Sessions Carnassiers – Aout 2021


Aout 2021, les sessions carnassiers.

Float-greenboat-greenLe Grand Large Float-greenLes Eaux Bleues
Float-greenLongeville

bord-blueflaot-bluebord-blueLes pictos bleus représentent les eaux « ouvertes », lônes, rivières, fleuves…

bord-green Float-green boat-greenles pictos verts, les eaux « fermées », plans d’eau, étangs, lacs…

Bonjour à tous, récit du mois avec un peu de retard, la rentrée bouscule les possibilités de temps à l’écriture, et nos nouvelles passions prennent plus de temps ! Sur ce mois le récit sera plus que condensé, un aperçu général de nos sorties plus qu’un descriptif précis des événements. Il faut dire qu’il m’a été difficile de tout tracer, tant dans les variabilités de comportement des poissons, que dans nos prospections ont été nombreuses, et qu’un bilan clair n’a pu être tiré. Au programme du mois, une sortie en bateau et en Float-Tube sur le Grand large et des sorties Float-Tube aux Eaux Bleues de Miribel et sur la gravière de Longeville. C’est les vacances alors on sortira plus qu’au cours des derniers mois, pas compliqué me direz vous..


pictograms-nps-fishing Le Grand Large.Float-greenboat-green Contrairement à nos habitudes précédentes lors de congés, on décide de pas faire les feignants et on s’attelle à faire un maximum de sortie matinale, le coup du matin peut rapporter en période estivale plus que le coup du soir. Cette année on est beaucoup motivé à l’idée de se lever à 4h30 pour aller à la pêche, allez savoir pourquoi…;-) On entamera nos sorties à l’aurore histoire d’être sur l’eau au moment ou le droit de pêche entre en vigueur, soit 30 min avant le levé du soleil. La stratégie, pour certains, est de pêcher gros, la aussi contrairement à nos habitudes, il faut dire que nous ne sommes pas vraiment tous équipés correctement pour cela. Un petit tour au magasin de pêche permettra d’atténuer quelques lacunes au niveau des leurres, les cannes restants les mêmes, spinning long range 20-100 gr en 2m30, assez lourde et donc pas vraiment adaptées à la pratique en Float-Tube… Sur les journées ou le soleil va être bien présent et des chaleurs annoncées, les poissons semblent être au courant et se montrer actif dès les premières lueurs du jour. A l’inverse sur des journées plus ventées et couvertes, l’activité ne semble se dessinée qu’en milieu de matinée ou l’après midi. Donc, premier contact assez rapidement alors que la pénombre du matin est encore présente, et c’est Pipo qui prendra la première cartouche alors que nous avions embarqué dans le port, de courte durée, puisque son bas de ligne sera sectionné… Belle entame, et sur une proposition plutôt fine, sur un leurre souple 3″, pas sur que la pêche lourdement monté rapporte. Il enchainera rapidement quelques sifflets dans le port. Doute rapidement levé puisque PaVince ira de son contact peu après, sur un Ketech 7″ coloris blanc pailleté, la touche est franche et le poisson assez lourd, il faut dire qu’ils ont une énergie terrible et ne se laissent pas faire comme ça. Au bout de quelques seconde et un bridage en règle, le brochet est saisi, leurre engamé et déchiqueté, plus de tête, plus de caudale. La mesure affiche 80cm, de quoi vous donner plein d’espoir sur la stratégie à venir… Après cela on enchainera quelques touches ci et la, uniquement sur des grosses présentation, les petits leurres ne rapportent que des touches sans suite. Sur les gros leurres les poissons n’hésitent pas à suivre sur plusieurs dizaine de mètres avant de parfois venir les puncher dans les palmes à la remontées, des sensations toujours fortes. On observera des passages à vide, sans la moindre touche, est-ce lié à la zone pratiquée ou les algues vertes collantes sont très présentes entre deux eaux ou à l’horaire, difficile à dire. Il semblerait quand même qu’une revenu sur des zones ou ces algues sont moins présentes, ls touches reviennent. Fait également marquant, le plan d’eau semble avoir moins feaucardé que les années précédentes, et même si peu d’herbiers montants sont présent, une épaisse couche tapisse le fond, reluisant la surface de pêche potentielle, la ou on disposait de 2m d’eau pêchable, il en reste 1m20 aujourd’hui. Deuxième fait marquant, on prendra majeure partie des touches dans des zones ou ces tapis d’herbiers sont complément absent. C’est plutôt troublant car en été les poissons sont assez friants de l’ombre que peuvent procurer la végétation, allez comprendre. L’occasion de monter quelques autres brochets pris tantôt sur des leurres de taille conséquentes, tantôt sur du plus petit. La taille des prises n’excède pas 65 cm sur cette fin de partie, la grosse majorité fait entre 30 et 60 pour une quinzaine de poisson.

Sur notre deuxième sortie matinale en Float par une journée avec beaucoup de vent et d’alertante, la situation change. Il faudra attendre un peu plus pour trouver contact. Les zones qui rapportent semble être identiques à la fois précédente. La taille des prises n’augmente pas vraiment et la majorité oscille entre 40 et 60 avec au milieu un 70 qui passe par la.. Sur cette journée, on insistera plus longtemps car les touches sont arrivées tardivement, raison à nous car les alternances météorologique de l’après midi associé à un vent prononcé à 40km/h les ont réveillés un peut. La aussi les gros leurres rapportent bien, les tailles inférieures déclenchent beaucoup plus de touches timides, et à répétition, de quoi devenir fou. Inconvénient de la pêche lourde c’est le bras qui flanche rapidement, et après quelques heures de pêche les tendons sont à rudes épreuves. Heureusement on a emmener les cannes Medium et la partie peut continuer… C’est le moment choisi par un satané silure qui semblait dépasser aisément les 2m de se saisir du Pulse 5″ de PaVince. Le combat pourra commencer, canne plié en deux, le poisson prends le fond et ne le lachera pas. PaVince décide d’abréger la douleur, à la fois par manque d’énergie et par démotivation, fini les longues minutes à gérer de tel combat avec des cannes médium, il a assez donné pour cette année et la canne fait des bruits bizarre. Ajouté à cela un bas de ligne déjà bien entamé, il décide de brider un peu, et sur un rush, de fait, moins anticipé, la ligne cassera. La pêche du brochet pouvait reprendre… On en refera quelque uns, mais malgré l’emploi de gros calibre, seul les petits se decident, et à part un 70cm assez énergique, rien de très affriolant. Au bilan quand même une vingtaine de poisson.

Et enfin sur la dernière sortie, en bateau cette fois ci, on retrouve l’ami Johnlol 69, tous très motivés, on attaquera sur les mêmes zones qui avaient rapporté en Float-Tube. Touche immédiate sur les premiers lancers, on se dit que la journée va être productive. Le X-Rap Peto fait des merveilles mais les brochets qui s’y accrochent restent modestes. Puis très rapidement les touches s’arrêterons. Aujourd’hui il fait nettement plus froid, le vent du nord nous arrache les oreilles, et tout le monde se couvre de coupe-vent pour rester au chaud. Les vagues bien présentes nous font danser la lambada et il faut rester vigilant pour ne point finir à l’eau. On patinera de nombreuse heures pour trouver la parade. On prends que des touches à la con, sans suite et inferrable. Il faudra attendre l’après midi et la levée d’un peu de soleil pour entrevoir quelque chose. Les bras sont pliés après 7h de pratique à lancer des leurres de 100gr mais on s’accroche. Pipo, pêchant plus petit, sera le premier recompensé, alors que nous avions opté pour une stratégie en dérive plutôt que locké sur poste, avec un brochet maillé de 74 cm ayant succombé au DT6, on se refait pas. Tout le monde passera sur ce leurre la et la magie pourra opérér, chacun ira de son/ses poissons pris avec ce leurre, Johnlol 69 pour lui aussi maillé quelques minutes plus tard, 68cm, tandis que PaVince multiplie les prises mais les becs ne dépassent pas les 60… On essayera différentes autres techniques sur la fin d’après midi, sans de réel résultat. Une batterie sondeur à 0% et une batterie moteur qui commence à montrer des signes ajouté à une fatigue extrême nous encouragerons à abréger la partie à 18h, il faut dire qu’on est sur l’eau depuis 6h30… Bilan d’une vingtaine de poisson, pas énorme pour selon, mais qui est toujours mieux qu’un capot général.

pictograms-nps-fishing

Longeville.Float-green Deux sorties en Float-Tube sur cette gravière de l’Ain, histoire d’aller taquiner les Bass. Nous n’y sommes pas encore allé depuis l’ouverture, et l’envie est grande de pratiquer sur cette espèce, qui on le sait, à cette période, peut s’avérer être la seule vraiment active. Les bass ne craignent pas trop la chaleur, et les fortes températures annoncées nous encouragent dans cette optique. Comme à chaque fois, on pratique essentiellement aux leurres de surface sans vraiment réfléchir, le plaisir des touches brisant la surface de l’eau rapporte tellement d’émotion, que l’on ne cherche pas spécifiquement un pattern mais bel et bien à les faire monter coute que coute. Sur la première sortie, il fait beau et un vent caresse la surface, ci et la des bass tapent dans les boules d’alevins qui pullulent au dessus des grosses nappes d’herbiers. Malgré cette parenté activité, ils daignent attaquer nos leurres. On s’évertuera à continuer dans cette optique car c’est celle qui nous relaxe le plus. La pêche ce n’est pas que faire du poisson, c’est aussi y trouver son plaisir. PaVince pourra en déclencher un ayant succombé au SitckBait avant que Pipo puisse lui aussi célébrer son premier poisson. Alors que nous avions d’une pause à l’ombre, il décida de jouer le coup, sur une faible zone à l’abris du soleil ou nous devions nous rendre. Le gobage de surface est franc et la canne plis bien. Non sans quelques difficulté car le poisson se décrochera et se ré accrochera latéralement, la peur de perte étant bien présente, il pourra se saisir d’un joli spécimen, affichant 43 cm sur la réglette et bien fat, un poisson qui vous sauve une partie bien morose jusque la. Après cela, on décide d’adapter nos leurres pour une pêche du Bass plus conventionnelle avec l’emploi de leurre souple qu’on laisse couler le long des touffes d’herbiers denses. Le choix semblait être bon puisque PaVince pourra rapidement refaire un poisson, 35cm, mais trop tardif, car l’activité alors assez folle jusque la, s’arrêtera brusquement, plus d’attaque de surface ci et la. Par la suite on s’essayera sur la peche du brochet sur des zones ou la profondeur augmente. Pipo pourra faire quelques petits brochets sur des leurres souples blanc. Le ciel se couvre et nous apercevons quelques éclairs au loin, le parking est loin, et il faut anticiper. Un retour prématuré est désormais obligatoire, il faut palmer rapidement car l’orage avance vite sur nous. A bout de force PaVince optera pour la solution par le bord lui permettant de rejoindre plus rapidement et « sans » risque la voiture. Sortie écourté mais pas capot, un vrai pêcheur de Bass aurait surement beaucoup plus scoré au vue de l’activité du jour, cela nous servira peut être de leçon pour nos futures sorties.

Sur la deuxième, on prends les mêmes et on recommence, aujourd’hui le ciel est couvert et le vent bien prononcé. L’activité de surface de la dernière sortie n’y est pas mais on adopte quand même une stratégie similaire mais en variant beaucoup plus les possibilités. Cela ne changera pas grand chose au résultat, les Bass n’y sont pas, ou nous ne sommes pas dans le vrai dans leur traque 😉 PaVince sauvera la face, alors qui peignait la surface d’une grande étendue inter-herbiers, le Stick sera hapé, et un joli bass de 37cm au bout. On changera rapidement de zone pour aller explorer les hauts fonds attenant à l’autoroute. La topologie est propice mais rien ne veut. A part un petit brochet pris le long des roseaux par Pipo et quelques ouches ratées par PaVince, ça ne sera pas ma folie escomptée. On rebroussera chemin en direction du parking, et faire quelques petits brochet et une belle perche à l’approche du coucher du soleil.

Le bilan est maigre sur ce plan d’eau, et à part quelques jolis spécimens de Bass, on aura pas trouvé/cherché réellement la parade. Les brochets sont à Off, même si un pêcheur voisin réussira un 90 cm en bordure sur un cranck coulant, ils semblaient « actifs » par très courtes durées et difficilement déclenchante en dehors de ces périodes.

 

pictograms-nps-fishing

Les Eaux Bleues.Float-green Une seule sortie sur ce plan d’eau, que l’on effectuera à l’aube, les espoirs sont bons, nous n’avons que très rarement fait le coup du matin sur ce spot et on espère tous un résultat. On a emmener les gros leurres, nouveauté ici, ou nous avions l’habitude de pêcher plutôt medium. On attaquera par le secteur des vents du sud, ou une zone étendue présente des topologies ou profondeur correcte alterne avec présence d’herbiers. On balancera du steak pendant de nombreuses minutes sans que rien ne se passe, juste un petit suivi qui nous laisse sur notre faim. Ne se laissant pas découragé, on rejoindra la pointe des Vernes pour aller s’essayer sur des zones que l’on sait pouvoir également être propice. Le ciel, au départ très couvert, laisse apparaitre quelques courtes éclaircies, qui déclencheront enfin quelques touches. PaVince sera le premier du jour à voir son Speener stoppé net sur une récupération lente au milieu des herbiers et 55 cm au bout. De la touche, enfin, ce mini changement de temps semblent les avoir réveillé. Pipo pourra alors lancer la machine et enchainer plusieurs brochet sur un Cranck DT6, la plupart sont calibrés entre 50 et 60cm. PaVince autant décidé cet été de s’évertuer à pêcher lourd, reprendra sa quête d’un brochet plus conséquent quite à passer  coté d’une activité certaine des plus petits spécimens. Et c’est en récupérant très rapidement sa ligne en surface après avoir accroché des herbes qu’il sera victime du coup de trafalgar du jour. A l’arrivée au Float-Tube, le leurre, que dis-je, la touffe d’herbe qui le recouvrait, sera puncher par un bec de 80 qui ne s’y accrochera pas, et fera demi-tour aussi vite qu’il n’était apparu. Une action qui énerve mais qui montre que l’emploi de gros leurre peut rapporter à un moment ou un autre. Il continuera dans sa prospection, montant même un plus gros leurres souple, et la touche se produira quelques minutes plus tard. Le brochet fait 35cm et a déchiqueter le leurre, laissant un PaVince à la fois furax et pantois. Après cela, on rentrera en direction du parking, Pipo enchainant encore quelques brochet de 60cm au Speener  et le « gros » du jour à 67 cm.  Il nous faut sortir de l’eau, d’autre impératif nous appelek, dommage car il semblait que l’activité des brochets moyen allait se prolonger encore un peu. Bilan positif pour Pipo qui scorera une dizaine de brochet, PaVince une gosse fatigue et des crampes mais pas capot.

 


Bilan sur cet été 2021, avec les grosses pluies de mois précédent les niveaux sont bons et les températures sont idéales mais l’activité ne suit pas toujours. Les herbiers se sont bien développés offrant beaucoup de possibilités. On arrivera à tirer notre épingle du jeux avec des sorties matinales et une pratique plus lourde qu’a l’accoutumée.


Une petite vidéo pour mieux se rendre compte pour les amateurs… (18min30/420Mo).

A bientôt pour d’autres pêches dans le Rhône… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Powered by WordPress and ThemeMag

Accueil | Mentions Légales | CGU_iShare_iNav | Politique_Confidentialite | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush