Sessions Carnassiers mai – juillet 2017


Mai à Juillet 2017, les sessions carnassiers.

Float-greenLes Eaux Bleues bord-blueRhône – QGF
Float-greenLe Grand Large boat-greenLe Grand Colombier
 Float-greenSt Pierre de Boeuf  bord-blueSaone – Perrache

bord-blueflaot-bluebord-blueLes pictos bleus représentent les eaux « ouvertes », lônes, rivières, fleuves…

bord-green Float-green boat-greenles pictos verts, les eaux « fermées », plans d’eau, étangs, lacs…

Tout d’abord, bonne ouverture 2017 à tous nos lecteurs, plus nombreux chaque jour, et que nous tenions à remercier, ce mois de mai bat des records d’affluence tant sur le site FishTeam69 que sur l’application iNav@FT69. La FishTeam69 vous souhaite bien évidement du fiiiiish à gogo !

Ces mois de mai à juillet s’effectuerons dans la continuité de nos sessions Corrézienne, à la traque du brochet. Nos envie de patauger en Float-Tube nous mènerons le plus souvent sur les classiques Lyonnais. Le Rhône et la Saône couleront des mois paisibles ne nous laissant guère le choix de pratique. Cette ouverture carnassier 2017 n’étant pas été celle escomptée, les récits de la team en payent les conséquences. En effet, le manque de temps pour la pratique nous a condamné à vous présenter un unique récit sur ces trois premier mois de pratique aux leurres.
Chose inhabituelle pour ceux qui nous suivent régulierement et qui devaient se demander ce que la fishteam69 traficotait… Les membres étant aussi de plus en plus pris par leurs activités professionnelles notamment, il en devenait de plus en plus compliqué de se réunir pour aller traquer nos amis les fish. Et en dehors de cette (finalement) superbe ouverture sur Neuvic, nos sorties ont été bien pauvres, tant en fréquences qu’en productivité. C’est pourquoi ils nous paraissait difficle d’établir des récits concrets et des vidéos dignes de ce nom…


A ce sujet un petit coup de gueule nécessaire ne serait-ce que pour se défendre des bêtises que l’on peut voir ou entendre sur internet et qui nous vise indirectement. Alors on lit ci et la que la production de vidéo sur internet « éduque » les poissons, ceci expliquant le nombre faible de récit sur les forums et de vidéo sur les chaines youtube Rhodanienne.
MDR dira t-on par chez nous, surtout quand vous connaissez les bestiaux qui prétendent que le partage réel autour du monde de la pêche ramenerai trop de monde au bord de l’eau et rendrait donc le poisson plus méfiant et plus intelligent. Il est surement plus facile pour eux d’accuser les autres que de se remettre en cause réellement. Certes l’augmentation de la pression de pêche peut « éduquer » les poissons, le verbe étant fort lorsque l’on sait ce qui nous différencie des ces espèces, mais de la à généraliser ce phénomène à la totalité des surfaces, il y a surement des nuances à envisager !
Ces soit disant pêcheurs, qui après seulement 3 ans d’apprentissage jouent les sponsorisés (après avoir obtenu justement 10000 abonnés sur leur chaine youtube en diffusant leurs « vidéos ») et donnent des cours sur internet, se trouvent fort embêtés quand la réalité revient à leur yeux.
Ce serait donc la sur-pêche qui donnerait des résultats médiocre pour la quasi totalité des pêcheurs Lyonnais en ce début de saison et qui expliquerai qu’ils ne partage plus leur « videos » et récits ?!?! Mettant la pression au passage aux sites comme le notre qui partage sans limite récits, photos, vidéos, cartes de bathymétrie, etc… Pour eux, il n’est surement pas question de se questionner, tout d’abord sur leur aptitude, mais également sur les conditions qui pourraient influencer les faibles résultats des sorties.
Quand de surcroit l’on sait qu’ils pratiquent régulierement dans des secteur interdits (darses et j’en passe…), il peut paraitre gonflé d’accuser les autres pratiquants de loisir de pêche de venir sur leurs (?) spots et donc de cesser la diffusion d’information pour ces raisons. Messieurs (jeunes hommes devais-je dire), ouvrez les yeux, vous êtes tout simplement mauvais, et pas joueurs 😉
Non seulement ça braconne mais en plus ça se prends pour des stars… A la fishteam69, le premier reflexe sera de se dire que l’on est vraiment pas dans le coup tout simplement avant d’enrevoir eventuellement des phénomènes météorologique qui auraient pu affecter la pêche, et le panel d’excuses possibles qui s’offre à nous, comme l’absence de pluie et/ou des grosses chaleur, mais surement pas d’aller trouver des excuses bidon, eux qui apprirent beaucoup d’internet justement (et du site fishteam69.fr) en allant pratiquer, non seulement des spots classiques de la région qu’ils appeleront « leurs » spots mais aussi en profitant du faible taux de gardiennage pour aller en lieux interdit, d’ou les certaines réussites qu’ils ont pu arborer ci et la de part le passé, c’est beau un poisson métré, surtout quand il est pris hors des réserves ! Ils oublient aussi que s’il y a encore du poisson dans nos eaux, c’est avant tout grace au travail des AAPPMA et de l’alevinage, financé par l’achat de carte de pêche, et donc dépendant fortement du nombre de participants, alors, s’ils réfléchissaient un peut (si tant est que ce soit encore possible), ils comprendraient que le partage facilite l’accès au loisir de pêche, donc cela augmente le nombre de participants, et donc le nombre de cotisations et donc les alevinages potentiels, CQFD non ?! Bref, on respecte tous les points de vue mais ces précisions nous paraissaient nécessaires.
De notre coté non plus, on aura pas beaucoup de résultats, a part peut être dans le Rhône en secteur ville ou la température des eaux n’est pas monté en flêche subitement et l’on remettra cela sur notre amateurisme et sur les conditions météo très peut propices à de belles ouvertures. Le Rhône et la Saone coulent des jours paisibles et en dehors d’une faible crue début mai, le reste ne se jouera qu’entre étiage et module inter-annuel. Dans les plans d’eau, la température de 27 degrés début mai pourrait expliquer ce manque d’activité manifeste, les herbiers foisonent et ont colonisés la plupart des spots habituels. C’est plutôt une bonne chose pour la survie des espèces mais cela rends la pratique compliquée. A Miribel par exemple, on trouvera des herbiers dans 7 m remontant sur toute la colone d’eau, la clarté de celle-ci sur les derniers mois sans pluie y étant pour quelques chose. Les poissons semblent tankés dans les couches profondes, au milieu des amas d’herbiers et il est bien difficile de les faire réagir, tout du moins nous n’y sommes pas parvenu.
Seul Pavince déclenchera un brochet maillé de 60 cm sur un ULM6 Rapala bien jerké, la tape sera en réaction à l’animation, violente, offrant au protagoniste un premier et dernier brochet maillé des ces trois premiers mois. En dehors de cette anecdote, quelques tape sans suite, une perche de 25cm et c’est bien tout. On fera une sortie au Grand Colombier avec john lol69 et le magic boat, mais à part un mini bec de 35cm venu se fracasser sur un LS à Pavince dans 5m50 d’eau, on verra pas grand chose.
On ira l’espace d’un week-end pratiquer le Vidourle à la recherche des brochets de l’A9, c’est comme cela que nous avons appeler ces filous qui jouèrent jadis avec les poppers de lol69 et qui lui donnèrent de belles émotions lors d’une précédente sortie en 2016. Les Black-Bass sont en frais, des panneaux explicatifs permettent aux amateurs comme nous de mieux comprendre tous ces phénomènes, et de respecter un peut plus cette variété de poisson qui nous ait si chère. On pratiquera donc au maximum loin des bordures, même si dans un Vidourle en descente de crue cela n’est pas toujours facile. Pavince ira de sa brème pris à la dorsale avant de faire un Bass par inadvertence, 25 cm qui ne semblait pas en phase de reproduction, comme souvent sur ces tailles la. On ne trouvera pas les brochets escomptés, dans une eau marron et très chargée, assez inhabitulle ici, l’activité est réduite au néant, il faudra se résigner à revenir sous de meilleures hospices.Une petite perche viendra malgré tout nous rendre visite.
De retour dans le 69, les seuls moments un peut productifs auront été les petites du soir en mode street en Saone ou dans le Rhone si tant est que vous ayez le bon pattern. On traquera plus particulierment la perchette en bordure, seule espèce qui parassait répondre sur ces premiers mois difficile. Il fallait monter très fin (12/100 nylon) afin d’obtenir des scores significatifs et user de petits minow bien jerké pour les déclencher. On en fait pas plus qu’une dizaine par session du soir mais cela nous sauve un moral devenu en berne. La surprise et les concéquences de telles conditions apporteront malgré tout une bonne dose d’espoir.En effet, la clarté des eaux due à l’absence de pluie, et même si quelques barrage se sont lachés, ont permis aux herbiers de se développer plus que d’habitude sur le secteur ville du fleuve, chose plutôt rare pour nous qui suivont le Rhône depuis 6 ans maintenant. Les faibles écarts de cote ont su maintenir les oeux de ponte en eau et le résultat se fera sentir dès le mois de juillet, des dizaines de petit brochetons ont colonisés les bordures, et ils nous aient arrivé plusieurs fois de scorer malgré nous, plus de sifflet que de perchette ! Nous arreterons donc nos sorties du soir prématurément afin d’éviter d’abimer ces juvéniles très en forme. On attendra le mois de septembre, voir octobre afin de traquer leur parents. La reproduction semble exceptionnelle cette année, nous n’avons jamais vu et pris autant de brochet sur ce secteur, pourvu que cela tienne et qu’ils grandissent vite et bien 🙂 Un soir et sur un montage plus costaud, Pavince pourra déclencher un petit silure de 86 cm, après avoir cassé sur du plus gros quelque jour auparavant, enfin un combat « correct » qui plie un peut la canne.On finira le mois de juillet en Saone a taquiner la perchette, ici les brochets ne semblent pas s’être reproduit comme dans le Rhône, la Saone naturellement plus teinté n’ayant pas offert autant de support de ponte, tout du moins en secteur ville, affaire à suivre… Les perches sont tatillonent et ils faut ici aussi user de petit minow (Rapala ULM04) bien manié pour en voir quelque une derrière et éventuellement dessus !
On attends donc avec impatience nos congés afin d’aller respirer si possible un air plus frais dans la rivière Lot, et traquer les Bass comme chaque année, récit fin aout pour cette aventure.


Bilan sur cette ouverture 2017, dans les plans d’eau les eaux sont très chaudes, et les résultats s’en font ressentir. En fleuve, la situation semblait moins accentué même si les scores restaient faibles, il s’est pris quelques brochets mais riens de très significatif. Seul les perchettes et sifflet semblaient sur le coup.  Le bilan global est faible, on a touché du poisson, mais en très petite quantité, certain ont eu le droit au maillé du moment, on a rigolé et c’est bien l’essentiel 😉 En espérant que la suite s’améliore vite, cette année 2017 s’annonce difficile et pas uniquement en terre Lyonnaise.


Une petite vidéo pour mieux se rendre compte pour les amateurs… (10min20/240Mo).

A bientôt pour d’autres pêches dans le Rhône… 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Powered by WordPress and ThemeMag

Accueil | Mentions Légales | CGU_iShare_iNav | Politique_Confidentialite | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush