Sessions Carnassiers – Octobre 2016


Octobre 2016, les sessions carnassiers.

Float-greenMiribel – Les Eaux Bleues  Saône – île Barbebord-blue
bord-greenLe Grand Large  Rhône – QGFbord-blue
 Rhône- Lône île Barletbord-blue

bord-blueflaot-bluebord-blueLes pictos bleus représentent les eaux « ouvertes », lônes, rivières, fleuves…

bord-green Float-green boat-greenles pictos verts, les eaux « fermées », plans d’eau, étangs, lacs…

Saut à tous, sur ce mois d’octobre on espère tous un peu d’eau et des températures plus clémentes, voeux que partiellement exaucés puisque les pluies ne seront pas assez prononcées, et le peu d’eau qui tombe n’apporte même pas quoi troubler le Rhône qui reste, limpide, à l’étiage. La Saône, à l’arrêt, coule des jours paisibles, à l’étiage aussi… Heureusement, coté température, des améliorations arriveront, mais avec une certaine brutalité et les eaux des plans d’eau passeront de 28 degrés au début du mois à 13 degrés sur la fin… ! Aux programmes, les sorties du soir Quartier Général Frère sur le Rhône, deux sorties Float-Tube à Miribel sur les Eaux Bleues, un Grand Large en bateau, une bonne marche en Saône, et un retour sur la lône de l’île Barlet !


pictograms-nps-fishing

Rhône – Lône de l’île Barlet. bord-blueLes débits à la station de Ternay sont à l’étiage, on ira malgré tout persévérer sur cette lône du Rhône sud Lyonnais ou nous avons pratiqué par deux fois auparavant. D’après ces deux expériences passée, et pour ce qui est de la partie lône du spot, on avait constaté une « plus » grande activité sur des phases de décrue lente. Pour la partie bassin, on a jamais rien fait dedans, Pipo y avait aperçu glane, brochet et bass cet été en s’y promenant mais à la pratique cela ne nous avait rien rapporté. On décide de l’explorer de nouveau par un débit faible, ce sera l’occasion d’en faire la bathymétrie partielle, « à l’étiage ».
ibAprès midi de pêche en mode duo avec Pipo, et en float, on remontra de suite la lône, non s’en avoir fait un détour dans le parc à kayak à la recherche de Bass actif. L’activité est faible et même les coins intermédiaires, bien encombrés en herbiers et arbres morts ne donner rien. On passera un bon moment à ratisser l’entrée, à l’arrivée d’eau et une zone plus profonde, pour redescendre et finir dans le bassin jusqu’a son entrée sur le Rhône. ib2On ne prendra pas une seule tape, nada, c’est le calme absolu. Sur une zone où la profondeur avait atteint quelques 6m, Pavince jouera l’écho mais la montée du glane potentiel se soldera par un échec cuisant. Capot général pour une retour ici. Les spots attenant au Rhône, et dont l’hydrologie en dépends fortement, sont à pêcher avec une adaptation parfaite aux débits et condition de décrue, bref ça reste difficile de s’y retrouver et de définir une véritable règle, comme souvent 😉

pictograms-nps-fishing Le Grand Large.bord-green Dans la continuité de nos sessions GL, obligatoire afin de parfaire la carte de bathymétrie pour iNav, on rejoindra John et son boat en Tram au Grand Large afin de profiter d’une vie à bord toujours plus plaisante. Mission tôt le matin afin d’espérer encore et toujours bénéficier de la fraicheur matinale pour déclencher autre chose que du juste maillé, tenter l’exploit des 60 cm lol En effet, et depuis quelques mois, il est difficile de débusquer des becs dépassant les 60 cm… Mis de coté les soucis de batterie voiture qui nous obligerons à embarquer avec trois heures de retard, on pourra commencer notre partie avec un petit soleil levant assez agréable avec ce vent du nord à 20 km/h. La température extérieur est de 7 degrés au ressenti, cela change des 30 habituels ! La visibilité sous marine étant importante, on décide de s’orienter uniquement sur des zones fortement peuplé en herbiers et si possible, où l’eau à légèrement piquée. Après un passage vers le port attenant à la mise à l’eau, et une phase de 15 minutes ou Pavince pourra, d’abord observer un suivi d’un 60 + le laissant furax, puis dans la foulée, la tape libératrice du contact enfin productif, 52 cm pour bien commencer cette journée. bec-glL’efficacité du Rapala BX-Swimmer, animé au départ par animation linéaire lente puis par jerk successifs encore plus lent, pour bien relaisser descendre ce leurre coulant, auront raison de la méfiance de ces becs pris dans une eau relativement claire. On croira d’ailleurs tous à la montée en activité des poisson de manière folle, déception rapide puisque ce seront le seuls touches du secteur, et on aura beau bien peigner les bordures remontantes et très encombrées, on ne refera pas mouche ici. Un coup de moteur thermique plus loin, on cherche des zones ou l’eau est plus trouble et teintée, et on s’installe en Spot-Lock afin de bien ratisser la zone.img_1398 Chacun utilisant un pattern différent, on essaye de trouver rapidement la solution. Stratégie globalement payante puisque quasiment sur chaque zone choisie précisément et judicieusement, on obtiendra des résultats immédiats. perche-glBon certes les brochets sont juste maillés mais les contact font toujours plaisir et le punch de ces juvéniles peut-être déconcertant. fullsizerender-1-copieA force d’aller et venir sur le plan d’eau à la recherche des ces zones propices, on pourra monter une bonne douzaine de becs maillés, agrémentés de beaux bonus, que dis-je, magnifique bonus, avec ces belles mémères de 39cm et 44 cm prise par Pipo au Rapala Mini Clack’in Cranck !img_1407 Un nouveau record perche pour lui. A partie de 17h les touches s’arrêteront, sans gros poisson au compteur, il fait froid, le vent du nord nous a claqué, on sortira de l’eau satisfait malgré tout ! Bilan, 12 brochets, 4 perches, 44 cm max.

pictograms-nps-fishing

Rhône – QGF. bord-bluePetits tours dans le Rhône en mode Street avec Pipo le soir. Comme depuis le mois d’aout on s’essayera à la perche, et à remonter le long des péniches à touristes plutôt que de descendre, visant les bancs de chevesnes et/ou d’alevins dans les zones d’ombre, le tout monté en light, nylon 15/100 de rigueur pour plus de discrétion dans une eau limpide. Les bancs de blancs sont toujours bien présent mais deviendrons moins compact sur la fin du mois, on les retrouve de manière plus éparse le long des bateaux. Il avait été très difficile le mois dernier de déjouer l’attention des zébrés, il en va de même sur ce mois d’octobre, avec malgré tout plus de touche sur les stratégie leurre souple passés sous les bancs. En dehors de ce pattern, on avait trouvé quelques leurres durs faisant la différence, ils continuerons sur le début de mois à performer, et permettre à Pavince de battre un record sur ce secteur avec une belle à 34 cm ayant succombé au animations par jerks successifs, appuyés et très courts, des Minow Rapala coloris imitatif.perche-33-qgf Les résultats iront en diminuant au fur et à mesure que le mois avance. Les pluies n’apportent pas de quoi troubler un peu le Rhône qui reste dans un étiage déconcertant à ces époques, une longue piscine tranquille… La pêche s’en ressent et on fera pas plus de 5 perches par sortie de deux heures le soir, elles sont de belles proportions, signe que les estomac sont bien plein, et la taille moyenne avoisine les 24 cm, plaisant ! Sur la fin du mois, et par un jour de grand vent du sud, on profite d’une phase de vent chaud, en espérant que cela regroupera de nouveau les bancs d’ablettes qui avaient tendance à ce disloquer avec la baisse progressive des températures. perche-qgf2On retourne au pied du bateau qui crachait ce liquide blanchâtre par intermittence, et qui provoquait à chaque fois une frénésie des alevins et déclenchait des attaques de perches dans le bancs, nous offrant un joli spectacle mais point de réel contact. Les carnassiers sont sous les bancs et semblent attendre l’apparition de ces nappes blanchâtres qui viennent troubler complètement cette eau limpide et offre un terrain chasse idéal pour taper dans les boules de fourrage sans être vu. Au mois de septembre, cela n’avait rien rapporter si ce n’est deux suivi de sandre. Aujourd’hui le décors est toujours la, et les bancs de nouveaux bien présent même si ils sont redescendu légèrement sous la surface. perche-qgfOn attendra pas longtemps avant la première salve, et des alevins qui comme à leur habitude se regroupent frénétiquement dedans, le temps qu’elle se dissolve lentement au grès du léger courant de bordure. Aujourd’hui, on ne voit pas de chasse manifeste qui font frisées les alevins en surface au dessous de la boule, mais simplement un banc qui se disperse soudainement de temps à autre, puis se reconstitue. Pavince fera la réflexion de non présence de perche ou potentiellement d’autres prédateurs type brochet, sandre ou même silure. bec-qgfMême si les bancs sont sous la surface, ce type d’attaque ne ressemble pas à celle de perche, et même si quelques une sont aperçus lors de ses phases, autre chose se trame la dessous… Bien à lui de le remarquer, c’est Pipo qui prendra la première cartouche alors qu’il avait lancer son LS en flipping au pied du bateau, juste dans la nappe blanchâtre, il sera bloqué avec cette tape franche, courte et subtile qui n’appartient qu’aux sandres, et pourra lever un premier poisson à 48 cm, chapeau ! img_1419On décide de persévérer sur le spot mais le bateau daigne nous faire d’autre lâcher, et sans cela, et depuis de semaines, rien ne vient à nous… Pavince fera en mode gratte, une perche de 22 cm et c’est bien tout ! On remontra le Rhône histoire de laisser décanter le spot pour y revenir 30 min plus tard, on décide de finir l’heure de pêche restante à attendre de nouvelles salves, stratégie payante de nouveau puisqu’au lâcher suivant, Pavince sera à son tour bloqué dans le fond sur une tape franche et net, sans avoir le temps de réaliser et ferrer en adéquation, puis le poisson se mis à rusher sous le bateau, non sans être passé sous un tuyau d’alimentation, provoquant un décroché de ligne en règle, laissant un Pavince tout coeur battant, en voyant un sandre de 70/80 cm disparaitre à une vitesse folle sous la péniche. Emotions passées, on valide et on reste sur site, de tel phénomènes sont à apprécier obligatoirement… Une fois de plus, cela payera, puisqu’au lâcher d’après, Pipo sera bloqué de nouveau, même geste, même effet, et un sandre de 41 cm à la clef. sandre-qgfLa nuit tombe, il faut se résigner, on aura eu droit à une belle phase sur ce coup la, de quoi nous donner envie, peut être, de traquer un peut plus ce poisson à l’avenir…

pictograms-nps-fishing

Saône – île Barbe / Bellecour. bord-blueLa pratique rapide en street dans le Rhône étant peu productive, on se décide à retourner en Saône, rivière que nous avons que trop peu pratiqué aux leurres. Elle coule paisiblement sur des débits d’étiage, mais sa couleur plus teinté devrait rendre les choses plus « faciles ». img_1347Le parcours du jour consiste en une montée en bus jusqu’a l’ile barbe pour redescendre sur Lyon par la rive gauche bien aménagé pour les piétons. On se souvient avoir raté de belles phases d’activité des perches l’année dernière à cette époque, il ne faut pas réitérer ces erreurs cette fois ci. perche-saone5On attaquera par la pointe sud de l’île afin de profiter d’une part de la sortie de lône en rive droite abritant des hauts fonds jonchés de nénufars, et d’autre part de la sortie de canal en rive gauche avec plus de fond et des bordures avec de bon cassant en lisière d’herbier bien compact. img_1350Phase de pêche au popper pour Pavince qui espère jouer toute la partie en surface, l’occasion de rater rapidement une perche et un petit brochet venu taper timidement. perche-saone4Pipo pourra exploiter une chasse en surface au leurre souple et monter la première perche du jour à 24 cm. Après cela, on attaquera notre descente en rive gauche, passant par les nombreux pontons sous lesquels nous ne manquerons pas de faire quelques belles pièces de 30+, toujours au popper manié par accoups prononcés mais lents et bien espacés. Sur le long du parcours, les spots alternent entre bordures « sauvages » en haut fonds rempli de nénufars et enrochements, et pontons de surplomb en béton plus désert. Les touches arrivent par intermittence, les poissons semblent vraiment localisés, même si les bancs de banc occupent bien les secteurs, on n’y trouve pas spécialement les perches à coté ou dessous. perche-saone-55En arrivant sur secteur plus urbain, Pavince profitera d’une dernière phase d’activité en surface, non sans avoir bien faite varier l’animation devenue beaucoup plus énergique pour déclencher les perches. Il faut ramener le popper à une vitesse folle, la netteté des « pop » n’est plus importante à ce niveau, seul une animation folle et erratique était provocatrice d’attaque. perche-saoneEncore quelques belles prises à l’amont d’une péniche et d’une zone bien teinté, qui marquerait la fin de la partie en surface.img_1335 La fin de la journée en mode ville ne donnera rien, une traque à vue d’un sandre d’environ 40 cm nous permettra de finir sur une note positive pour trouver la force de finir à pieds notre périple du jour que le podomètre confirmera à 11,45 km. Bilan 10 perches maillés, 32 cm max.

pictograms-nps-fishing

Miribel – Les Eaux Bleues. Float-greenOn fera deux sorties sur le plan d’eau de Miribel, une au début et une sur la fin du mois. De quoi apprécier notamment une chute des températures d’eau de 28 à 13 degrés. Sur la première sortie, on décide de s’aventurer sur le secteur des plages du Morlet, la zone la plus fréquenté en période estivale devrait être plus calme aujourd’hui. Ici la topologie semble offrir peu de fond mais avec beaucoup d’herbiers, on est pas spécialement enthousiaste avec cette partie du plan d’eau mais des prises correctes semblent se faire sur ce secteur, notamment sur les perches et brochets. eb-decorAussi il faut bien passer par la avec les sondes afin de poursuivre la mise en cartographie du plan d’eau. On embarquera sous le parking attenant à la plage, pour rejoindre en ligne droite l’ile des Castors. Entre ces deux points, la profondeur ne varie guère et affiche 1m80 en moyenne avec la présence de grosse grappe d’herbier bien compact, et de belles travées au milieu de ceux-ci. Malgré cette topologie propice, on ne prendra pas de touche avant d’avoir atteint les abords de l’île et d’un haut fond bordé d’herbiers pour entendre Pipo crier au contact, et lever un premier poisson au speener, 54 cm pour ouvrir le bal. Sur le bord ouest de l’île, quelques fosses atteignant les 6m sont à exploiter mais ne donnent rien non plus. bec-ebLe vent du nord bien présent à 25 km/h ne nous aidant pas beaucoup, nous poussera à aller exploiter une zone, proche de la station de captation. Pavince ayant constaté une zone offrant 2m50 de fond avec pas mal d’ilots d’herbiers montants sur quelque hectares, proposera de rester sur zone afin de ratisser ce qui lui semblait être un bon spot à poisson. Les mini Clack’in Cranck sont sortis et les touches arrivent au bout de quelques lancers, d’abord Pavince qui débloque son compteur et maille à 52 cm, puis Pipo qui profitera du conseil et saura en tirer partie immédiatement, même leurre, même zone, 61 cm !bec-eb55 Les prises et décrochés s’enchaîneront jusqu’à l’approche de l’obscurité ou nous devrons rejoindre la plage en face pour débarquer avant la nuit.perche-eb4 On palmera rapidement pour atteindre la plage et effectuer quelques derniers lancers, et permettre à Pipo de monter encore un bec et à Pavince de battre son record personnel de perche à 36 cm, toujours au Mini Clackin’Cranck Rapala, le leurre de cette fin de journée. fullsizerender-1Bilan, 4 brochets maillés 52, 52,  54 et 61, et 3 perches maillés, 24, 33, 36.bec-eb5

Sur la deuxième session, on ira la encore expérimenté une zone non sondée afin de compléter notre travail de bathymétrie du plan d’eau, zone situé entre la plage des nudistes et les vents du sud. On essayera de trouver ce qui ressemble, sur google map, à une faille, qui remonte jusqu’a l’une des sorties des vernes, pour revenir par la bordure nord. On était déjà passer par la il y a longtemps mais les souvenirs sont confus, il faut y passer avec un GPS recorder 😉 On ne trouvera pas cette faille à l’aller mais au retour, comme quoi les impressions google map peuvent être trompeuses. On aura donc droit à très peu de fond à l’aller, ne donnant l’occasion qu’a Pipo de monter une belle de 39 cm, au DT4.perche-eb5 Pavince attendra d’avoir traversé pour décroché son premier poisson du jour, pris sur une animation en traction lente, sur un pulse 12 cm blanc, tp 10 grammes. S’étant planté sur l’estimation de la présence de cette faille offrant plus de profondeur, Pavince désire rejoindre au plus vite un secteur qu’il sait offrir plus de fond et peut être plus d’activité, la sortie des Vernes, près de sa pointe. Stratégie payante lui donnant l’occasion de dépiquer deux brochets bien maillés dont l’un approchant les 70+. Les touches sont violentes mais paradoxalement, ils prennent du bout des lèvres, et les décrochés en hameçon simple sont fréquents. Pipo arrivé bien après sur zone, aura le bon geste également dans une travée d’herbiers montants dans 2m70 d’eau, et pourra leurrer son brochet maillé du coin au speener, 58 cm bien fat et bien réveillé. bec-eb4Après cela, on traversera le plan d’eau de nouveau pour rejoindre la bordure nord et revenir à notre point de départ. Longue traversée du désert, profondeur ne variant que peu ou pas, bloqué à 1m60, avec un tapissage quasi lunaire du sol par des touffes d’herbiers rectilignes à pertes de vue. Déconcertant et sans poisson, on passera vite sur cette bordure peu productive, tout du moins aujourd’hui, pour rejoindre les îlots de bambous marquants les hauts fonds en face de la plage des nudistes. Et c’est d’ici que l’on trouvera cette faille deviné sur des vues aériennes, elle part des ilots pour rejoindre la plage ou l’on avait embarquée, elle longe l’endroit par lequel on était passé à l’aller, décalé de 30 m ! C’est sûrement une ancienne route d’exploitation de la gravière, bien encaissée, dans laquelle la profondeur atteint 3m80, et d’une trentaine de mètre de large. Elle n’est pas très fournie en herbiers mais sa topologie en half-pipe (demi-tube) pourrait offrir des postes de chasses intéressant pour les carnassiers. On la remontra sur toute sa longueur dans le calme le plus total, et seule une chasse de perche nous réveillera sur le crépuscule pour nous rappeler qu’il faut débarquer… Pavince fera sa perche sur le dernier lancer du jour, et lui donner 24 cm de décapot en règle, de quoi le consoler de ses nombreux décrochés… Bilan, 5 brochet touchés mais 1 brochet 58 cm seulement au sec, 2 perches 39 max.


Bilan sur cette fin d’octobre 2016, il n’a pas plu beaucoup, pour autant les températures ont bien chutés, celle des eaux avec, redonnant un peu de punch aux carnassiers et notamment les perches et sandres toujours bien actives sur ce mois. Les brochets maillés se réveillent lentement, les touches s’en ressentent et les combats restent énergiques. Coté leurres ayant fonctionné, en dehors du Pattern perche dans le Rhône, rien ne se détache vraiment.


Une petite vidéo pour mieux se rendre compte pour les amateurs… (15 min – 350 Mo).

A bientôt pour d’autres pêches dans le Rhône… 😉


 

4 Responses to Sessions Carnassiers – Octobre 2016

  1. seb dit :

    Salut messieurs!

    Je commence la prospection de la soane depuis Vaise.
    Résultats un bec d’environ 2,5kg pour 70 cm dès la première sortie (un peu difficile à décider mais le Crank bait a fait le reste…)
    Jsuis ouvert à des conseils ou sorties groupées!

    ++

  2. Draghost dit :

    Salut la foule! Je vois que ça fish tout le temps ici ^^ Faut laisser les poissons tranquilles un peu hein! A se croiser rapidos

  3. Pavince dit :

    @Seb : 70 cm en Saône comme ça, c’est plus qu’un bon résultat, les brochet pris en street se compte sur les doigts de la main, bravo !

    @Drag : Salut l’ami, bha pas tant que ça finalement, année après année, le nombre de session diminue… 🙁 on travail trop, va falloir rectifier tout ça 😉

    ++

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Powered by WordPress and ThemeMag

Accueil | Mentions Légales | CGU_iShare_iNav | Politique_Confidentialite | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush