Sessions Carnassiers – Mai 2016


Mai 2016, les sessions carnassiers.

Float-greenLes Eaux Bleues bord-blueRhône – QGF
Float-greenLe Grand Large boat-greenLe Grand Colombier

bord-blueflaot-bluebord-blueLes pictos bleus représentent les eaux « ouvertes », lônes, rivières, fleuves…

bord-green Float-green boat-greenles pictos verts, les eaux « fermées », plans d’eau, étangs, lacs…

Tout d’abord, bonne ouverture 2016 à tous nos lecteurs, plus nombreux chaque jour, et que nous tenions à remercier, ce mois de mai bat des records d’affluence tant sur le site FishTeam69 que sur l’application iNav@FT69. La FishTeam69 vous souhaite bien évidement du fiiiiish à gogo !

Ce mois de mai s’effectuera dans la continuité de nos sessions Lot, à la traque du brochet. Nos envie de patauger en Float-Tube nous mènerons le plus souvent sur les classiques Lyonnais. Le Rhône et la Saône couleront un mois mai « agité » entre crue et régime soutenu nous donnant l’occasion, pour le premier, d’entrevoir des phases de pêche intéressantes.


pictograms-nps-fishingLes Eaux Bleues – Miribel.Float-green On commencera par rejoindre le plan d’eau de Eaux Bleues la semaine suivant notre retour Lotois. Envie de brochet en Float-Tube, le lieu s’impose surtout par jour de grand vent comme ce dimanche. En effet, la météo prévoit des alternances nuageuses avec beaucoup de vent de nord, 60 km/h annoncé. Revenant de sessions plutôt costaudes niveaux vent et débit, cela ne nous rebutera pas et c’est donc de 14h à 21 h que l’on se rendra avec Pipo et CLC au vent du sud pour un embarquement classique. En arrivant sur Miribel, on voit bien quelques Float-Tube en action mais ils sont tous planqués dans la lône du Morlet, à l’abris du vent, courageux mais pas téméraire…;-) Sur le plan d’eau lui même, c’est le désert total, et a part quelques voiles, les pêcheurs sont bien absent. On avait estimé la température de l’eau à quelques 16 degrés, elle est plutôt à 22, autant dire que la pêche risque d’être plus compliquée que prévue.contact-eb Malgré cela, tout commencera très fort, puisqu’après quelques dizaines de minutes de pêche, et alors qu’il entrevoyait des grand linéaire au DT6 dans 4m d’eau, Pavince verra l’engin débouler au dernier moment sous le Float, se saisissant avec une violence inouïe du leurre, et replongeant immédiatement vers le fond entraînant la canne entière dans l’eau à la touche, du rarement vu ! Pavince pourra seulement voir une masse argenté au alentour du mètre, de quoi monter en adrénaline. Le combat pourra commencer sur un rythme imposé par le poisson, et malgré les ressentis qui lui font de plus en plus pensé au Silure, Pavince espère et gère la ligne en finesse. Au bout de 15 minutes, le petit glane excité montrera sa tête, laissant le protagoniste entre étonnement et déception.glane-eb Ravis d’un magnifique combat, qui rivalise s’en problème avec les plus belle tirette de carnassier, il avait une pêche d’enfer et à livré un combat digne, 92 cm hyper tonique qui donne du coeur à toute la team. A noter une marque, trace blanche sur la terminaison du silure, sur le dessus de la codale, marquage ? maladie ? On décide de traverser jusqu’au iles PVC, histoire de s’offrir au moins une heure ou deux de pratique à l’abris du vent soutenu qui creuse maintenant le plan d’eau. Petite pause casse-croute bien mérité, on croisera enfin quelques pêcheur en Float venu braver le vent fort. On se laissera pousser par le vent dans une anse formé par les Vernes et l’une des  iles, on était déjà passer par la, mais sans jamais s’y engouffrer. La profondeur augmente à 2m80, et de nombreux herbiers tapissent le fond, idéal. La zone est bien venté, l’eau est troublée/piquée, et un léger courant de fond semble se dessiner. Ici on profitera surement d’une petite phase d’activité très courte, alors qu’un gros nuage venait assombrir cet ensemble déjà bien propice. D’abord Pavince qui loupera un énergumène de 60 cm venu une fois de plus taper au dernier moment sous le Float à la montée du leurre (Clackin Cranck Rapala 7cm) mais qui ne se piquera pas, puis juste après Pipo, même conséquence, puis enfin CLC, le tout en moins de 20 minutes et sur une zone de quelques hectare.clc-combat CLC réussira le bon geste dans une mini fosse au milieu de haut fond, et pourra triompher d’un 62 cm bien en forme. Aujourd’hui, ils étaient tatillon mais super énergiques, paradoxal ? ils sont surtout de plus en plus éduqué ! Après cela, on touchera quelques perches mais plus de bec.clc-bec-eb On arrivera pas à en déclencher d’autre malgré des variations de pattern pas ininteressantes. On finira la journée bien avant la fin légale d’heure de pêche, chose assez rare pour être signaler, la fatigue accumulé dans le Lot étant encore bien présente, même une semaine après, c’est du sport la pêche 😉

pictograms-nps-fishingLe Grand Large – Décine.Float-green On fera deux petites sortie au Grand Large histoire de pouvoir rejoindre le spot en transport en Commun, et comme peu de spot permettent cela, on ira avec Pipo pour deux sessions , une à pied, l’autre en Float sur Décine. Les parties se font de 14h à 21h environ, dans des conditions plutôt chaude, avec des eaux légèrement teintées montées à 25 degrés sur certains secteur du grand Large et d’autre à 21 degrés. Notre tour à pied ne donnera rien, le vent à 70 km/h en rafale a transformer le Grand Large en petite mer intérieur et les creux des vagues semblent atteindre 1 bon mètre certaines fois !!! Du coup on fera plus se promener que de pêcher réellement, ajouter à cela, la compétition GN Carla du jour, division Challenger, nous profitons du moment pour admirer les jolis BassBoat et les moteurs 200 CC au cul… Journée capot mais journée sympa, on finira la discussion du soir avec l’un des commissaire de la compétition, ludique 😉 La session Float-Tube de la semaine suivante s’organise sous les même hospices, alternances nuageuses et vent fort. On décide d’aller embarquer plus au centre du plan d’eau, vers les bases de voile, afin de pouvoir rejoindre des zones « inexplorées » plus facilement et se permettre un retour tardif sur ces zones sans avoir à palmer des heures pour rentrer. On trouvera facilement un autre accès voiture pour se poser et embarquer en ne marchant qu’une centaine de mètres… Aujourd’hui, on explorera donc de nouvelles zones, histoires de faire évoluer notre vision de ce plan d’eau et trouver éventuellement des concentrations de poisson blancs, et évidement peaufiner la bathymétrie du plan d’eau, vers des trous plus difficiles d’accès avec la logistique bateau, le Float c’est l’idéal pour aller scanner près des bordures ou en zone encombré.gl On remontera donc le long des petits ports qui bordent les base de voile pour arriver au niveau du camping, puis nous nous éloignerons progressivement du bord perpendiculairement afin de rejoindre des zones plus profondes à la recherche de vie. Dans les ports des centaines de banc de chevesne batifolent ci et la, dans 1m70 d’eau au milieu d’herbier déjà bien développé qui occupent la quasi totalité de la couche d’eau. On essaye de pratiquer ces zones, et les perches montrent le bout de leur nez, l’occasion pour Pavince d’en dépiqué deux belles de 35 cm, ou alors deux fois la même 😉 Pas une trace de bec actif sur zone, on avance encore, non sans faire des petites pauses afin de permettre à Pipo de regonfler son boudin droit devenu capricieux depuis quelques sessions. On excedera pas les pêches dans + de 1m80 d’eau sans résultat, nous décidons donc à prendre la tangente pour trouver du frais. En s’éloignant on arrive vite sur des topologies à 3m de fond avec une couche d’herbier remontant sur 80 cm nous offrent un espace de 2m20 pour passer nos leurres, ajouter à cela, une teinte différente des eaux sur ce secteur, moins marrons, plus piquée et une température ayant rejoint les 21,4 degrés, mieux ! Mais la grosse surprise fut le nombre d’écho poisson, et notamment de banc de fourrage, présent en nombre impressionnant, éparses de quelques mètres à chaque fois, et long de plusieurs mètres ! Pavince croit d’abord à un dysfonctionnement du sondeur, puis effectuant quelques affinage d’affichage sur le DSI, pourra voir qu’il ne rêvait pas, c’était bien des bancs de blanc, situé entre deux eaux (1m/1m50), qui tapissaient le lieu. On restera sur zone, non sans avoir marqué un way-point, usant de leurre souple de toute couleur et de toute taille, avec différents grammages pour varier et trouver le pattern. Chose faite après pas mal d’ajustement, d’abord parce que les premières touches trop timides ne donnaient rien, puis parce que le peu de contact ferme et suivi se décrochait aussi vite que pris !bec2-gl C’est donc des leurres souples type shad, de taille 5 ou 6″, couleur blanche, qu’il fallait utiliser. Les autres modèle et tailles ne fonctionnaient absolument pas ! Nous ne sommes pas des spécialistes de la pêche aux leurres, et encore moins au leurre souple, mais nous n’avions jamais constaté autant de différence et d’impact sur tel ou tel choix de leurre souple. Pipo ayant pratiqué un bon moment en dehors de ce qui semblait être le pattern trouvé par Pavince, il ne touchera rien jusqu’a ce qu’il utilise le pattern payant du jour pour prendre une tape au premier lancer, comme quoi ! A partir de la, ce fut infernal, on prends une touche tous les 15 lancers, de quoi passer un bon moment.bec3-gl Certes on en loupe beaucoup, et la majorité des prises sont petites, mais quel plaisir malgré tout de prendre des touches et profiter des petits combats énergiques avec des becs bien en forme en ce moment. En se laissant dériver avec le vent, on trouvera pas mal d’autre zones ou les bancs abondent, et les touches s’enchaineront mais se faisant plus rare malgré tout ! En cherchant le pattern qui semblait avoir changer depuis quelques minutes, et pour déclencher peut être du plus gros, on utilisera des poissons nageurs sans billes, très important sur des poisson éduqués et les jours ou ils sont tatillons comme aujourd’hui, et ou seul les leurres souples semblent fonctionner. pav-bec-glBien à nous puisque d’abord sur un Scatter Rap Cranck, deux touches sur quatre lancers et deux bec de 40 cm puis avec un StickBait Salmo -2m silencieux, une touche à l’arrivée au Flaot qui fera sursauter le protagoniste. C’est alors qu’il relevait son leurre à l’arrivée, marquant une légère pause, que Pavince verra arriver et claquer la surface, un glanou d’environ 1m, venu percuter le Stick pour s’en emparer et filer vers le fond, repassé à 2m80 ici.pav-combat-gl Et c’était reparti pour des tours de manège pour un Pavince qui, comme la semaine passé au eaux bleues de Miribel, pouvait profiter de petit glane très réveillés et délivrant toute leur puissance à ces époques et dans ces conditions. comabt-gl-sun15 minutes plus tard, il pourra lever le petit gris clair d’1m08 et célébrer le combat du jour comme il se doit ! silure-gl2Après cela et émotions passée, on fera encore quelques petits becs en rentrant vers le lieu de débarquement, et toujours beaucoup de décrochés, la pêche sans hameçon chance étant plutôt une bonne chose lorsque beaucoup de petit sont de sorti, cela évite d’en abimer quelques uns trop goulu 😉 On finira notre journée creuvé une fois de plus mais satisfait, la pêche dans le vent ça peut être productif des fois, ce qui est sur c’est ce que creusant tout le temps 🙂 bec3-glAu bilan on touchera 20/25 brochets, ne se saisissant que de 10, dont 3 maillés, 52, 52 et 54 cm, 3 perches (28 cm max) et un silure 1m08, plutôt plaisant ! On reviendra explorer ces zones qui semblent bénéficier d’une topologie en « canal », profitant ? de l’apport d’eau amont du Grand Large et d’un léger courant de fond oxygénant propice à la tenue de ces innombrables bancs de poisson blanc ? à confirmer…

De son coté lol69 avec le Pap’s iront faire leur lot de bec au Grand Large histoire de respirer autre chose que l’air à capot du Colombier. 35, 38, 43 , 47, 48 et  65 cm pour eux pris au DT6 et Golem 100.

P1010324

Bien joué la Team MDL…. 😉

pictograms-nps-fishingLe Grand Colombier – Anse.boat-green John ira de son coté faire quelques sortie au Grand Colombier histoire de parfaire ses techniques locales et enfin refaire un bec sur ce spot où il est difficile de déclencher du brochet en général… Stratégie au gros leurres souples, Big Bait et consoeur, il décidera d’utiliser du lourd. A noter le début des travaux au Grand Colombier, en effet le « bras » mort du nord va disparaitre, coupé au niveau de la fosse, par une digue qui va traversée le lac… snif, c’est une partie intéressante du plan d’eau dans lequel ont avait eu de beau résultat qui disparait… La carte iNav sera mise à jour dès que possible, on attends l’achèvement de l’endiguement. Voila pour les mauvaises nouvelles, la deuxième c’est que les becs sont aux abonnées absent et à part un décroché sur petit bec tatillon, lol69 ne verra rien arrivé au bateau… Début difficile sur ce plan d’eau ou il est souvent plus facile de se casser les dents que de prendre du poisson, mais c’est comme cela qu’on progresse 😉

pictograms-nps-fishingLac de Vassivière – 87.boat-green John ira en compagnie d’autres acolytes pêcheur, expérimenté ce fameux plan d’eau, lac de barrage, de Vassivière situé dans le Limousin. sur trois jours ils auront le temps de prospecter une infime partie du lac tant l’étendue est vaste. Entre partie « hauts fonds » situé entre 5 et 10 m d’eau, pour descendre un peu plus vers 32m sur les profondeurs maximale du lac. C’est est un lac artificiel de 9,76 km² qui fut créé par la construction d’un barrage situé sur la Maulde à la sortie de son vallon encadré par ses deux collines, à l’endroit idéal pour construire un barrage. Superficie : 9,76 km². Altitude : 650 m. 50CMCe sera l’occasion de quelques sandre et autre brochet pris tantôt aux leurres souples, tantôt sur des choses plus fun comme les BusterJerk. Un bilan positif qui le décide à nous y emmener un jour peut être, sur quelques jours, pour profiter du camping à 300m et de mobile home plutôt pas cher et correct.75CM

Superbe robe sur ce 75 cm du lac de Vassivière, bravo la Team apéro ;-)-

pictograms-nps-fishing

Rhône – QGF. bord-bluePetits tours du soir dans le Rhône en mode street entre 18h30 et 21h. On commencera nos sessions promenades du soir sur le même secteur chaque année. On choisi pas les spots, on s’impose le lieu le plus proche, le but étant de traquer du poisson sur un même lieu toute l’année et non lui courir après le long des barges. C’est à la fois technique et enrichissant, car le Rhône bouge beaucoup, et savoir s’adapter est l’une des clefs de la réussite à la pêche, cet entrainement est donc primordiale. Pratique à partir du pont SNCF de Perrache, puis descente à l’aval jusqu’au premier bas-port et ponton de ski nautique. Nous sommes le 15 mai et nous n’avons toujours pas tremper les lignes dans le Rhône, après une ouverture dans le Lot et une semaine de boulot chargé au retour, nous n’avions pas trouvé l’intervalle pour aller pratiquer notre fleuve préféré. Sur ce mois de mai le Rhône pousse de manière constante et descendra quelques rare fois en dessous des 1000 m3/s (Station Perrache), les pluies abondantes y étant pour quelques choses. Pavince ira seul sur cette première session retrouvailles avec un Rhône à 765 m3/s. qgf1Le Rhône est piqué à souhait, un vent fort de sud s’oppose au débit prononcé et un ciel menaçant fait son apparition, les conditions semblent idéale.  Pratique du jour uniquement aux leurres souples, les autres boites sont volontairement laissé à la maison, il faut persévérer sur ces techniques qui sont les seules applicables dans certaines conditions, et notamment avec des débits appuyés. Montage plombé texan 7 gr  histoire de gratter, voir même laisser trainer dans le fond sur de petite coulée, ou avec de léger sursaut. Pavince décide de se cantonner à la zone de haut fond juste à l’aval du pont de chemin de fer car en dehors le débit pousse trop et même avec une TP de 30 gr cela serait limite, au niveau des piles de pont, l’engorgement provoque des accélérations folles et il est difficile d’exploiter ce spot habituellement productif. qgf2Et il ne mettra que quelques minutes à bénéficier d’une chance inouïe, alors qu’il ramenait à vitesse ultra lente, par légère traction, entrecoupé de longues pauses pour laisser redescendre le leurre en planant, un brochet surgit du fond arrivé en bordure, et viendra puncher le leurre, avant d’effectuer un demi tour éclair pour rejoindre la veine de courant plus loin. Arrachage de leurre en règle, le combat pouvait commencé avec un Pavince tout étonné de constater de tel résultat, et si vite, dans un Rhône ou il faut bien dire, les habitudes sont plutôt au capot. Le brochet effectuera quelques rush impressionnant dans le courant obligeant Pavince à gérer sur de belles flexions.FullSizeRender Passer les difficultés a aller se saisir de tel spécimens dans les pierres boueuses et glissantes, il pourra se saisir de son bec maillé à 65 cm !!! Un score sur ce secteur, car en 4 ans, on les compte sur les doigts de la main  et des pieds lol Disons que maillé un brochet en street dans le Rhône, et de jour (n’est-ce pas Messieurs…), c’est pas fréquent et reste compliqué, c’est pourquoi, et dans nos coeur, ceux la compte double 😉IMG_0869

On retournera deux fois sur le Rhône en fin d’après midi. Cette fois ci, en arrivant près de l’eau, on constate de suite une coloration marron assez habituelle pour des débits équivalent, mais ce qui l’est moins, ce sont le nombre de matière en suspension présente, qui nous rappelle de bien mauvais souvenir… On distingue bien les matières organiques et boueuses, distillant une fine pellicule qui se décante au fur et a mesure que le Rhône avance. Confirmation faite sur le site de la CNR, puisque Pavince pourra lire qu’il s’agit bien la de vidange de barrage (et non de purge), c’est pourquoi les annonces ne sont pas diffusée fortement publiquement : Les opérations d’accompagnement de l’abaissement partiel du barrage de Verbois sont terminées. Reprise de la navigation sur le Haut Rhône ce jour entre les pk 62.000 et pk 191.870. cf. avis à la batellerie FR/201602631. Bon coup de flair sur ce coup la, il faut dire qu’un Rhône dans cet état sur Lyon, depuis les purges de 2012, on avait pas vu ! Sur les deux sessions, ce Rhône marron boueux, pousse à 1050 et 1200 m3/s rendant la pratique limitée à quelques hectare de Rhône sur ce que l’on appelle désormais le bac à glane… Juste à l’aval du ponton de ski nautique, se dessine une zone de contre courant, remous et tourbillons remuent l’espace, de vaste nappe effet huilé apparaissent de temps à autre signe que le secteur subit de forte variation dans les couches d’eau, lieu propice de chasse des moustachus du Rhône.IMG_0870 On avait déjà constaté les années précédentes des concentrations de silure certains soir et dans certaines conditions. Cette année semble ne pas échapper à la règle, puisqu’en exploitant le même pattern que les fois précédente et dans des conditions identiques, Pavince se fait rapidement atteler à du lourd qui se décrochera au premier coup de tête. A la fois satisfait et dégouté de n’avoir pu vivre un combat sympathique, le protagoniste reviendra, accompagné de Pipo pour une session courte 19h-21h dans ce même bac à glane. Les eaux sont toujours très colorées et des matières en suspensions toujours bien présentes malgré la fin du chantier de barrage.qgf3La dernière fois ils étaient arrivé sur zone aux alentours de 19h30, aujourd’hui il faudra attendre 20h, et c’est Pipo qui prendra la première attaque, en surface, et un noeud de raccord tresse/fluoro qui rompra instantanément…rhm hm, inexcusable. Seulement 2 minutes après c’est au tour de Pavince de ramasser plein courant, à la tombée du leurre, deux grosses secouée auront raison du bas de ligne 80/100 avalé sur 35 cm, et donc sectionné sur la partie en 40/100…périmé bhaaaa pfffff on s’est encore fait ni…. ! Pas facile de les faire ici, on en touche souvent, on en a vu quelque uns, mais on ne les a encore jamais sorti, décroché, hameçon tordu, agrafe péter, bas de ligne sectionné, on a un peu tout eu…. Le challenge est lancé à tous ceux qui veulent casser du moulinet 🙂

 


Bilan sur cette ouverture 2016, dans les plans d’eau, la pêche donne beaucoup de petit, les eaux sont chaudes, et seul les glanes semblent réellement actifs. Idem en fleuve, ajouter à cela une légère crue soutenu depuis le début du mois, il était compliquée de pêcher le Rhône en secteur ville, il fallait surement aller plus en aval dans le Vieux Rhône afin de profiter de l’effet crue sur ces parties la, encore faut-il savoir faire… Coté leurre ayant « fonctionné », les leurres souples sont bien présent car ils assurent une certaines discrétion sur des poissons tatillons comme en ce moment, les PN sont à presque l’arrêt à part quelques modèles sans bille et les DT qui fonctionnent quoiqu’il arrive, décidement. Le bilan global est bon malgré tout, on a touché du poisson, tout le monde a maillé un bec, certain ont eu le droit à des combats sympathiques, on a rigolé et c’est bien l’essentiel 😉


Une petite vidéo pour mieux se rendre compte pour les amateurs… (9min36/221Mo).

A bientôt pour d’autres pêches dans le Rhône… 😉

 

3 Responses to Sessions Carnassiers – Mai 2016

  1. badgon74 dit :

    Salut les gones.
    Sympas cette petite retrospective de Mai.
    Pas mal le brochet dans le rhone.
    Dites moi je vis en haute savoie mais originaire de lyon j’y
    Peche régulierement.
    Demain je voulais allez pecher a vernaison lone+rhone mais je
    Ne sais pas la hauteur du rhone en ce moment.
    Vous ne sauriez pas ou je peux allez me ballader sinon?
    Je voudrais rester aux abords de lyon.
    Merci de vos conseils.
    Et bonne continuation ce blog est vraiment bien

  2. Pavince dit :

    Salut badgon74 !
    Pour le Vieux Rhône sud de Lyon, réfère toi aux débits et côtes du Rhône à la station de Ternay. Même si cela n’indique pas les chiffres pour ce secteur directement, tout ça est bien lié et donne les infos nécessaires : ici.
    A partir de 1000 m3/s tu peux aller dans le Vieux Rhône et les lônes deviennent intéressantes au dessus de 1500/2000. C’est donc propice en ce moment, l’idéal étant les phases prolongées à haut débits, et les longues phase de descente bien lentes. La hauteur n’est pas directement lié au débit mais une relation est possible. Tout dépend du taux d’ouverture du barrage aval, qui peu provoquer soit des abaissement du niveau du Vieux Rhône, soit un remplissage par effet de retour de nappe d’eau montante… Pas de secret, il faut pratiquer, les situations sont tellement variée dans un fleuve régulé comme le Rhône…
    Sinon et si tu veux rester dans les eaux « ouvertes », tu peux essayer les lônes de Feyzin et leur parties avales sur le Vieux, la Table Ronde et ses parties avales sur le Vieux, Ciselante (Vernaison), les bassins de joute (Vernaison, Grigny)… Infos ici. Plus au sud mais on s’éloigne de Lyon, la lône de l’île Barlet, Loire/Rhône, l’île de la Chèvre, St Pierre de Boeuf… ou alors partir en Saône, mais là, on connait moins pour la carna…
    En ce qui concerne les eaux fermés, les Eaux Bleues et le Grand Large restent des must pour la pêche aux leurres !
    Bonne pêche !

  3. badgon74 dit :

    Merci de ton commentaire pavince
    Je vais rester sur vernaison alors.je peche a la journee du coup leur+vif.on vera bien.tes conseils sont précieux.
    Bonne soiree et encore merci pour le blog qui est genial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WordPress and ThemeMag

Accueil | CGU | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush