Sessions Carnassiers – Septembre 2019


Septembre 2019, les sessions carnassiers.

Float-greenLe Grand Large Float-greenLes Eaux Bleues
Float-greenLongeville

bord-blueflaot-bluebord-blueLes pictos bleus représentent les eaux « ouvertes », lônes, rivières, fleuves…

bord-green Float-green boat-greenles pictos verts, les eaux « fermées », plans d’eau, étangs, lacs…

C’est la rentrée !! Il faudra composer avec les emplois du temps de chacun pour entrevoir des possibilités de sorties. Choses que nous ne manquerons pas de faire avec des sorties à Longeville, au Grand Large en lol69 Magic Boat et en Float-Tube à Miribel sur les Eaux Bleues.


pictograms-nps-fishing Le Grand Large.Float-green Sortie courte d’après-midi. On embarquera au niveau de la mise à l’eau. On attaquera vers 13h pour sortir de l’eau à 18h, soirée de prévue, on ne fera donc pas le coup du soir. C’est donc en mode quicky que l’on pratiquera, à la recherche de perche dans un premier temps, puis de l’éternel brochet. Les perches commencent par répondent rapidement sur des propositions rapides au poisson nageur puis les touches se calment pour ne plus rien rapporter. On s’attaquera alors à la traque du brochet. La aussi la partie est calme et il faudra attendre une légère déclinaison du soleil pour faire les premiers poissons, aujourd’hui encore on ne déclenchera que du petit à l’aide de cranck ramené très lentement. Pas assez de terrain couvert pour en tirer des conclusions, on rentrera pas capot et c’est bien l’essentiel.

On y retournera en mode bateau avec john lol69 qui n’avait pas sortie les gaules depuis un bon moment. La stratégie, comme souvent, est de couvrir le maximum de surface afin de trouver des endroits avec présence d’herbiers et des eaux teintées. On trouve rapidement ce que l’on cherche, à savoir des démarcations assez flagrantes entre eaux marrons et vertes bien piquées. On décide alors de pratiquer dans les zones transitoires car les eaux marrons nous paraissent trop sales pour abriter des spécimens en attente. On déclenchera au passage une belle perche venu s’échouer sur un leurre souple. Quelques sifflets répondent mais rien de très affriolant. On insistera sur plusieurs zones où les eaux piquées verdâtres offrent des possibilités, mais le résultat n’y est pas. Une belle perche de 35 cm viendra redonner du coeur à l’ouvrage. Plus tard on croisera des pêcheurs ayant pratiqués en zone dite sale (marron) et ayant réalisé un carton avec plusieurs dizaines de brochet. Comme quoi, on peut facilement passer à travers, et les remises en cause sont plus qu’utiles, une lesson que nous retiendrons pour nos prochaines sorties ici. Ne pas toujours se laisser guider par ses ressentis qui peuvent vous tromper. Les eaux n’étaient pas si sales que ça, et il fallait pratiquer dans ces conditions pour provoquer des touches aujourd’hui.

pictograms-nps-fishing

Longeville.Float-green De retour sur cette gravière de l’Ain ou nous avions bien réussi sur le Bass le mois dernier, notamment avec des pêche en surface. On espère ré itérer aujourd’hui. Alors que nous avions eu de bon début de partie les fois précédentes, aujourd’hui cela commence beaucoup plus mollement puisque nous n’enregistrons aucune touche sur les zones si productives les fois précédentes. On fera, à quelques choses près, le même parcours que cet été, mais les touches ne viennent pas. La pratique en pleine eau ne rapporte que quelques petites touches sans suite et des décrochés, les poissons ne semble pleinement se saisir des leurres, ou tout du moins de ce qu’on leur propose. Pipo arrivera à déclencher un joli Bass à l’approche du coup du soir, dans une zone peu profonde avec présence de roseau, et au popper, à force d’insister ça rentre. Il aura pratiqué toute la journée sur cette technique. Pavince de son coté varie les propositions en plein eau alors que Pipo se cantonne à la bordure en surface. Le soir venu et alors qu’il s’endormait sur des animations lentes au popper, Pipo sera pris en surprise à 20m de la mise à l’eau, par un brochet venu en découdre. La touche sera à la hauteur de la surprise du pêcheur, et viendra le sortir de sa léthargie. Le brochet viendra percuter la surface et engloutir le popper, le combat pouvait commencer et environ 65 cm au bout, de quoi sauver la partie, bien maussade jusqu’a présent. Pavince fini capot, assez rare ici pour ne point le signaler. Il fallait rester concentré jusqu’au bout aujourd’hui et savoir faire preuve de persévérance et insistance pour provoquer la chance, bien joué Pipo.

pictograms-nps-fishing

Les Eaux Bleues.Float-green Lors de notre dernier passage ici, nous avions constaté la présence de grosse nappe d’herbiers recouvrant la surface et ne rendant pas la pêche facile. D’une part pour naviguer en Float-Tube, et d’autre part pour trouver une ligne de pêche pour les leurres au milieu de ce « no man land »… Aujourd’hui rien n’a changé et il va falloir faire preuve de patience, le vent à 45 km/h ne venant pas faciliter la tâche. Les eaux sont creusées par des vagues qui viennent vous secouer, il faut sans cesse jouer des palmes pour maintenir un cap de pêche, bref la partie s’annonce sportive. On décide de remonter au vent pour rejoindre les iles en face, cette partie semble moins colonisée par les nappes d’herbiers, on rejoindrait ensuite les « fosses » très localisées afin de voir si les poissons se tiennent dans des eaux plus profondes, pour se laisser dériver et revenir par le secteur des vents du sud. A peine embarqué et armé d’un Speener, Pavince sera pris au bout du troisième lancer mais le poisson se décrochera, puis un suivi de brochet sur le lancer suivant, puis un second… Le pattern semblait se dessiner immédiatement, se sera Speener party ! Il faut viser le dessus des nappes d’herbiers qui n’affleurent pas complètement, ne pas laisser descendre le Speener sans quoi vous vous trouver accroché, on sort lentement de la masse, la touche a souvent lieu en sortie de celui-ci. Rapidement, les premières prises s’enchainent si tant est que le coloris utilisé puisse plaire. Les Speener à déclinaison blanc (naturel) semblent plaire plus que le reste. PaVince enchainera quelques brochets, ne dépassant pas le 56 cm. Arrivé à l’approche de îles PVC les touches continue sur ces zones ou la profondeur n’excède pas 2m50, avec des herbiers ne recouvrant pas complètement la surface, il faut pêcher lentement au dessus de ceux-ci, les touches arrivent comme par miracle. On s’arrêtera casse-crouter en bord d’île pour se remettre en chasse, l’occasion pour Pipo se faire enfin son premier brochet. Ensuite nous nous rendrons grace à iNav (les sondeurs sont restés à la maison aujourd’hui) sur les « fosses » très localisé, l’application fonctionne à merveille et elle permet de trouver rapidement ce qui nous intéresse. Certes il nous faudra zig-zagger au milieu des nappes pour y parvenir mais on y arrivera. En route, Pipo, qui avait lancé la machine, fera quelques brochets, PaVince aussi. La zone plus profonde est bordée d’herbiers qui la délimitent, et qui rendent, pour le coup, la pêche plus facile. Connaissant la topologie du lieu, et pouvant voir ses frontières aisément, il nous est facile de prospecter les tombants, les zones plus profondes et plates. Ici aussi les touches s’enchainent mais la taille des poissons reste modeste, on monte pas au dessus de 65cm. Une belle perche se laissera tenter, 39 cm. On insistera longtemps sur cette zone, toujours armé de Speener. PaVince sentira une légère tape, croyant à un contact avec un herbier, il relèvera la canne pour passer au dessus, cela aura pour effet de déclencher le poisson qui suivait. La tape n’était pas un herbier mais bel et bien un poisson et quel poisson… Il montra faire demi tour en surface pour se saisir du leurre, en le ratant… Pavince ne verra ni la tête, ni la queue du monstre, mais simplement un corps épais, disproportionné sur une longueur avoisinant les 80/90 cm… je vous laisse imaginer la taille global du monstre… Il le savait, il venait de rater la, potentiellement, le brochet d’une vie. L’épaisseur de la bête faisant plus penser à un énorme anaconda qu’à un brochet. Pipo qui pêchait pas loin fut surpris du bruit émanant de cette action, à la fois roque et sourd, signe qu’un sous-marin venait de faire surface. Pavince mis un peu de temps à se remettre de cette émotion qu’il avait du mal à accepter. Et si et si… il ne cesse de se repasser l’action… Il faut se resigner… Il tentera malgré tout de re déclencher la bête, usant de multiple leurre sur zone, en vain. C’est Pipo qui, ayant continuer au Speener, s’offrira le gros du jour, la touche viendra sur un tombant, la frappe lourde ne laissera pas de doute quand au protagoniste, le combat révélera un joli specimen, avoisinant les 75 cm, la mesure ne sera pas possible, le poisson ayant échappé à la vigilance de Pipo. On continuera à prospecter cette zone, Pavince ayant rechaussé un Speener sera subitement arrêté, une touche foudroyante, puis le frein se mis à dérouler. Le poisson ne met pas de coup de tête, ce qui lui laisse espérer, enfin, il avait réussi à prendre ce gros qui trainait dans les parages… « Ce n’est pas un silure » s’écriait-il.. « C’est lui, je le sens… » Pipo qui assistait à la scene moqueur, espérant aussi découvrir un tel spécimen, se cantonnai à filmer au cas ou… Après quelques minutes d’un combat plutôt appuyé, c’est d’abord un amas d’herbiers qu’ils observerons, puis derrière un silure avoisinant le 1m40… PaVince laissera éclater sa déception, le petit silure en prenant pour son grade, et Pipo gloussant, moqueur : « bha le voila ton métré… » Après cela, inutile de dire l’ambiance qui régnait.. résigner mais toujours conscient que la pêche c’est un lot de surprise, de joie, de frustration, bref tout ce qui fait que l’on y retourne sans cesse. On finira la journée à se laisser dériver au grès du vent qui nous ramènera au lieu de l’embarcation, sans quasiment palmer, que du bonheur, l’occasion de monter encore quelques petits excités et une belle perche de 39cm. Bilan du jour plus que positif, on fera une quinzaine de brochet 40-75cm, une perche de 39 et un silure d’1m30 environ, on a vu pire ici donc on est très satisfait. Avec les eaux qui se refroidissent, nous reviendrons en Octobre pour continuer la traque du gros, la météo semble avoir remis en activité l’ensemble de la population piscicole.


Bilan sur cette fin de septembre 2019, dans les plans d’eau les températures sont bien descendues et les herbiers encore bien présents. Le bilan global est bon, malgré des erreurs de jugement on a touché du poisson. La saison d’automne s’annonce plutôt productive, il faudra savoir mettre cela à profit le mois prochain et ne point passer à coté des occasions si rares qui pourraient se présenter, n’est-ce pas PaVince …;-)


Une petite vidéo pour mieux se rendre compte pour les amateurs… (12min50/295Mo).

 

A bientôt pour d’autres pêches dans le Rhône… 😉

 

3 Responses to Sessions Carnassiers – Septembre 2019

  1. Funky Anglers dit :

    Je vois que vous n’avez pas beaucoup de commentaires. Mais vos articles sont super. Continuez les amis

  2. Pavince dit :

    Merci Funky Anglers 😉

    • Funky Anglers dit :

      Ça fais un moment que je vous lis, seulement je ne sais pas quand est ce qu’on peut s’attendre à voir un article, c’est possible de s’abonner a une newsletter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WordPress | Designed by: Web Hosting Directory

Accueil | CGU | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush