Sessions Carnassiers – Octobre 2014


Octobre 2014, les sessions carnassiers.

Ce mois d’octobre nous offrira enfin un peu d’eau. Et même si la météo reste très clémente, les quelques pluies ont fait du bien, la température de l’eau est descendu d’un degré, c’est déjà ça. Au programme du mois, des sorties repérage, au lac des Sapins, plan d’eau de St Pierre de Bœuf, quelques vieilles connaissances sur le Vieux Rhône, et les classiques plans d’eau Lyonnais de Miribel, Grand Large et Grand Colombier.

pictograms-nps-fishing Rhône – QGF – Avenue Leclerc. Une petite dizaine de sessions habituelles du soir le long du Quartier Général Frère. Pratiquer le Rhône tous les jours, quelque soit sa configuration, vous en apprends beaucoup sur ce fleuve et sur vous même, pêcheur… Vous y trouverez Perches et Brochet principalement. Les sorties se font de 17h à 19h, le soir après le boulot, (heures légales de pêche en vigueur), les journées diminuent encore et toujours et cela se sent 🙁 Après un mois de septembre sec avec peu de pluie sur la vallée et les régions avales, le Rhône continu sur un régime faible, descendant tranquillement à quelques 400 voir 200 m3/s en moyenne, bien en dessous de son module inter annuel. Avec ces conditions, l’activité dans le fleuve s’en trouve fortement perturbée. On pêche sur des bordures limpides, et on aperçoit le fond avec plusieurs mètres de profondeur sans soucis, sauf lorsque le vent s’en mêle un peu. Ci-après les débits du 01/10 au 15/10/2014. A partir du 8 octobre, les pluies arrivent enfin, et les débits s’en font ressentir, pour atteindre 1000 m3/s sur le Rhône à Perrache le 14/10.perrache-1-14Le mois commence fort, avec un Rhône très calme, un soir de folie. A peine arrivé et chaussé un Max Fat Shad Rap 5cm, qu’un bec de 40 cm vient violemment taper le leurre à son arrivée en bordure. Tapis dans le fond au milieu des cailloux, il est monté sans se poser de question. Plus loin, c’est encore un jeune fou, de venir taper le leurre, mais se décroche à l’approche de la prise en main. Pour finir, et à l’approche de la nuit, sur un long linéaire bien lent, juste de quoi faire vibrer le poisson nageur, une tape bien molle vient me réveiller, je prends contact, et paafff; je crois d’abord à la casse, mais je ramène bien mon PN. Je décide de recommencer le lieu, en variant les obliques pour repasser sur le lieu de la tape. Au bout de quelques lancer, la tape molle se reproduit, cette fois-ci je ferre d’une main sure, c’est lourd, il suffira d’un coup de tête pour que le bas de ligne ne se rompe. Dommage…!broc-40Sur le reste de la première quinzaine, on décidera pas mal de bec mais des petits…! A noter un soir, une stratégie payante. Alors que le Rhône redescendu à son étiage, montrait des bordures limpides, et que les poissons nageurs ne donnait rien, je décidais d’utiliser un leurre que CLC m’avait donné cet été lors de notre épopée « Cantalienne ». Un leurre souple pré-plombé de petite taille, le Sipsey de Caperlan. Je décide alors de donner sa chance à cet inconnu de la boite. Et très vite, un petit bec tape dedans sans vraiment le saisir. Au moins, ça a monté du poisson du fond, puis de belle perche suiveuse apparaissent. Décidément, moi qui croyait guère en ce leurre, je suis « bluffer » devant son rendu. Malgré tout, je trouve qu’il lui manque quelque chose. Pour avoir lu récemment un des post de Draghost sur Internet parlant du leurre Molix – Cursor Magnum, je décide de transformer mon souple en hybride Molix en lui ajoutant une palette dorée dessous afin de rendre encore un peu plus de vibration. Tout le monde à toujours dans son sac une ou deux palettes à monter sur un leurre souple, grâce à un insert en tire bouchon, qui avec le plastique très dense des Sipsey, tient à merveille (Attention à bien les monter dans l’axe sans quoi l’effet escompté n’y est plus, il nagera de coté…).sipsey-ft69Raison à moi puisqu’au premier lancer en direction du devant d’une péniche, je décide de laisser tomber doucement puis d’entreprendre une récupération linéaire très lente à contre courant, alternant avec légères pauses, la palette vibre à merveille et on sent mieux l’ensemble; après une petite pause, c’est l’impact, contaaaact, et un broc maillé à 52 cm sur le quai ;-)-IMG_1522Content d’avoir enfin avec moi sur le bord une maille en photo sur ce secteur, je rentrerai satisfait du bon changement de stratégie et plein de bonnes pensées pour ces brochets du Rhône…

Sur la fin du mois, et avec des débits revenu en mode été presque en dessous de l’étiage…, j’aurai droit à une activité bien particulière…debit-rhone-perrache-15-31C’est le dimanche du changement d’heure que je me rends à QGF sur la fin d’après midi. Je suis perturbé car il est 16h30 et le soleil est déjà bien bas. C’est donc en courant lol que j’arrive au bord pour chausser illico mon Max Fat Shad Rap qui décidément est irrésistible en ce moment. Et rapidement, je prends une touche appuyée mais pas suffisante, ce qui ressemble à un bec presque maillé est venu taper mais sans prendre, il disparaitra immédiatement. J’ai souvent entendu dire qu’il faut changer de leurre lorsque le poisson l’a touché, l’expérience m’a montré que cela n’est pas systématique. Je conserve donc mon Rapala MFSR 5 cm et relance en changeant simplement les obliques par rapport au lieu de l’impact précédent. Il fallu deux lancers en récupération linéaire lente, canne basse pour faire descendre le poisson dans les 2m50 environ, puis en montant le scion de canne vers le ciel à l’approche du cassant, afin de monter le poisson nageur le long de la pente pour rejoindre le dessous de la pellicule, ralentissant progressivement pour provoquer l’attraction de « la proie facile », cela paiera, le protagoniste tapera violemment de nouveau et offrira quelques coup de tête féroce pour tenter de se décrocher ! C’est un gros chevesne bien gras de 50 cm tout rond !chev-qgf-50Une photo plus loin, et une prise pas très académique à l’ouïe (prise en mode panique tellement y gesticulait), il pourra repartir aussi violemment qu’il était arrivé. Plus loin dans la sortie, d’autre gros chevesnes me feront vivre la même action, sans se faire prendre sur les deuxième passages…, et ce, malgré des changements de leurre ! Le lendemain, on prends les mêmes et on recommence, animation lente canne haute, etc, c’est un 40 cm qui succombera. A noter un bloc de chevesne aperçu d’environ 60/70 cm, énorme, lui ne se laissera pas prendre aux différents pièges tendus (cf vidéo) 😉chev-40-qgfQGF réserve toujours de belles surprises et sur ce mois d’octobre, nous auront quand même sorti plus de poisson que jamais. Nous avons traqués le brochet particulièrement, avec des leurres adaptés, nous avons donc que très peu d’idée de l’état d’activité des perches même si nous avons aperçu pas mal de belles suiveuses sur nos sessions. Les pêches se concentrant sur le brochet, le taux de capot passe la barre des 35% par rapport à septembre ou nous étions au alentour des 30% sur des pêches plus ouvertes aux perches… Coté hydrologie et à titre de comparaison, ci-après les données pour le mois d’octobre 2013. Vous constaterez qu’un mois d’octobre plus traditionnel donne plus d’eau, des débits moyens vers 1000 m3/s et des pointes de crue au alentour des 2000, cette année, nous somme plus proches des moyennes à 500 et une seule pointe à 1500…photo 1Le reste dans la vidéo, avec en prime ce mois ci, pas mal de touches en live 😉

pictograms-nps-fishing Le Grand Colombier. lol69 ira, de son coté, au lac du Colombier, qui offre de nombreuse possibilités avec ses fonds variés et plus conséquents, alternant entre hauts plateaux situés à 6 mètres et fosses de 13 mètres. Les dernières informations sur l’état de santé du plan d’eau et de ses brochets notamment ne sont pas très bonnes mais les initiatives semblent encourageantes. Le No-Kill sur le brochet n’est pas imposé mais fortement demandé désormais ! En effet, malgré les lâchers chaque année, le brochet ne semble pas se reproduire correctement, et le silure le concurrence beaucoup, tant pour la tenu de postes que pour l’alimentaire. Un plan de nettoyage et élagage des bordures va être entrepris apparemment et des arbres morts vont être déposés dans le fond du lac afin de multiplier le postes de prédilection du brochet. Si le respect du No-Kill ne suit pas, cela ne servira à rien, affirme l’AAPPMA locale.lol-colombierIl réalisera quelques prises de petits brochets maillés et perches sur sa première sortie du mois la bas, un très beau résultat pour le coin, notre lol69 semble avoir validée la méthode…;-) D’ailleurs il y retournera sur la fin du mois avec le Pap’s histoire de parfaire la technique. Il y a du brochet ici, on en prends de plus en plus, et même si certains pêcheurs avouent ne jamais en avoir pris des maillés, on le sait grâce à Pipo qui en déjà fait 3 en quatre sortie ici, 62, 64 et 68 cm, c’est faisable et des beaux ! lol69 développe la méthode de la FishTeam69 avec résultats, car après cette première session fructueuse d’octobre, il enchainera à merveille avec la prise de 3 brochets maillés de 62, 66 et 75 cm en une journée, un must pas donné à tout le monde, nombreux sont les pêcheurs qui se casse les dents sur le Grand Colombier.gc-bec-mailleGrâce à la persévérance légendaire des membres de la FishTeam69 et l’accumulation des ses expériences en milieu divers, les belles prises s’accumulent sur ce spot. Alors si vous souhaiter en savoir plus sur la méthode, venez donc pêcher plus régulièrement ce plan d’eau, on s’y croisera forcement 😉

pictograms-nps-fishing Le Lac des Sapins. Cela faisait longtemps que l’on en parlait mais le temps manquant et la distance nous séparant du lieu nous avait rebuté. Ce samedi d’octobre est l’occasion rêvée d’aller enfin tester ce spot, lol69 y est déjà pour d’autres raisons, on le rejoindra à mi journée à l’entrée Digue, parking public, gratuit à cette époque.

Le lac des sapins est en 2ème catégorie, et la rivière le Reins est en 1ere catégorie.
Avec le permis de pêche du Rhône, ou un permis possédant la réciprocité, vous pouvez pêcher sans permis supplémentaire. Si vous souhaitez pêcher occasionnellement, une carte journalière est en vente au prix de 10 € (à partir de 12 ans). Pour les enfants de moins de 12 ans, la carte découverte est à 5 € et valable pour la saison. Vous pouvez acheter votre carte journalière au Tabac de Cublize, ou au Tabac Lagoutte à Amplepuis, ou à l’office de tourisme ou sur cartedepeche.fr bien sur. Dans le lac, vous avez droit à 4 cannes, et une seule dans la rivière. Vous trouverez principalement des carpes, des truites, des gardons, perches, brochets et sandre, le silure à fait son apparition au grand damne des locaux, pour eux, la guerre est déclarée…. Pêche de nuit interdite. Pour plus de renseignements : 04 72 180 180

A 65 km au nord-ouest de Lyon, niché entre prairies et forêts, le Lac des Sapins vous accueille pour des moments actifs ou de détente. Sur 115 hectares, vous pourrez profiter des plus beaux cadres naturels tout en ayant accès à un monde d’activités. Créé en 1979 à Cublize, le Lac des Sapins n’a eu de cesse de développer ses infrastructures et de rechercher les meilleurs partenaires pour répondre aux attentes. Sensible à l’environnement et à la préservation de son territoire, le Lac des Sapins vous invite chaque été, à profiter de la plus grande baignade biologique d’Europe -> plan d’accès. On connaissait tous le côté loisir de cette base mais nous n’y avions jamais pratiqué la pêche. On avait préalablement rechercher des infos sur le web et à part deux posts, on avait pas trouvé grand chose d’utile. On en citera un afin d’encourager ce genre de pratique, il faut dire que ce bonhomme ne montre pas des photos de poisson accompagnées de sourires niais…, il partage vraiment sans limite et avec passion, ses expériences, techniques et COINS de pêche ! Franckl69 que nous remercions ici. En lisant son expérience la bas, c’est avec quelques à priori et questionnement que l’on s’y rends !IMG_1417Début de partie de pêche à 14h, le temps de manger et se préparer, on embarque au niveau de petit port situé sur la droite du restaurant « La Gratinnée ». Le fond est juste parfait pour se mettre à l’eau avec les Float-Tube et les pontons vous offrent un confort d’installation indéniable 😉 On traversera de suite la « mini lône » formée par l’arrivée du ruisseau le Mélard (ou ruisseau du Basset) afin de laisser les pêcheurs au coup tranquille sur cette bordure. Cette lône mène à l’embouchure du Mélard qui se jette dans une petite anse, zone très intéressante du parcours car située en milieu ouvert avec une végétation aquatique variées (roseaux, joncs…) qui attire nombre d’oiseaux et insectes ; c’est aussi la frayère du Lac des Sapins (cette zone n’est pas en réserve mais il semblera naturel de ne point y pénétrer durant les périodes de reproduction, surtout si elles ont lieu tardivement, notamment pendant les dates d’ouverture, à bons entendeurs…). Et les contacts vont arriver assez rapidement, tombant indubitablement, sur une phase d’activité certaine. Après avoir aperçu des poissons blancs en surface à l’impact des leurres, Pavince décide d’insister sur cette zone. Armé d’un StickBait coloris naturel flamboyant avec le soleil, que l’on peut facilement « jerker », il décide d’entreprendre des animations très lentes, légèrement jerkée par intermittence, le tout canne haute, car le poisson est un 4m50… Et oui, à la FT69, on attaque aussi des bordures en PN deep 😉 Sur les premiers lancer, un suiveur de 50 cm environ apparait, nous ôtant de suite nos doutes sur la présence de carnassier ici. Et sur le lancer suivant, Pavince sentira la tape molle, et ferrera un petit sandre de 20 cm ! Ce n’est pas lui qu’il attendait, mais cela viendra confirmer les dires d’un local, sur la présence en nombre du sandre ici. Le Lancer suivant verra de nouveau le petit suiveur revenir à la charge, et se laisser prendre au dernier coup de sillon, par un Pavince ravi d’enchainer les prises en ce début de partie, 46 cm.IMG_1435Puis quelques minutes plus tard, alors que lol69 ayant adopté le même type d’animation et faisait sa première perche du lac, Pavince décrochera un petit brochet juste maillé. Départ en fanfare sur ce spot, l’activité se calmera par la suite, nous encouragent à aller plus loin prospecter. On rejoindra la partie nord du lac, longeant la bordure Est, jusqu’à l’embouchure avec le Reins. Sur la route, le fond diminue progressivement, on trouve quelques herbiers, et les perches apparaissent rapidement, arrivant comme des folles par banc derrière les leurres. Pavince en fera trois en chemin allant jusqu’à 28 cm, décrochant même une 35+ très agressive. Petit à petit le lac se révèle et nous offre de belles prises de perches. Les plus petites font dans les 20 cm… et la grosse majorité semble osciller entre 25 et 35 cm. lol69 passera pleine eau, par les îlots écologiques flottants. L’occasion de faire monter un broc maillé au float, mais qui tapera que trop timidement le poisson nageur pour s’y prendre. Pipo fera un petit broc, à l’affut sur les spot de perche, 40 cm qui succomberons au Rapala Tail Dancer 5.pipo-brocAprès cela, retour en direction de la digue et des zones plus profondes, en longeant, cette fois ci, la bordure Ouest, beaucoup plus profondes, avec des beaux tombants. Pipo prenant, comme à son habitude, plus de temps sur chaque poste, pourra lui aussi faire un petit sandre de 20 cm, signe qu’ils sont bien la et savent s’y reproduire, puis une perche de 30 qui se décrochera dans ses doigts 😉 Sur cette bordure, les perches maillées sont bien présentes, et ils faut descendre les chercher dans 2m50 environ. Après avoir commencer une pêche entre 0 et 1m au début, les poissons blancs sont descendu d’un cran, les carnassiers avec, et l’on pratique beaucoup plus profondément. lol69 se servira d’un Stick Salmo 2m50, qui a la caractéristique de descendre très rapidement, suivant une bonne oblique, idéal pour les bordures abruptes. Il décrochera au Float, un petit brochet qui se laissera aussi avoir par la technique employée mais pas par la main gantée de notre lol69 😉IMG_1449Pavince décidera d’adopter une technique drop-shot propice aux profondeurs plus importantes. Et après avoir employé deux petites virgules de taille différente « inline », il passera à un drop plus gros, un  Ripple Shad imitation 7 cm. Technique verticale en pleine eau qui ne donnera rien, et façon « lécher de bordure » pour profiter d’une belle profondeur sur certains aplombs. Technique payante, car après avoir traversé le lac, et s’être retrouvé au pied des habitations, Pavince expérimentera le doublé de perche maillées (>25cm) de 26 et 28 cm au drop-shot. Fait exceptionnel pour lui, c’est son premier doublé de carnassier ! Puis un deuxième doublé, manqué celui la, avec une troisième belle perche de 28 cm sur le drop et un shot vidé de sa virgule !p28On finira tranquillement vers le port, pour débarquer juste avant la nuit et rejoindre à 200 m le parking. Au bilan, brochets (moy: 50 cm) 2 de pris, 3 décrochés, perches (moy: 25+ cm) 10 de prises, 5 décrochées, 2 sandres de 20 cm. Ce lac possède un potentiel de perche assez exceptionnel sur la région, les sandres ont l’air bien présents, nous reste à « valider » la présence de beaux brochets, le tout dans une atmosphère reposant et des paysages magnifiques, il deviendra certainement un must pour nous dans le 69, on reviendra :-)->

pictograms-nps-fishing

Rhône – Epis et Lônes de Feyzin. Comme dit précédemment pour le récit QGF, notre Rhône montre enfin un peu les dents… Les pluies de cette mi-octobre ont du bon, les débits re-franchissent la barre des 600 m3/s, les eaux se troublent, et même si les températures ne tombent pas vraiment, l’eau est rafraichie. La Saône y met du sien aussi, ce qui nous permet d’obtenir une pointe de crue à 1505 m3/s à Ternay. Idéal pour aller traquer les carnassiers dans le Vieux Rhône au sud de Lyon, ce sera le spot lône de feyzin.

On ne maitrise pas ce spot de bout en bout, très technique, très varié, des niveaux d’eau très variables, et ce, à débit équivalent, tout dépendant du taux de retenue au barrage de Ternay. On trouve tantôt des lônes et bassins plus ou moins remplies et zones de contre courant formées par la présence d’épis rocheux; le tout dans un univers de jungle… Waders et manches longues de rigueur. Difficile de choisir les moments pour aller y pêcher mais sachez qu’il faut savoir être opportuniste, les parties peuvent se jouer à l’heure près. En effet, il est préférable d’y pêcher soit par crue montante, voir stabilisée, soit en décrue lente. Les débits pouvant variés de plusieurs centaines de m3 en moins d’une heure, il faut savoir sauter sur l’occasion, encore faut-il être disponible…. Ça ne sera pas notre cas malheureusement et on la pêchera sur la fin d’une décrue plutôt accentuée (-200 m3/s sur 8 heures).ternay-11-10-2014On ne fera rien dans les bassins au nord, c’est pourquoi on partira plus au sud dans les épis. La, le niveau est faible et les prairies d’habitude immergées, laisse apparaitre les hauts fonds qui viennent coupé en deux ces criques formées par les épis rocheux. L’eau est très colorées, beaucoup de matière en suspension, la visibilité est nulle. D’innombrables débris jonchent la surface et le fond, c’est un peu l’apocalypse au ralenti ! Pavince, équipé montage drop-shot fera d’abord un petit sifflet de 35 cm à l’affut derrière un banc de petits chevesnes dans un contre courant, puis plus tard, un autre bec de 40 cm, situé quand à lui, à la sortie d’un petit cour d’eau formé par une zone en cours d’inondation.brc-41Après ça, plus rien, malgré nos insistances, sur plusieurs techniques, rien ne viendra… Il faudra revenir au bon moment, avec la bonne technique, et si possible au bon endroit ;-)-

pictograms-nps-fishing Vieux Rhône – Lône de la Table Ronde. Continuant avec un Rhône qui montre enfin un peu ses dents et désireux de persévérer dans le Vieux Rhône au sud, on se décidera à retourner voir notre cher spot de la lône de la Table Ronde.

Aujourd’hui encore, on a peu de chance, nos disponibilités ne correspondent pas forcement au meilleurs moment de la semaine pour aller pêcher la bas. Il faut bien se faire une raison, à ce rythme, on y retourne jamais ! Pêche en fin d’une décrue plutôt forte (1500 m3/s -> 900 m3/s en 2 jours), le niveau moyen d’un mètre est faible, à la limite du remplissage à son entrée.ternay-10-2014 On commence  justement par l’entrée, et à part un micro sandre suiveur, rien à signaler. On essaye Swimbait, poissons nageurs classiques, Cranck, Stick, etc… des passages par des leurres souples, c’est très calme. Il faudra, plus loin, des lancers très appliqués afin d’aller chercher des zones plus profondes et coins offrant de potentielles cachettes pour que Pavince voit enfin le jour. Après quelques tour de moulin, c’est le contact et assez franc. Le fish prends la bordure opposée et la longe un bon moment. Il faut le faire revenir dans le chenal et traversé la lône pour arriver à le prendre, dans les pieds. Ça c’est la théorie, pour la pratique c’est toujours très différent et le coté jungle, à pied, avec parfois de beau dévers jusqu’à l’eau, des bordures encombrées offrant des possibilités de fuite et de casse de ligne, donne lieu à des improvisations toujours cocasses ! Et Pavince n’échappera pas à la règle de la difficulté de prise à la main dans cet environnement. Ajouté à cela un brochet fort énervé et en forme, vous obtenez un combat qui dure lol Pour le plaisir du cameraman, qui se sera bien poilé. Après 1min30, il arrive enfin à sortir ce maillé à 60 cm, bien gras.broc-60-tbPar la suite, on ira sur la terminaison de la lône, pêcher sur une petite cassure bien connue, qui abrite souvent un ou deux carnassiers. Et au deuxième lancer, paaaf, c’est le contact de nouveau pour Pavince; cela secoue violemment la tête une fois, puis part sur la bordure opposée. Pavince bride un peu et fait revenir le fish à l’aplomb de la canne. Difficile à bouger, le poisson ne se laisse pas faire et coupe court au débat en laissant au pêcheur une agrafe ouverte et tordue ! Déçu de ne pas avoir aperçu le malfrat mais ravis de voir que le spot réserve toujours de belles surprises.

pictograms-nps-fishing Bassin de joute de la Mulatière. Un petit tour d’une heure un soir, entre deux pluies sur ce coin du bassin de joute de la Mulatière avec un Rhône à 600 m3/s environ. C’est un peu limite pour aller la bas, des crues plus appuyées étant préconisées, mais passant à proximité, on s’était dit que ce serait dommage de pas y faire un crochet pour voir…. Un pêcheur est déjà la depuis quelques heures sans résultats, l’occasion de faire connaissance rapidement avec un nouveau Lyonnais découvrant les joies de pêche de fleuve 😉 On fera le bassin en entier ainsi que sa sortie sur le Rhône sans contact ! Il faut dire que ce spot ne nous a guère apporter depuis le temps, persévérons…!

pictograms-nps-fishing Miribel – Lac de la Forestière. Cela faisait longtemps que l’on avait pas pratiqué le lieu et l’envie d’aller voir ce que qui s’y trame nous chatouillait depuis un petit moment. On y avait déjà fait du brochet allant jusqu’à 68 cm il y a deux ans, il pourraient bien faire 88 cm cette année… C’est avec lol69 que l’on se rends la bas, après la longue marche usuelle pour s’y rendre. Le niveau est bas, la température de l’eau assez chaude (env. 18 degré), le soleil montre bien son nez et le vent est quasi nulle, autant dire qu’on a connu de meilleures conditions de pêche aux carnassiers. On fera le tour complet sur l’après midi, mais à part deux jolie filles promenant leurs chiens et une belle perche, on y verra pas grand chose. C’est déjà sa me direz vous 😉 Et bien vous avez raison, les lacs de Miribel sont difficiles à pêcher, et hormis sur celui des Eaux Bleues, l’approche du carnassier est bien particulière, je dois bien reconnaitre que l’on a pas encore compris comment faire, si tant est qu’il y en ai une densité représentative pour cela !forest1On pratiquera toutes les techniques habituelles, leurres souples, PN, leurres tournants, etc… Sur la partie Est, plus composée de haut fond, on pratiquera quelques leurres de surfaces histoire de se faire plaisir. L’occasion pour Pavince d’utiliser un Slider Savage Gear imitation parfaite avec lequel il sollicitera une belle perche mais que ne saisira pas assez le leurre pour s’y piquer !perche26Et c’est le SpinnerBait qui offrira le résultat du jour à lol69, à la tombée du soleil, sur l’une des trois plages de cailloux, avec une perche maillée de 26 cm, bravo à lui, capot sauvé, pas pour tout le monde 😉 Il faudra y revenir avec surement plus d’eau et des températures plus basses voir si ce coin a bien grandis !

pictograms-nps-fishing Rhône – Plan d’eau de St Pierre de Boeuf. On connaissait grâce à Google Map ce coin, mais nous ne l’avions jamais pratiqué auparavant. Et c’est en lisant le récit sur le blog de Draghost que je me suis dit qu’il fallait franchir le pas. Il faut dire que c’est pas vraiment la porte à coté de Lyon. Comptez 50 minutes quand ça roule bien, un passage par le péage de Roussillon, puis par la D1086, direction de St Pierre de Boeuf et sa base nautique, et vous y êtes !


C’est donc avec Pipo que l’on ose, ce jour de grand vent annoncé, aller défier ce plan d’eau de la Loire par un dimanche après-midi ! Il fait très chaud, le vent souffle fort par rafale à 40 km/h, l’eau est très troublées, vision à 50 cm à peine sous la surface, avec les lunettes bien évidement, sans, la visibilité est nulle ! On embarque à coté de pêcheur à la grande canne en train de casse crouter, qui nous laisse gentiment la descente à bateau pour effectuer correctement notre mise à l’eau.mal-stpdbPavince commence fort au SpinnerBait, et sur les premiers lancers en bordures, touche le premier bec du jour, environ 35 cm, qui s’en ira avant la photo et une prise correcte de la main du protagoniste. Les bordures coté Ouest sont profondes et offrent vites des possibilités intéressantes. quelques herbiers ci et la mais rien d’affolant. On découvrira plus tard l’autre face… Sur ce bord la, on a même le droit à d’anciens murs de pierres immergés, disposé en carré, signe d’anciennes délimitations de champs cultivés et à présent noyés sous les flots. becOn traversera avant la chute pour rejoindre l’arrivée du petit chenal d’où dévalent les kayakistes. et comme le disais Drag dans son post, cette bordure est fortement peuplée par la végétation, désormais, c’est St Pierre de Texan; de toute façon aucune autre technique n’est praticable, même les ondulantes WeedLess de chez Rapala ont du mal a passer, les Spinner non plus. Il faut monter Texan Carolina, et même les plombs fuselés accrochent, tellement les amas d’algues sont denses. Il faut dire qu’avec la visibilité quasi nulle, ils nous est particulièrement difficile d’aller chercher les éventuelles failles dans cette jungle aquatique. Un peu déprimant pour le coup, toute la bordure Ouest est comme cela, à part en arrivant plus au nord après la seconde arrivée du spot à kayak, où la profondeur augmente un peu et les herbiers disparaissent. Du coup, on pratiquera en pleine eau, dans une profondeur confortable mais peut rentable. Les Rapala DT14, pourtant utilisés en général avec prudence, passent merveilleusement bien, mais sans résultats.2On passera sous le petit pont au nord afin de rejoindre la partie plus étriqué du plan d’eau, un premier « bassin » ou se jette le Batalon, petit ruisseau qui semble arriver de Poncin à hauteur de Champagole (Condrieu). Ici la profondeur est maigre, et hormis dans le chenal de l’ancien ruisseau ou la pêche est « plus » confortable, partout ailleurs c’est Texan Land, alors si y en que ça irrite la découverte mode Power Fishing en Heavy Cover, bha faudra pas venir ici, ou attendre peut être l’hiver et la disparition des herbiers ?! passagePour nous, c’était vraiment très difficile, pourtant habitué à ce type de pêche, dans le Vidourle notamment, ou certain spot peuvent s’apparenter, c’est plutôt l’absence de visibilité et donc de lisibilité qui nous a posé le plus de soucis !1Il est temps de rentré, on finira donc par la bordure restante, et rejoindre notre lieu d’embarcation, en repassant par le centre du plan d’eau car des carpistes pêchent en batterie la bordure. Une fois de plus l’occasion de tester quelques leurres en pleines eaux dans 4 à 5 mètres de fond mais qui ne donneront rien. Un mal pour un bien car ces bordures la semblaient aussi très encombrées et peu profondes. On croisera au passage un autre Floateur, capot celui la ! Il faudra revenir pour concrétiser mais ce plan d’eau possède un potentiel brochet manifeste.

pictograms-nps-fishing Grand Large. Comme à leur habitude, c’est la lol69 family qui occupera le terrain du Grand Large l’espace d’une journée. Toujours motivés par les gros becs en nombre et la pratique plutôt détendu en bateau, plus « easy » pour le Pap’s ;-)- Le reste de la Team est décidé à se limiter fortement tant l’affluence est énorme la bas, surtout les week-end, certaines embarcations y sont vu plusieurs fois par semaine apparemment… Nous pensons, pour notre part, qu’il faudrait vraiment que chacun s’impose un rythme maximum mensuel sur ce spot afin de préserver ce coin unique, et éviter entre autre, l’effarouchement…
C’est également pour des raisons de sécurité qu’il faut agir, car entre les barques de pêcheurs, les Flot-Tubes, les avirons et autres bateaux de plaisanciers, les parties peuvent vite devenir « dangereuses », de surcroit en période estivale. Et si la préfecture, la fédération de pêche du Rhône ou l’ULPL ne prennent pas d’initiatives en ce sens, c’est à nous pêcheur de s’auto limiter, 27 000 pêcheurs adhérents dans le Rhône, je vous laisse imaginer, à bon entendeur…!gl 66cm-lol69Pas mal de bec viendront aux leurres, principalement sur des poissons nageur et leurres maison 😉 Le plus gros fait 66 cm aujourd’hui, pour les autres entre 45 et 60. Les touches auront lieu le matin, puis le soir après une après midi plus calme.

pictograms-nps-fishing Miribel – Les Eaux Bleues. On ira avec Pipo pratiqué les Eaux Bleues de Miribel par une après midi avec un temps mitigés mais qui pourrait être propice aux bons contacts ! Il était venu seul il y a quelques jours prospecter la zone nord-ouest du plan d’eau, près des plages et de la jonction avec le canal du Morlet, aujourd’hui on retournera sur le spot le plus à l’Est ou se trouve les parties les plus profonde du plan d’eau (à notre connaissance). On embarquera par la plage officielle de nudistes, comme la dernière fois au mois de mai.

Il fait clair pour l’instant mais la météo annonce une couverture nuageuse pour la fin de journée, le thermomètre affiche 16 degré, l’eau est fraiche, et le vent quasi nul à 10 km/h. On décide ne pas passer trop de temps ici, on traversera rapidement le lac en passant par les deux îlots centraux de végétations. Ici, Pavince tentera le tombant situé en bout d’un des îlots; en effet ils ont bordés de hauts fonds, mais sur l’un des deux, l’une des « terminaison » est composée d’un tombant assez prononcé, partant de 50 cm de fond et descendant jusqu’à 3 mètres environ. Et au premier lancer, la tape fût bizarre, presque non ressenti, comme un coup sur une corde de guitare…. En ferrant par réflexe, il trouvera son bas ligne sectionné 30 cm au dessus de l’agrafe !!! Le leurre, un StickBait flottant, remontra à la surface, seul….! L’après midi sera très calme après ce départ en fracas et à part un suiveur de 40 cm qui viendra taper le Max Fat Shad Rap sans s’y accrocher, on ne verra pas grand chose…IMG_1551A noter au passage cette vision d’horreur sur les bords d’un des ilots des Grandes Vernes, un glane d’environ 1m40 est laissé à l’abandon, dévoré par quelques vers et mouches… Alors se pose tout un tas de question, comment est-il arrivé la en pleine zone de réserve de pêche… Est-ce un pêcheur en bateau qui l’a laissé la, des carpistes mal intentionnés qui braconnent depuis les ilots…, quoiqu’il advienne, ce n’est pas interdit par la loi (de tuer un silure, pêcher en réserve l’est ! lol) mais c’est franchement dégueulasse et pose des problèmes d’hygiène publique, imaginer que tout le monde fasse cela, des centaines de cadavres en bordure rendrait le coin impraticable…!!!

On passera comme à notre habitude pas mal de technique (nous n’en privilégions aucune), mais cela ne déclenchera pas de brochet. Les perches répondent à l’appel en insistant un peu sur les animations et Pipo pourra en faire une et Pavince 4, allant jusqu’à 28 cm.perche-28Mais le but du jour est Mr Esox, et on  pratiquera malgré tout, des leurres conséquents, et des animations très lentes. Cela paiera juste avant la nuit, alors que l’on discutait sur la dernière stratégie à adopter pour espérer déclencher du poisson, Pipo se fera surprendre par une tape appuyée et lourde, comme bloqué dans le fond.pipo3En prenant contact avec la ligne, on s’aperçoit vite qu’un protagoniste non négligeable y est pendu, le combat pouvait commencer. Le brochet en fera voir à notre Pipo si calme en cette fin d’après midi soporifique, sauts hors de l’eau et rush dans le fond, en voila un de 62 cm qui n’avait pas peur des aller-retour ;-)-broc-62Il fallait rester concentré et persévérer dans le bon sens aujourd’hui, tout c’est passé sur la dernière demie-heure, celle qui d’habitude vous laisse dubitatif, lorsque la journée n’a rien donné. El Pipo sort encore son coup du soir, en surprise et en total contrôle comme à son habitude. On finira juste à la nuit pour débarquer, et il fera une dernière perche de 27 cm histoire de parfaire son score 😉 Journée pas évidente, on ne sait pas si c’est le secteur qui veut cela, ou la baisse subite et franche des températures qui aurait quelque peut modifié le comportement très mordeur des brochets des Eaux Bleues ces derniers mois, mais ils étaient dur à déloger !

Au bilan du mois, des capots et pas mal de prises pour selon que l’on a effectué des spots non connus, et que l’on ne pêche pas les réservoirs lyonnais toutes les semaines… Les plus du mois sont des récompenses sur les coins difficiles sur lesquels on arrive enfin à sortir du poisson. On attends avec impatience les grosses pluies qui tardent à venir et même si un peu d’eau est tombée mi octobre, cela n’est pas suffisant pour redonner complétement vie et appétit à nos amis carnassiers !

Une petite vidéo pour mieux se rendre compte pour les amateurs… (19 min 20 s – 268Mo).


A bientôt pour d’autres pêches dans le Rhône… 😉


5 Responses to Sessions Carnassiers – Octobre 2014

  1. Draghost dit :

    Encore un CR bien captivant! Quelle bonne idée le Sipsey modifié, je l’ai utilisé une fois mais sa nage ne m’avait pas convaincu… avec une palette, ça change la donne! Dommage pour St Pierre mais la pêche est souvent ingrate, faire des bornes pour revenir capot… snif j’ai bien pratiqué cette année en me cassant les dents dans les alpins. Respect pour le Colombier, oui ce plan d’eau est difficile d’après les retours autour de moi mais la Fishteam démontre qu’il y a du potentiel! Allez la team continuez à nous faire réver, A+
    Drag

  2. Willy dit :

    Très bon CR, merci pour le petit clin d’oeil au pêcheur que vous avez rencontré au bassin de joute de la Mulatière…c’était moi! D’ailleurs j’y suis retourné deux fois, deux douilles. Dure de faire du carna sur ce spot, c’est bizarre car la présence de blancs est importante.
    Je suis fan des belles chandelles de broc présentes dans la video.
    Vivement les pluies et le froid pour revoir du sandre au bout de la tresse.
    Bonne pêche en novembre. J’attend avec impatience votre prochain CR.

    Wil

  3. 69Alexis dit :

    Salut!
    Beau résumé!
    Je suis allé aujourd’hui à la lone de la table ronde mais aucun résultat, même pas une touche. Je suis descendu à partir de la cabane en bois et j’ai pêché dans ces eaux là, je suis pas allé plus loin.
    Je trouve que ce post a un bon potentiel et c’est pas loin de chez moi donc si j’arrive a avoir des résultat, j’irais plus souvent.
    Du coup j’ai deux petites questions:
    _La cassure dont tu as parlé se trouve où exactement?
    _Le spot est pêchable hors crue?

    Merci d’avance!

  4. Pavince dit :

    Salut à tous et merci de votre attention.

    @Drag : les alpins on y viendra aussi mais je crois qu’il nous faut encore affiner notre travail au sondeur, et surement prendre un guide, au moins la première fois…

    @Willy : décidément ce bassin est ingrat lol, on le sait…, on sait aussi que la persévérance paie toujours 😉

    @69Alexis : -> la cassure se trouve devant la cabane.

    -> Hors crue, tu peux y aller, on y a déjà toucher du poisson, cherche sur le site « Table Ronde » et tu verras les nombreux articles. Le plus intéressant est aussi d’y aller les jours sans trop d’eau afin d’y découvrir la topologie justement…;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WordPress and ThemeMag

Accueil | CGU | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush