Sessions Carnassiers – Janvier 2021


Janvier 2021, les sessions carnassiers.

boat-greenLe Grand Large

bord-blueflaot-bluebord-blueLes pictos bleus représentent les eaux « ouvertes », lônes, rivières, fleuves…

bord-green Float-green boat-greenles pictos verts, les eaux « fermées », plans d’eau, étangs, lacs…

Un seul récit pour le mois de Janvier 2021, époque exceptionnelle, année singulière on l’espère tous, entre couvre feu, pépin physique et météo, il aura été difficile de trouver du temps pour aller tremper les lignes. Au programme uniquement une sortie au Grand Large, le jour de la fermeture.


pictograms-nps-fishing Le Grand Large.boat-green C’est donc le dernier dimanche du mois, jour de fermeture que nous trouvons enfin l’occasion commune pour retourner taquiner nos carnassier préférés. Rendez-vous pris avec lol69 avant l’aube, il faut attaquer tôt car le couvre feu nous prive d’un coup du soir que nous apprécions particulièrement, ce sera donc coup du matin au programme. Après on est conscient qu’à ces périodes froides, le coup de feu a souvent lieu au moment le plus chaud de la journée et non sur ces extrémités. Mais on a envie de profiter aussi d’un moment pour se retrouver et partager. On arrivera avant l’embouteillage du jour, deux embarcations sont déjà présentes à la mise à l’eau. Puis très rapidement un flot de voiture attelées se forme, une queue impressionnante qui montre que nous ne somme pas les seuls en manque de pratique. Heureusement, il ne faudra pas attendre trop longtemps pour pouvoir mettre le bateau à l’eau, l’ambiance est cordiale et même si quelques resquilleurs sont prêt à tout pour gagner 10min, le respect est de rigueur. On décidera d’aller directement sur des zones bien connues où les herbiers sont bien présents. On sait que les brochets s’y tiennent l’été en quête de fraicheur, mais ils s’y trouvent aussi l’hiver, postes privilégiés de chasse et de repos. En arrivant sur zone, on apercevra pas le moindre herbiers affleurant, c’est l’hiver et ils se sont rabougris se dit-on. Mais en observant au sondeur, c’est le calme plat, pas la moindre souche montante. On vérifiera à deux fois nos way points croyant s’être trompé de lieu. Stupéfait on decide alors d’effectuer des zig-zag sur une vaste zone à la recherche d’herbier dense. Mais on ne trouvera rien aux endroits habituels. Il faut se rendre à l’évidence, il y eu faucardage intensif, et ras le fond. En une heure de navigation, on trouvera une ou deux souches isolées, rien de plus. Il faudra adapter notre stratégie, mais les idées ne viennent pas. On s’approchera des pales planches mais la aussi tout semble avoir été ratissé. On ira pratiquer sur les entrée d’eau que les quelques trous des pales planches laissent apparaitre, on cherche les singularités. Puis des zones de limite de colorations ou les eaux arrivant du canal bien marron cohabitent avec le vert/bleu des eaux « stagnante » du plan d’eau. Malgré nos efforts à chercher le lieu, on ne prends aucune touche. On a beau varier les propositions, on ne trouve pas le geste salvateur. On decide alors d’aller prospecter l’un des ports ou le niveau reste suffisant et la coloration des eaux significative. Et miracle lol69 prendra enfin une première tape, timide, mais qui laisse une belle trace sur le leurre souple. Un premier indice nous indique la couleur potentielle et le gabarit, ce sera orange 4″. Pavince s’y mettra aussi tôt et après quelques lancer prendra lui aussi sa tapounette sans suite et une dent dans la queue du shad. On fera varier le grammage pour des montages plus planant mais cela n’améliorera que très peu les choses. Lol69 prendra encore quelques mini frappes mais les poissons ne s’accrochent pas. A quelques dizaines de mètre de nous, des pêcheurs en float tube font mouche, ils commencent à enchainer les prises. Ils semblent pratiquer sur du leurre souple dans des coloris identiques aux nôtres et de même tailles. Ce qui n’est pas sans laisser dubitatif un Pavince qui commence à s’énerver d’une telle injustice… Ils en feront 4 en 30 minutes sous notre nez avant de quitter le plan d’eau. Dépiter, on décidera d’aller manger tranquillement devant le restaurant, profitant d’un petit soleil venu nous réconforter. Une petite séance de visio avec Pipo pour récolter quelques conseils et on se remettra en quête plein d’espoir. On le sait les plus persévérants sont souvent récompensés, et sur des mois de janvier, les plus belles prise sont souvent au rendez vous. On repart sur de grosses présentations, armé de gros shad de toute les couleurs. Et c’est lol69 qui se fera secouer le premier. La touche est franche, le leurre est stoppé net alors que nous peignons une zone de bordure. Après avoir ramener quelques tour de moulin, le combat pourra commencer. Le poisson se mettra à rusher, donnant de fort coup de tête. C’est lourd, cela tourbillonne, déroule du fil, pas de doute notre lol69 à décrocher le gros lot et c’est un silure qui se présente à lui. On était venu chercher du brochet, mais ces opportunités de combat intense est toujours bonne à prendre. Après une matinée bien morose, voila de quoi nous stimuler et nous remettre dans le bain. Un coup à droite, un coup à gauche, le poisson se ballade sur l’avant du bateau et il faut gérer le frein au millimètre pour ne point casser et tout perdre. La canne plie bien et l’expérience nous indique qu’il semble dépasser le mètre aisement. Suite à deux décompensations provoquant un effet jacuzzi en surface, et à force de traction, on pourra apercevoir la bête qui fatigue. lol69 finira de gérer l’approche et Pavince pourra saisir la bouche béante du glane arrivé à bout de force. On pourra le faire glisser sur le bateau non sans se foutre du mucus de partout. Le silure est mesuré à 1m60, ce qui explique la durée de 10min du combat. Enfin ! Nouveau record pour lol69 sur cette espèce. Un poisson qui vient nous récompenser et nous redonne le coeur à l’ouvrage. Le temps avance et il faut trouver des idées. On décidera d’effectuer une oblique en direction du retour, les eaux sont bien teintées, la profondeur dépasse les 3m mais toujours sans herbiers. Pavince un peu dépiter sortira l’arme fatale  qui lui a souvent permis de sauver des parties bien mal entamées, avec un Cranck DT6. Et il ne lui faudra que 10 lancer pour enfin obtenir quelque chose de concret, la touche en deux temps ne laisse pas de doute, on ralenti la ligne et sur la deuxième tirette, un ferrage sec. Le poisson est pris et tire bien sur la ligne, s’offrant même un petit rush à l’arrivée au bateau. Lol69 assurant l’épuisette, le leurre est bien engamé et la peur de la perte est grande, il faut faire vite. Victoire, le premier du jour est au sec, il aura fallu attendre 15h !! La réglette indiquera 70cm. Passé le temps d’une extraction quasi chirurgicale car il avait engamé profondément, on pourra lui rendre sa liberté. Le DT6 avait une fois de plus parlé, et cela ne s’arrêtera pas la. Quelques minutes plus tard, et sur une oblique identique, l’effet est le même, une double touche timide qu’il faut ferrer avec justesse. Cette fois ci le poisson est plus lourd et ne se laisse pas ramener. Il effectue même quelques zig zag qui laissent à penser à un comportement de silure. Après un rush bien appuyé, le poisson arrivera en surface, révélant une belle masse, et un leurre une fois de plus bien engammé. Coup d’épuisette éclair pour metre en sécurité l’ensemble, le brochet massif, se débattra une dernière fois avant de s’avouer vaincu. La encore nous devrons passer par une opération quasi chirurgicale car il a engamé fortement et le leurre est accroché dans l’ouïe. On sectionnera la ligne afin de faire sortir le leurre par l’ouïe pour limiter la casse. Le poisson saigne, il faut agir vite. Une mesure rapide affichera 88cm, et une remise à l’eau immédiate afin de le soulager, il mettra du temps à repartir laissant un Pavince plus triste que satisfait. Un magnifique poisson dont l’état de santé restera un mystère, en espérant qu’il s’en sorte, une prise qui laisse un peu amère pour finir cette saison.


Bilan sur cette fin de saison, la phase COVID a bien changé la donne, nous n’aurons vraiment pas eu beaucoup d’occasion d’aller pratiquer. Dans les plans d’eau les températures sont bien descendue et sont plus propices à la traque des gros specimens. Janvier rapporte encore du gros.. même si cela aurait pu être plus prolifique si l’on avait su trouver le bon pattern…


Une petite vidéo pour mieux se rendre compte pour les amateurs… (5min45/130Mo).

A bientôt pour d’autres pêches dans le Rhône… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Powered by WordPress and ThemeMag

Accueil | Mentions Légales | CGU_iShare_iNav | Politique_Confidentialite | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush