, l’emplacement de pêche sur le bief joue incontestablement, et même si des exceptions existent, la règle semble se dessiner, en aval des paliers ou le courant est prononcé, on trouve plus facilement les chevesnes, au milieu, sur les zones plus calmes, les black font leur apparition, puis à l’arrivée du palier aval, le courant augmentant de nouveau, les bass disparaissent et les chevesnes reviennent bien. Bien évidement tout cela n’est pas linéaire et scindé, les poissons cohabitent et vous prendrez toujours un bass plein courant sous palier un soir venu lors d’une chasse et un chevesne dans un bras mort ou une zone de repli très encombré et calme.chev-40-2

Chose confirmé lors de nos sessions futures sur ce bief, on embarquera tantôt juste sous le palier sur le lieu dit « Les Ondes », puis une autre fois au milieu du palier sur la commune de Ladignac après avoir trouver le spot d’embarquement depuis la rivière. De cette façon, on pourra couvrir la totalité du bief, chose impossible sur une journée de 6/8h de Float-Tube, il vous faudra segmenter l’approche afin de profiter au mieux de toutes les possibilités qu’offre cette partie la du Lot. Et que de possibilités ! La stratégie en est d’ailleurs chamboulé, il faut revoir nos habitudes tellement les postes « marqués » sont nombreux. En réalité, tout est poste « marqué », il est donc compliqué de trancher, entre une stratégie qui consiste à peigner chaque poste, chaque frondaison, chaque insert, chaque souche, ou la stratégie de choix de poste « très marqués », entendons par la les postes qui cumulent toutes les caractéristiques que peuvent offrir les autres types moins fournis, avec souvent la présence d’arbres morts semi immergé, de nombreux végétaux en dehors et sous l’eau, une profondeur judicieuse et de l’ombre. herbiersDans ce dernier choix, on attaque le poste puis on palme jusqu’au prochain que l’on estime « très marqué » en essayant de résister aux nombreuses tentations que l’on laisse derrière soit pour les autres pêcheurs. Dans tous les cas cette attitude est à respecter si l’on souhaite que tout le monde prennent du poisson, lorsque vous vous suivez en Float-Tube, à quatre, il faut respecter certaines règles.bord-view6

Sur les premiers passages Pavince passera en tête, sondeur en fonctionnement afin d’y comprendre un peu plus sur la topologie très variables des bordures, y compris sur une même rive. Sur le bief les profondeurs vont de 0,5 m à 8m dans le lit et les bordures atteignent parfois les 6m à l’aplomb ! Grace au sondeur on trouvera pas mal de zone de moindre profondeur, située entre 2m et 3m50, très fournie en plantes aquatiques et en arbres immergés, ou de nombreux black se tiennent, cela permet d’insister sur ces postes la et le résultat est la, les prises s’enchainent sur les postes choisis judicieusement. chev-40-1Sur le séjour, on fera varier les stratégies et les patterns, mais celle de recherche au StickBait en power fishing de poste « très marqués » semble avoir été la plus productive.bass-lustrac6

Tout le monde pourra exercer son talent et à sa manière, CLC ira de ses bass au leurre souple type shad 2″ coloris imitatif, et un nouveau record pour lui à 29 cm ! Il prendra ses premières touches au leurre de surface toujours très impressionnantes quand on découvre.clc-bass Il ne manquera pas de s’offrir son record chevesne avec 33 cm pris au leurre souple s’il vous plait, et même si cela ne constitue pas une prise de chevesne record du Lot, cela lui permet de gouter au joie de ce poisson trop souvent sous estimé dont les touches et les combats savent procurer plaisir et bien être au pêcheur qui savent l’apprécier. LOL69 pratiquant plus au CrankBait cherchera plus spécifiquement un bec à l’affut dans les frondaisons ou les arbres morts. Il décidera un joli bass et un chevesne de belle taille ayant succombé au popper, 48 cm pour lui. lol-chevIl fera monter un bec de 50/60 cm au milieu des arbres, qui montra taper son DT Fat 1ft, mais s’en s’y accrocher, on entendra juste notre john s’écrier au bec Lotois, par courtoisie il seront au moins venu saluer notre John national ! lol69-bassCela ne sera pas la seule rencontre avec un bec du Lot, c’est Pavince qui profitera de ce moment exquis ou il pêchait avec un micro popper, au ralenti, dans une mini anse, qui pour le coup, ne présentait aucune caractéristiques particulière, un poste pas marqué de chez pas marqué ! C’est une attaque de surface sournoise et inattendu qu’il subira, le brochet attaquera de biais, sortant complément de l’eau, pour traverser le bas de ligne au dessus du leurre en se loupant complètement, pas de coupe mais un bas de ligne sévèrement abimé qu’il faudra changer ! La aussi, une jolie politesse Lotoise à laquelle on est habitué dorénavant 🙂lustrac-aquarium

Ce bief occupera une bonne partie de notre séjour car c’est sur celui-ci que nous sommes le plus tranquille et que nous verrons le plus de poissons, et que nous effectuerons la plupart de nos prises. Une nouvelle carte iNav verra rapidement le jour à partir des nombreux logs sondeurs que l’on pu enregistrer à ces occasions. lustrac-amontPipo aura droit à une attaque de surface qui raisonnera dans le bief, jusqu’aux oreilles de ses acolytes qui pourront profiter au passage de ce qui semblait être une attaque de silure au vue de la masse d’eau déplacé et du bruit provoqué par le splash en surface. Chose confirmée une fois le contact établi et le combat commencé, en canne light, avec un petit popper au bout, il faut s’accrocher tant le combat est inéquitable. Il tiendra son poisson un bon moment, on en voyait même le FG Knot (noeud de raccord tresse/fluoro) apparaitre à la surface, signe que le poisson n’était plus très loin, mais c’était sans comptez sur la puissance des mâchoires de ces bestioles, qui viendront à bout des hameçons triple du popper no-name de Pipo, nous verrons plus tard qu’il aura plus de chance avec l’emploi de celui-ci… Silure décroché et bas de ligne rempli de mucus, une belle émotion Lotoise encore…pipo-silure Il se consolera avec des séries de parpaing de chevesne de 55+ pris en surface. Le Lot abrite des spécimens de chevesne assez impressionnants, atteignant des tailles appréciables pour une pratique aux leurres avec de belles sensations tant à la touche, que lors du combat, surtout quand il a lieu dans le courant et sur des cannes légères. La possibilité de les pêchés aux leurres de surface dans le Lot nous a définitivement fait apprécier ce poisson que nous avions du mal à estimer tellement ceux du Rhône à Lyon sont sauvages et difficiles à prendre.chev-55 Dans cette rivière, ils semblent moins craintifs du point de vue des leurres, ou bien leur habitudes et opportunité de nourriture se trouve plus proche de la surface que chez nous et ils sont donc habitué à prendre sur la pellicule ce que les nôtres refusent à longueur d’année. On ne saurait donc se priver d’une telle opportunité de pratiquer en surface sur ce poisson qui, les jours ou les bass ne répondent pas, vous permet de profiter d’une partie de pêche productive, amusante et enrichissante, et avec des records à la clef à chaque fois, Pavince pourra lever le premier 60+ de la Team, et une bonne série de 55+ tous pris aux leurres de surface, popper ou Samy 65 coloris argenté. chev-57Bien souvent les gros spécimens attendent la tombée du jour par ces grosses chaleurs d’été, ils occupent aussi les meilleurs postes, à l’ombre, en tête de courant lorsque les arbres morts devie le courant dans des zones de nutritions, ou se réfugie le petit fourrage présent en très grosse quantité. Le soir, le fourrage se regroupe sur les lieux ou les moucherons sont présent et sautent hors de l’eau pour les gober en l’air, frénésie de groupe, ces chasses donnent lieu à de ballet subtile. Les gros cabots (puisque c’est comme cela qu’on les renomme dans le Lot) ne sont jamais très loin, embusqués derrière un tronc noyé, ils sont à l’affut du moindre bruit.chev-50-2 Certaines fois l’impact décidera la touche, le poisson pouvant se déplacer sur plus de 3m en un éclair pour venir se saisir violemment du leurre, sur ces phases la les poppers rapportent  logiquement le plus, sur d’autres fois cela le fera fuir, et il faudra tenter des arrivées en douceur, en toute discrétion, afin de ne pas éveiller les soupçons de ces redoutables chasseurs, et entreprendre ainsi une animation de surface plus lente et discrète avec un SitckBait par exemple. En variant ces techniques on pourra lever plus d’une dizaine de chevesnes dépassant la barre des 40, et 5 parpaings dépassant les 50, et un score à 60 cm !

Coté black-bass, le secteur semble plus que propice, nous avons aperçu énormément de modèle de 30/35 cm, quelques petit entre 15 et 30, et deux trois gros à 40+, dont un décroché par Pavince le premier jour, extirpé des herbiers mais cela ne suffira pas, l’engin ira se garer sous la masse végétative en sortie de touche, malgré une canne très haute et un ferrage appuyé, il ne pourra éviter les saccades qui suffiront à dépiqué ce furax du cover. bass-lustrac7Les spots à bass foisonnent sur ce bief, et la vision de certains nous rappelle les dessins dans les livres d’aquaphyle, des postes d’écoles, tout y est, voir plus… Le plaisir est immense chaque mètre, lorsque vous découvrez le poste à venir, certaine fois, on se surprend même à pêcher dans sa tête le poste suivant avant même d’avoir achever son animation précédente, s’en est déconcertant. Pour autant il ne seront pas très joueur tout le séjour, les locaux nous disaient les bass complètement absent, pour le coup on en voit beaucoup, mais ce qu’ils voulaient surement dire, c’est qu’ils n’étaient pas mordeur. Effectivement, il fallait savoir aller les chercher, mais on trouvait toujours un poisson actif, la taille n’étant pas une fin en soit, on débusquait souvent de quoi nous amuser, que ce soit au leurre souple manié très lentement dans le fond, voir poser sur le fond, ou de manière plus énergique en surface, on en ferra une bonne quantité pour notre petit niveau ! C’est sur la partie centrale du bief et sur la rive la moins exposée au courant que le plus grand nombre seront pris. bass-lustrac2Est-ce notre obstination à essayer de comprendre la pêche comme ceci qui fait le résultat ou une réelle approche du cadre de vie des bass et de leurs présences sur ces endroits précis ? Les statistiques sont la et parlent d’elle même.

En ce qui concerne les perches, elles seront vraiment difficile à localiser, elles ne se tiennent pas en bordure qui sont déjà très habités mais semble plutôt se situer entre 3m50 et 7m d’eau à une vingtaine de mètre du bord. On voit éclater ci et la de temps en temps des chasses en plein milieu du Lot mais bien souvent la distance de lancer est trop importante pour jouer le coup du détournement de chasse souvent efficace. Comme si cela était fait exprès d’ailleurs, elles sont malignes et semblent attendre notre passage avant de recommencer leur poursuite infernale de surface. Des fois les chasses ressemblent plutôt à de gros gobages, provoquant un bruit sourd et sec de chassement de bulle d’air, exactement comme le bruit d’un popper, elles n’ont même pas besoin de courser les petits alevins tellement le nombre est important et se contentent de taper dedans d’un simple gobage, d’une grosse aspiration. perche-28Heureusement, certains, ayant l’oreille bien tendu et surement plus de chance que d’autre, auront l’occasion de jouer le détournement sur ces deux type de chasses. Pavince jouera le popper sur le rond laisser par un gobage sourd et bruyant et pourra déjouer une belle de 32 cm bien fat, puis une autre fois sur une chasse plus classique, détourner la perche de son alevin et la faire suivre le StickBait manié en mode supra turbo twich et faire de nouveau une bien fat de 32 cm ! IMG_0300Globalement sur le séjour en dehors des exploitations des chasses, on arrivera à en faire dans des zones éloignées de 10 à 20 m du bord, relativement profonde, effectuant des parallèles à la berge plutôt que des perpendiculaires ou des transverses, elles répondront bien au popper manié par à-coups lents, et bien espacé, l’idéal étant d’avoir beaucoup de fil dehors et d’effectuer des à-coups en montant le scion vers le haut et non latéralement, cela confère une sonorité unique au popper et faisait monter les perches dans 6m d’eau !perche-26 Toute les perches capturés font plus de 26 cm, plutôt rare pour nous qui sommes plutôt habitué à côtoyer de la 10/12 😉

Le bief de Lustrac aura notre coup coeur séjour, il représente tout ce qu’il y a de bon pour la pratique de la pêche des carnassiers. On aura vu, black-bass, perche, brochet, silure et sandre, sans oublier chevesnes, et autre cyprinidé, carpes, etc… ecluse-amont-lustracLe bief est calme, on verra un seul bateau sur le séjour, la nature est belle et sauvage, les bordures ont été préservés, ce qui n’est pas le cas de tous les biefs du Lot et Garonne.

pictograms-nps-fishingSpot St Sylvestre. C’est donc sur les traces de cette fameuse vidéo Globe Fishing que nous entreprenons notre quête du Moulin et du moucheur… Après un repérage Google Map minutieux, il en ressort que la principale difficulté comme souvent, est le lieu d’embarquement. palier-lustrac-avalLes distances en Float-Tube étant « limités », il nous faut calculer juste pour entrevoir une partie correcte et sans trop palmer. Et c’est la que le bas blesse, il est quasi impossible de trouver un lieu pour embarquer en rive droite, à l’aval ou à l’amont proche du Moulin. En rive gauche, il y a bien l’embarcadère de la ferme du Cercay, mais le temps pour y aller est plus grand et nous ne connaissons pas la profondeur à l’aplomb du bas port, avoir pied est plus confortable pour embarquer avec les Float-Tube remplis d’électronique, vidéo et matériel de sondage… sylvestreC’est pourquoi nous choisissons d’embarquer une première fois juste à l’aval du palier de Lustrac, puis nous y retournerons plus en aval. Ici, on se laissera glisser au départ puis il faudra remonter le courant le soir, une partie risquée mais nous n’avons guère le choix pour profiter de ce secteur. Sur les vidéos, ils remontent jusqu’à ce palier, la zone devrait être intéressante. Sur les premiers 200 mètres il faut palmer et s’éloigner d’une zone déjà trop fréquenté par les baigneurs, bateaux et kayak. On se laisse aller dans le courant en découvrant des bordures plus profondes qu’a l’amont du palier et surtout moins sauvages. Sur ce bief, les bordures sont plus « propres » et surtout plus profondes.bord-sylv La nature toujours bien présente fait moins corps avec la rivière, de nombreuse pompe à eau ont été installé en bordure, et beaucoup de pontons de pêche privatif occupe l’espace disponible sur le bord. Bizarrement très peu d’arbres morts immergés sont présent, et à regarder les bordures cela semble bizarre, tout le potentiel est réuni pour que de beaux arbres tombent dans l’eau, le lieu semble plutôt avoir été nettoyé. Chose qui nous sera confirmé plus tard par un pêcheur local. La municipalité, craignant les accidents liés aux loisirs de navigation entre autres, a fait nettoyé les bordures sur les bief à forte fréquentation, et celui de St Sylvestre n’y a pas échappé. Les arbres ont été enlevés laissant les bordures orphelines nue, épargnant certaines fois des récalcitrants ou non dérangeant qui deviennent des pièces rares. bordure-arbresOn passe du bief calme et sauvage, à un univers plus peuplé et nettement moins rustique, il faudra s’adapter aux vagues des bateaux, aux bruits des pompes à eaux des agriculteurs, aux cris des gens sur les embarcations, au courant bien prononcé sur cette partie aval au palier de Lustrac, et à des pêches en eaux plus profondes, les bordures nous laissant parfois dans 7m50 d’eau, le lit atteint les 12m ! Fini la découverte en mode « indiana jones in the jungle » il faut tout revoir ici. Les pêche en surface ne donne rien, le vent bien présent n’y étant pas étranger. Cela nous oblige aussi à grammer plus fort les leurres souples et à entrevoir la pêche autrement. Nous utiliserons ici beaucoup plus des montages à base créatures, ou écrevisse, monté en texan plombé 5/7 grammes afin de descendre en léchant les parois. Il faudra attendre un moment avant d’entendre un membre de la team s’écrier au contact, Pavince ayant été pris à la tombée dans un arbre immergé, tentait d’extraire ce qui semblait être un tronc, la canne pliée en deux en mode rétro-pédalage pour écarter le poisson du bord, le combat pourra commencer dans le courant avec deux rush débouchant sur un décroché alors que Pavince contrait le poisson, le leurre replié sur l’hameçon sans aucune trace de mucus mais avec de belle trace de dent… Plus tard et alors qu’il faisait une pause clope sur une mise à l’eau bétonnée bien propre, Pavince pourra croiser une barque qu’il avait précédemment saluer de loin plus en aval quelques heures auparavant, et aura le plaisir de découvrir, et sans s’étonner, le fameux Moucheur de black-bass du coin aperçu sur la video. A défaut d’avoir su localiser le poisson Pavince trouvera son chasseur, chose qui peu s’avérer aussi utile pour optimiser ses parties de pêche. Chose qu’il ne manquera pas de faire en échangeant avec ce monsieur fort sympathique et partageur. Il nous fera part de ses expériences, anecdotes du moment, et partagera volontiers quelques postes de pêche.bass-aero Aujourd’hui la pêche est difficile, il n’a rien touché, nous si, mais on n’a rien pris lol, 1 silure et un bass de 35 décroché au Float…, ce sera le premier capot général du séjour.

Une autre fois, on retournera plus à l’aval sur le bief en visant toujours le Moulin. On tentera quelque routes de traverse à la nationale mais des barrières vous coupent régulièrement le chemin, laissant l’accès privé aux quelques privilégiés qui possèdent de belles propriété en bordure de rivière. Cela nous enverra juste à l’amont de St Sylvestre, proche d’une usine qui dégage une odeur assez désagréable. Au moins, on peu poser les voitures et embarquer à proximité, pour vite s’éloigner de cette odeur néfaste à toute concentration ! Elle nous lâchera qu’après de longue minutes de palmage.  Sur un petit shad 3″ orange monté texan, Pavince déclenchera un petit bec qui sortira d’une masse de ronce noyée à la tombée mais qui disparaitra aussi vite qu’il n’était apparu. Plus loin, c’est un joli bass de 30 cm qui sera capturé à la créature écrevisse orange et grise dans 5m d’eau, une longue coulée qui donne lieu à un déplacement de ligne latéralement, pas de doute le poisson a le leurre en bouche, il faut ferrer ample et fort dans le sens opposé pour piquer le poisson, surtout en montage texan.

A mi parcours, on entrevoit le fameux Moulin au loin, mais il faut se rendre à l’évidence, et on l’avait pressenti, il ne nous sera pas possible de le rejoindre sans passer deux heures uniquement à palmer pour rentrer.palier-lustrac-aval Il faudra revoir nos envie de ce spot, ou alors trouver le lieu d’embarcation adéquate pour pratiquer la en Float-Tube. On s’arrêtera casse-crouter en bordure dans un endroit idyllique ou une petite cascade habite le fond d’une mini anse, des saules occupent les abords, un appontement naturel formé des troncs liés ensemblent nous offre un endroit sympathique pour manger, et deux chaises nous tendent même les bras, merci aux propriétaires, que nous remercions, elles ont été nettoyés et remise en place. Cet endroit serait idéal pour embarquer une prochaines fois et ce, plus près du Moulin, mais le petit chemin qui remonte débouche dans une propriété privé…il faut se résigner…

Après manger on rentrera par la rive opposé, optant pour les même stratégies, à 4 pêcheurs, on couvre bien la couche d’eau et on peux potentiellement trouver plus vite le pattern rentrant. Seul Pavince montre des signes de faiblesses l’obligeant à de nombreuses pauses à l’ombre pour cause de fatigue aiguë et intense. Il décidera de palmer uniquement, espérant un retour sur terre rapide afin de palier à ses vertiges et manque fatal d’énergie, vidé comme on dit, impossible de lever les bras, tenir une canne est devenu impossible, plus tard on conclura à l’intoxication alimentaire après investigations plus poussée. Pour lol69 et Pipo rester plus en amont, la partie se déroulera plus calmement, ils pourront profiter d’une fin de journée avec moins de bruit, moins de vent, et plus de place pour pêcher ! CLC ayant accompagné Pavince dans son désarrois et incompréhension de ce qui lui arrivait sur ce coup la. Les deux restants pourront profiter d’un coup du soir plus productif, surtout pour Pipo qui sait souvent profiter de phase que seul lui sait ressentir. La concentration toujours au maximum, même après 6 heures de Float-Tube, lui permettra de réussir le lancer parfait et l’animation qui viendra déclencher le monstre du lieu alors qu’il longeait le mur d’un ancien bassin attenant au Lot. Après quelques coup de popper (souvenez vous, celui que le glane avait tordu), il sentira sa ligne comme happer, aspirer, dans un bruit de fuite d’eau très propre aux perches mais avec une sonorité si roque que la taille de la bouche ayant engendré ce son la ne pouvait être celle d’une perche… Le combat pouvait commencer, sur une canne light, moulinet Exage 1000 grinçant à chaque rush de la bête, la canne plie bien et absorbe les coups de tête féroce de tel spécimens. Il faut gérer sans trop tarder, le temps jouant contre vous pour les décrochés.
pipo-bass50En gérant bien les derniers sauts du poisson et ses derniers rush, lâchant toute son énergie, il pourra lever the bass du séjour et battre ainsi son record personnel et le record team à 50 cm ! pipo-bass50-2Pavince, malade sur le bord, le deviendra encore plus lorsqu’il apprendra avoir rater la vision d’un combat digne de ce nom et avec un tel spécimens qu’il est toujours agréable de pouvoir contempler en direct…IMG_0321 On finira la journée à plier les Float rêveur de revivre rapidement une telle expérience, mais aussi en échangeant sur les nappes de « pétroles » apparue et qui collent au Float-Tube ?!… IMG_0325Ce bief qui nous avait apparu peu propice, ou que nous avions moins bien appréhendé nous aura donné le poisson record du séjour malgré tout !

pictograms-nps-fishingSpot Caix. Changement de cap sur une journée, on retourne en terre connu, pour faire découvrir à lol69, avide de brochets, un spot sur lequel on avait déjà pratiqué l’année dernière et au mois de mai cette année, la base de loisir de Caix. Situé en amont du barrage de Luzech, la topologie plus calme, profonde, offrant de nombreux haut fonds est idéale au développement du brochet, c’est pourquoi la densité de brochet sur ce spot est légèrement supérieure à d’autre bief. L’AAPPMA locale effectue également un bon programme de lâcher chaque année. bass-caix3On effectuera à peu près le même parcours que les fois précédentes, remontant en rive droite, revenant par la gauche pour terminer sur le fameux plateau haut fond en mode cover. On fera quelques petits bass en remontant, signe qu’ils sont aussi présent ici, chose pas évidente au vu des témoignages récoltés et des expériences, Pipo avait fait un petit de 20 cm mais plus en aval. En dehors de cela il faudra attendre le coup du soir et l’arrivée sur le plateau d’herbiers en face de la base pour voir quelques actions se réaliser. bass-caixPavince pourra expérimenté ce qu’il était venu chercher, entre autre, une pêche de surface dans le cover… En dehors des traditionnelles grenouilles monté texan, que Pipo avait laisser à un bec l’année dernière ici même, il n’y a guère de possibilité en surface tellement le cover est dense. Il y a bien quelques travée mais elles sont courtes et il faut bien passer dedans à un moment ou un autre. C’était sans compter sur la détermination de Pavince à trouver l’alternative, et il avait depuis quelques mois entrepris la recherche de ce qu’il imaginait, quelqu’un avait forcement créé la chose…, un StickBait SoftBait monté texan… les poissons ne doivent pas avoir beaucoup l’habitude de voir passer cela au dessus de leur tête et dans le cover, les grenouilles un peu plus… Il avait donc entrepris ses recherches mais à part un particulier près de Narbonne qui fabriquait lui même les leurres et les commercialisai avec 3 semaines de délais, personne ne proposait quelque choses, il ne trouva pas grand chose. A force d’abnégation, et en regardant du coté des pêche du SneakHead, fameux poisson carnassier Thaïlandais notamment, il pourra trouver ce qu’il cherchait, le dénommé Serpentino !!! La chose existait donc, et comme il l’avait imaginé, montage double texan intégré sur armature, Stick walking the dog SoftBait, avec plomb arrière pour équilibrage et possibilité de lestage par remplissage d’eau, le nec plus ultra, designer pour un poisson comme le SneakHead, sa solidité devrait être correct également. C’était donc le moment de sortir ce leurre acheté spécialement pour ce type de topologie, pour ou grâce à ce spot devrais-je dire. serpentinoPour avoir vu quelques vidéos de la chose en action Pavince ne met pas longtemps à dresser l’objet et ses « 6 » nages différentes, fonction de la quantité d’eau présente dedans, de l’amplitude et la fréquence de twich. Il opte pour la classique leurre vide, animation courte au premier lancer, puis leurre à moitié rempli, animation toujours courte et rapide au deuxième lancer, puis on vide le leurre en le pressant et on recommence… On peux aussi le remplir complètement et il optera pour une nage plus enfoncée, en limite du sub-walking. Il est possible de le lancer à une vingtaine de mètre sans forcer, voir plus si vous mettez de l’eau et le paquet, j’en ai presque vidé ma réserve de tresse de 60m en traversant un plan d’eau sur la fin du séjour. J’ajouterai que le leurre ne possède pas de bille, le bruit provoqué est uniquement du à l’eau qu’il brasse de part sa masse et les twich imprimés. Et la magie commença à opérer, sur les premiers lancer, l’attaque ne se fera pas attendre et fut à hauteur de l’animation proposée, rapide et courte, mais d’une grande violence, le poisson adapte forcement son attaque et le résultat n’en est que plus impressionnant. Sentant le contact lourd dans la canne, Pavince pourra ferrer fort mais canne un peu trop basse, laissant la chance, à ce qui semblait être un gros bass de 40+, de sonder immédiatement dans le cover, et malgré la montée en traction forte, le bass pourra se dépiqué laissant Pavince avec une belle mouture d’herbier sur le Serpentino…caix3 Beau résultat en tout cas, après une journée assez maussade en touche, voila que ce petit nouveau nous lève du poisson après quelques lancers, et il ne s’arrêtera pas la. Plus loin et toujours dans le cover, ayant débuter son animation courte et rapide dans une travée, Pavince commencera une traversée de cover lorsqu’en plein milieu un brochet jailli des flot, par le coté, avec une violence inouïe, sortant une fois de plus complètement de l’eau, mais 50cm derrière le leurre, un raté du à la vitesse de l’animation. Sur des animations plus lentes, ce leurre ne déclenchera aucun poisson sur le séjour, alors qu’en mode rapide il nous montrera 3 brochets et deux gros bass, unique ! Le hic c’est qu’aucun poisson ne s’y accrochera, soit par loupé à l’attaque, soit par ferrage trop hâtif du pêcheur, assez inhabitué à ce type de pêche et d’animation si folle. Le Serpentino s’en souviendra, pour preuve les nombreuses traces de dents signe que les poissons ne se sont pas toujours loupé mais que l’erreur venait bien du pêcheur également, il perdra aussi son plomb d’équilibrage après quelques contact, heureusement un spare avait été prévu mais dans un autre coloris, celui la ne donnera rien… serpentinoCoup de coeur sur ce leurre pour ce séjour, il est à suivre de près et à avoir comme alternative aux grenouilles dans sa boite. Ayant terminé la partie cover, Pavince entamera la classique parallèle au haut fond, au niveau d’une légère cassure passant de 1m50 à 2m50 et plus. Il avait eu un suivi de 70/80 au mois de mai et ces trajectoires offrent la possibilité de pêcher au cranck dans des herbiers montant au beau milieu d’arbres morts et tronc coupé, le tout dans un ballet incessant de banc de petit blanc. Le sondeur perd la boule le long du haut fond tellement les échos sont présent, signe qu’il faut insister sur ces zones, c’est d’ailleurs en lisière du haut fond que Pipo s’était fait couper l’année dernière. Le DT Fat proposé prendra rapidement sa tape de bec mais inferrable, laissant Pavince furax, l’obligeant à peigner le restant du coup du soir sur zone avec toute sorte de proposition, sans succès. Pipo prendra son lot de petite tape également sur ces trajectoires mais au leurre souple, les petits sandres présent auront raison des paddle de ses petit shad… Puis pour finir CLC et lol69 prendront leur touchette et décroché du soir, perche ou petit bec, les touches étaient minimes et donc difficilement exploitables. Les becs de Caix se seront montrés mais timidement, nous laissant sur notre faim mais amusé par le résultat du Serpentino. Il faudra revenir…

pictograms-nps-fishingSpot Condat. Pour finir nos sessions, on ira un jour de grande déconcentration, faire un test sur le bief de Condat. Je ne sais quel manque d’esprit nous a touché, mais on a entrepris le pire du séjour cette journée la. condatEffectuer une sortie sur un spot de ski nautique et par jour de grand vent. Faute de vigilance sur la météo et mauvais repérage du spot vous rendent la tache difficile. Pourtant le spot sent bon et les bordures quoique plus marquées et profondes car juste à l’amont d’un barrage, offre des topologies intéressantes et variables. Seulement voila, elles sont marrons foncée tellement les vagues répétitives des bateaux chamboulent cet univers certes chaotique mais à l’aspect habituellement plus clair et moins agité. C’est vraiment dommage car les postes paraissent propices, surtout sur la rive droite qui longe le village à l’aval du pont. Seul bémol, la présence de rive réservé à la nidification et à l’habitat des cygne, il ne faut donc mieux pas pêcher ces 400 m de rive, dommage encore… strcutureEn amont du pont, vous trouverez un ancien moulin attenant à une ancienne écluse recouverte par les eaux, on aperçoit bien l’ancien palier et les structures de l’ensemble moulin/écluse au sondeur, il est possible de pêcher l’ancienne écluse en verticale, tout cela est magnifique mais beaucoup trop agité aujourd’hui. Un gros bloc rocheux occupe le lit, les plantes n’ont pas manquées de le coloniser.moulin-condatL’embarcation se fait rive gauche au niveau de la « base nautique » de Montayral, une mise à l’eau propre, praticable en barque et remorque. CLC fera le seul poisson du jour avec cette magnifique perche maillée à 32 cm, prise le long des murs immergé du moulin, dans 3m50 d’eau au petit shad 2″ coloris imitatif, encore un record personnel qui tombe pour lui sur ce séjour, décidément ce Lot offre de quoi performer à tout le monde !

pictograms-nps-fishingSpot plan d’eau de Cassagnes. Pour finir, le jour du départ et comme le veut la tradition, on ira achever notre séjour par une courte sortie sur le plan d’eau de Cassagnes. Les fois précédentes, il nous avait réservé des surprises, aujourd’hui les becs ne veulent pas jouer, mais les petites perches sont en folie, on jouera quelques heures avec elles, principalement aux leurre souple et au stick avant de reprendre la route pour Lyon… Passage toujours plaisant à Cassagnes 🙂

Un bilan Lot très positif, cette région est magnifique et le potentiel pêche dans la rivière Lot semble infinie, nous reviendrons c’est sur, afin de continuer à profiter de tous ses délices 😉 4 brochets seront vu (60 cm max), 2 silures touchés décrochés, 37 chevesnes (60 max), 36 bass (50 max) et 14 perches (max 32cm) pour un total de 87 poissons mis au sec, autant de décrochés et de touches loupées !

pipo clc pavince lol69  total
chevesnes 6 4 25 2 37
black-bass 9 4 22 1 36
perche 0 8 6 0 14
 total 15 16 53 3 87

Records poisson :

chevesne 60 max Pavince
black-bass 50 max Pipo
perche 32 max Pavince, CLC

Une petite vidéo pour mieux se rendre compte pour les amateurs… (13min – 306Mo).

A bientôt dans le Lot… 😉


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WordPress | Designed by: Web Hosting Directory

Accueil | CGU | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush