Sessions Carnassiers – Septembre 2018


Septembre 2018, les sessions carnassiers.

Float-greenMiribel – Les Eaux Bleues boat-greenLe Grand Large
QGF / Rhônebord-blue Saône – Ile Barbesbord-blue
Float-greenGravière de Longeville

bord-blueflaot-bluebord-blueLes pictos bleus représentent les eaux « ouvertes », lônes, rivières, fleuves…

bord-green Float-green boat-greenles pictos verts, les eaux « fermées », plans d’eau, étangs, lacs…

Pauvre mois de septembre, l’hécatombe des sorties continue. On sortira deux fois les Float-Tube au début du mois, des soucis de santé nous obligerons à rester à domicile à partir de mi-septembre. Rien de grave, mais au final cela nous limitera dans nos possibilités. Au programme, une sortie à Miribel aux Eaux Bleues en Float-Tube, ainsi qu’à la Gravière de Longeville, et une en bateau au Grand Large. Deux sorties à pied le long du Rhône et de la Saône seront aussi organisés afin de maintenir notre forme au plus haut 🙂


pictograms-nps-fishing

Miribel – Les Eaux Bleues. Float-greenOn se retrouvera pour une session d’après midi avec Pipo en espérant que cela soit plus productif que les fois précédentes. On décide de pratiquer sur une zone bien précise et de s’y cantonner, à savoir la « faille des Vernes » comme nous l’appelons, surement une ancienne route de carrière, immergée, qui longe la réserve des Grandes Vernes. Pour ceux que la cartographie intéresse, sur téléphone (iNav@FT69) c’est ici, ou sur sondeur (iShare@FT69) c’est ici. Les températures d’air comme d’eau étant encore très élevées, la stratégie est de rechercher la profondeur pour espérer y déclencher un brochet maillé. Avant de rejoindre le lieu dit, on passera par une série de hauts fonds sur la pointe des vernes, l’occasion pour Pipo de lever une perche d’une vingtaine de centimètres. Arrivé sur zone, on pratiquera un peut toutes les techniques en vigueur dans 3m d’eau et plus, leurres souples, poissons nageur de différentes profondeur et de différentes tailles, leurres tournant, etc…, sans que rien ne se détache immédiatement, seules quelques petites touches sans suite sont subit mais rien ne s’accroche. A force de peigner, Pavince pourra enfin célébrer un premier poisson venu chasser sous la surface dans un banc de poisson blanc, les mouvements de surface ayant trahi sa présence, Pavince jouera le coup et fut pris à la première dent de scie sur un Daiwa Duck Paddle 4″. Au bout 61 cm qui ouvre enfin le bal du jour. Après cela tout se calmera et il nous sera difficile de déclencher quelques choses. On peignera méticuleusement toute la « faille » jusqu’a sa terminaison à l’approche de l’ile des mouettes, puis on fera demi tour pour la pêcher de nouveau alors que le soleil commence son oblique descendante. On espère que la tombée du jour activera enfin les poissons qui ne s’étaient pas trop montrés coopératifs jusqu’a présent. En ces périodes très chaudes, l’expérience nous a montré qu’il fallait savoir attendre, garder assez d’énergie et de concentration, pour entrevoir la délivrance. La fatigue vous cantonne souvent à exécuter les mêmes gestes, en s’endormant sur des animations répétitives, souvent peut productives. Aujourd’hui on ne lâche rien, et l’on continue à varier les montages et les propositions. Et la magie opérera subitement, les premières touches arrivent alors que Pavince chaussera le DT6, fameux poisson nageur Cranck qui a souvent su faire les différences. Aujourd’hui encore il semble être un bon départ pour un coup du soir réussi. Les brochets sont montés entre deux eaux et semblent s’activer sur des pêches en réaction. Animations régulières, sans pause, ni trop lente, ni trop rapide, juste de quoi faire vibrer la coque du poisson nageur, cela provoque immédiatement une réaction hostile qui fait mouche. D’abord sur un brochet qui dépasse encore la barre des 60 cm. Puis quelques lancers plus tard un autre qui se laissera tenter, 62 cm. Entre ces actions les poissons tapent mais beaucoup se décrochent, 4 occasions loupées ou les poissons réussiront à se dépiquer. Heureusement cette malchance ne durera pas et les prises pourront s’enchainer à un rythme soutenu. Période si rare ou la montée en activité provoque des touches tous les cinq lancers, tout semble si facile lorsque vous avez la bonne arme. A coté, Pipo varie aussi les montages mais n’observe pas la moindre touche en dehors de deux petits sifflets, signe qu’un pattern peut être décisif ou pas. Le soleil continu de tombé, la luminosité sur zone est fortement tombée, d’autant plus que nous opérons dans une zone d’ombre. Et la cadence continue et la taille augmente avec ce 70cm bien tonique capturé toujours au DT6. La pénombre approche, il faut se décider à palmer pour rentrer, on pêchera sporadiquement en revenant, l’occasion pour Pavince de faire un dernier brochet, pris avec le petit frère du DT6, à savoir le DT4, à la sortie d’un herbier le brochet montra puncher le leurre sous la surface, 72cm pour finir en beauté cette après midi de pêche. Stratégie payante ou au lieu de couvrir du terrain, on optera par insister sur une zone précise en attendant que les poissons passent à table. Au bilan, 1 perche et deux sifflets pour Pipo, et 5 becs maillés en moins d’une heure pour Pavince, 61, 61, 62, 70 et 72 cm, assez rare pour ne point le spécifier.

pictograms-nps-fishing

Le Grand Large. boat-greenUne sortie en mode Johnlol69 Boat au Grand Large pour profiter de ce plateau unique, équipé au top, et qui permet de naviguer sereinement, tout en pouvant se prélasser qu’en l’envie vous vient. Pratique dans l’après midi de 14h à 20h, heure légales de pêche en vigueur, c’est un lendemain de fête pour nous, on paie cash nos 4h de sommeil et il faudra assumer. La stratégie est comme souvent ici, de chercher les zones d’herbiers et d’eau troublées. Nombreuses sont les zones ou l’eau est transparente, et l’expérience montre que les touches sont quasi inexistantes dans ces zones la. On effectuera de longues phases de prospection afin de trouver les dites zones pour pratiquer. Une fois trouvé, on met l’ancre électronique, « spot lock » pour le initiés, et on peigne de tous les cotés. Malgré cette approche qui peut paraitre rigoureuse, on n’obtient pas le moindre résultat. Seul John lol69 pourra éprouver un peut de satisfaction à force d’abnégation sur son Popper, manié au dessus de nombreux herbiers présent en bordure, et 40cm au bout qui viendront claqué la surface pour se saisir du leurre, des touches de surface toujours plaisantes, y compris pour les observateurs sur le bateau. Aujourd’hui aussi il faudra attendre l’approche du coup du soir et l’oblique descendante du soleil pour enfin entrevoir une chance de prise. D’abord Pipo qui s’offrira une belle perche maillée de 35cm, prise sur un LS Keitech 2″ coloris imitatif. Puis Pavince, qui armé de l’éternel DT6 (décidément irrésistible en ce mois de septembre), arrivera à déclencher quelques petits becs. Rien de très croustillant mais des touches malgré tout. Plus le soleil tombe, plus les touches s’enchaînent, jusqu’a un attentat subit sur le DT6, une frappe assez déconcertante. Alors que les touches précédentes étaient dans la retenue (la fameuse touche d’algue), celle-ci fut foudroyante dans tous les sens du terme, la canne comme arrachée des mains, et un décroché au bout de quelques seconde alors que la prise semblait massive. Au retour du leurre au bateau, seul la bavette du DT6 reviendra, seules accrochée sur l’agrafe… signe que le protagoniste furieux avait démonté le tout à la touche, laissant un Pavince dubitatif sur la nature du contact et déçu d’avoir perdu l’un de ses leurres fétiches. D’autant que les actions malheureuses ne s’arrêterons pas la, et un décroché supplémentaire, avec un 75cm qui rejoindra les profondeurs en se dépiquant au bateau, une journée ou la concentration aura fait défaut et les prises s’en ressentent. Heureusement Pipo sauvera le bateau d’une partie bien maussade, en accrochant un brochet maillé, enfin, et tout juste 60cm pris au Keitech une fois de plus.

pictograms-nps-fishing

Gravière de Longeville. Float-greenOn se retrouvera pour une session de fin de matinée avec Pipo et John lol69 dans ce plan d’eau auquel on s’est maintenant attaché. Il faut dire que la diversité des possibilités ici offre de quoi entrevoir de belles parties. Sur la fin de matinée on s’évertue à traquer le brochet mais personne ne fait mouche. On essaye tout type de présentation, rien n’y fait. On décide alors de passer les heures les plus chaudes de la journée à parcourir les nappes d’herbiers présentes sur une bonne partie de la anse nord à la recherche d’éventuel Black-Bass. On les avaient aperçu un peu partout dans le plan d’eau mais plus particulièrement sur ces zones à fort potentiel de cache. C’est l’occasion de s’offrir une partie aux leurres de surface, une pêche que nous affectionnons tous dans la Team, surtout sur ces poissons. Alors c’est sur, les résultats sont parfois beaucoup plus efficace sur des créatures montées en texan à peigner lentement sur le fond ou en montage Wacky, mais c’est nettement plus excitant de les provoquer en surface, on ne cherche pas le quantité ici, mais plutôt la sensation 😉 On s’éloigne les uns des autres et chacun s’attelle à lancer son leurre en lisière d’herbiers ou dans une travée disponible. Rapidement les premiers Bass actifs montrent le bout de leur nez. Il faut savoir observer les mouvement de poisson blanc en surface, et jouer les coups sur le peut d’activité que l’on aperçoit. C’est le pattern qui rapporte un peut de poisson sur cette mini session Bass. D’abord des petits énergumènes atteignant les 20cm, puis sur du plus gros de 35cm. Après cela, on se posera quelques minutes sur le bord pour déguster un bon casse croute et se reposer un peut. Il est bientôt 17h et il faut se ré activer sur le brochet, trouver ce qui pourrait fonctionner avant la fin de journée. Pavince optera pour un leurre qui avait partiellement rapporter lors de session précédente récente, et un Pulse Shad de 5″, monté sur une TP de 15 grammes. Animation en linéaire appuyée, pour provoquer l’attaque réflexe. Tout de suite cela opère et il prend ses premières touches, sans rien accrocher. Puis une touche plus concrètes et au bout un poisson semblant atteindre les 70cm, il ne se laissera pas mesurer et d’un coup de queue se décrochera après avoir été relâché malencontreusement par un Pavince distrait. Le leurre est déchiqueté signe que le pattern a plu. Le hic c’est que le leurre n’est plus opérant et qu’il ne semble pas y avoir de remplaçant dans les boites, Pavince tentera de le monter à l’envers mais cela ne semble pas avoir le même effet, rageant. A coté de ça, personne ne trouve l’alternative, tout du moins pour le moment. Passé une heure à pêcher le leurre à l’envers, Pavince décidera de changer, et c’est en cherchant autre friandise qu’il tombera sur un Pulse identique à celui devenu inopérant, rageant, comme quoi il est important de connaitre sur le bout des doigts le contenu de ses boites. Ils s’empressera de rechausser ce leurre et pourra célébrer d’autre poisson mais non maillé. Pipo de son coté a abandonné de nouveau la traque du brochet et s’est remis en quête de Bass. Tantôt en surface au Popper, tantôt avec des créatures, bien à lui puisqu’il pourra sauver sa partie avec deux prises. lol69 quand à lui, situé à une cinquantaine de mètre de Pavince traque toujours le brochet dans 4m50 d’eau, et c’est en s’équipant d’un Daiwa Duck Paddle qu’il pourra monter deux brochet successivement, tout d’abord en laissant tomber sur le fond, à la première tirée le leurre sera saisi, puis en verticale du sondeur, ayant aperçu une trace, il jouera le coup et se verra pris aux premiers mouvements ! Un bilan maigre mais toujours prometteur, personne n’est capot, et quelques 8 brochets ont été pris et 6 Bass.

QGF / Rhône. bord-blueEnfin de retour en mode coup du soir après le taf sur le secteur du Rhône à hauteur de Perrache. Les journées intenses au boulot ajoutées aux fortes chaleurs nous laissaient le plus souvent sur le carreau à la maison, sur ce mois de septembre, on retrouvera les joies de parties courtes au bord de notre fleuve préféré. L’occasion de redécouvrir les topologies qui n’ont guère évoluées, et des chevesnes plus entreprenant que les autres années. On en touche en effet beaucoup plus, serait-ce une progression de notre part ou une évolution de leur comportement, surement un peut des deux. Les perches sont présentes par intermittences et reste compliqué à décider. On en fera malgré tout quelques unes, dont un record sur un secteur plus amont, de la fosse aux ours, et une 35cm bien fat qui s’offrira à Pipo.

pictograms-nps-fishing

Saône / Ile Barbes -> Lyon. bord-blueSur un samedi en mode marche à pied, on se décidera à se refaire un parcours que l’on avait pratiqué une ou deux fois de part le passé. Partir de l’île Barbes et redescendre jusqu’a Lyon Perrache. Une bien belle ballade ou les poissons se montreront tatillons. Seul Pipo armé d’une cuillère trouvera la parade, sur ce début de mois de septembre, ils réagissent bien au tournant métallique, l’occasion de faire une bonne dizaine de perche et quelques chevesnes, toujours plaisant.


Bilan sur cette fin de septembre 2018, il fait toujours très chaud, mais les coups du soir laissent espérer un peut de résultat . Les températures d’eau avoisinent en moyenne, les 24 degrés dans les plans d’eau, et il faut savoir persévérer pour prendre un peu de poisson. On attends avec impatience des pluies plus abondantes pour octobre afin de redonner un peut de punch aux carnassiers et faire redescendre les températures d’eau dans des tranches plus viables pour une activité plus concrète et le retour des spécimens maillés de manière manifeste.


Une petite vidéo pour mieux se rendre compte pour les amateurs… (10min12 – 230 Mo). Désolé pour la qualité de certains plans, la crème solaire ayant eu raison de la camera 😉

A bientôt pour d’autres pêches dans le Rhône… 😉


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WordPress | Designed by: Web Hosting Directory

Accueil | CGU | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush