Pêche No-Kill pour Lyon ?

La FishTe@m69 (re) lance le débat… Le no-kill (de l’anglais « pas de mise à mort ») est une pratique développée par les pêcheurs sportifs américains au cours du XXe siècle. Cette pratique consiste à relâcher volontairement et systématiquement les poissons pêchés, qu’ils atteignent ou non la taille légale de capture fixée par la réglementation. Le terme « no-kill » est la transposition imagée et plus explicite de l’expression anglaise « catch and release » (littéralement « attraper et relâcher »). (Source Wikipedia).En France et dans de nombreuses circonstances, le no-kill a des effets avérés sur les populations de poisson, et peut donc être utilisé comme un outil réglementaire de gestion des populations piscicoles. En France le nombre de « parcours no-kill » (parcours où la pratique du no-kill est obligatoire) est en hausse, sans pour autant atteindre le nombre ou le linéaire (moyen ou cumulé) des grands pays de pêche sportive.


Lorsque les expériences et les témoignages (cf article sur Pêche en No-Kill) tendent à monter que certaines espèces sont véritablement moins présentes, la question se pose chez nous : quand est-il du nombre de parcours dit « No Kill » ?

IMG_1359-pb

Un état des lieux est nécessaire.

– Pour le Rhône « courant », les récentes purges des barrages en Suisse et en amont de Lyon ont fortement perturbées l’écosystème semble -t-il… Tous les témoignages montrent une modification net des fonds marins, de la faune aquatiques etc… De surcroit, le poisson ne se tient plus sur ses lieux habituels et les autres coins propices sont vides ! Les poissons ne semblent pas s’être déplacés mais avoir complétement disparus !

Plus de grosses perches dans le vieux Rhône en aval du barrage de Pierre Bénite et nettement moins de gros Sandres… Les brochets et perchettes ont bien désertés les différentes lônes situées entre Vernaison et Grigny…Et l’on pourrait continuer…

Pour les plans d’eau, à part le Grand Large qui semble tirer parti d’une bonne ouverture sur le canal, et les eaux bleues moins fréquentées, tous les autres plans d’eau semblent vides !

Les pêcheurs peuvent accéder à 1 210 kilomètres de cours d’eau et 550 hectares de plans d’eau sur le département du Rhône.

Les parcours No-Kill représentent moins de 1 % et seule la pêche à la mouche et au toc est autorisée !

– Sur la rivière AZERGUES : entre l’étang de Civrieux d’Azergues et le barrage S.I.E.A.V.A (limite entre Civrieux et Lozanne)
– Sur la rivière AZERGUES à Chamelet entre le pont route de Dième (limite aval) et le pont SNCF  (limite amont)
– Sur le lac des pêcheurs (Grand parc de Miribel)
– Sur le ruisseau LE POIRIER sur les communes de Marcy l’Etoile et la Tour de Salvagny
IMG_1

Des questions se posent :

– Quand est-il du peuplement piscicole et des plans de ré empoissonnement ?
– Y a t-il eu des études sur l’impact des purges ?
– Doit-on étendre la pratique du No-Kill aux plans d’eaux les plus fréquentés, aux Vieux Rhône ?
 -> La FishTeam69 (re) lance le débat et encourage ses lecteurs à donner leur avis sur la question en postant ici. Après cela, et si les témoignages convergent, pourquoi pas entreprendre des discussions avec les autorités compétentes.

Alors à vos clavier… !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WordPress and ThemeMag

Accueil | CGU | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush