Sessions Carnassiers – Mai 2019


Mai 2019, les sessions carnassiers.

Float-greenGravière Longeville Float-greenLes Eaux Bleues

bord-blueflaot-bluebord-blueLes pictos bleus représentent les eaux « ouvertes », lônes, rivières, fleuves…

bord-green Float-green boat-greenles pictos verts, les eaux « fermées », plans d’eau, étangs, lacs…

Tout d’abord, bonne ouverture 2019 à tous nos lecteurs, plus nombreux chaque jour, et que nous tenions à remercier, ce mois de mai bat des records d’affluence tant sur le site FishTeam69 que sur l’application iNav@FT69. La FishTeam69 vous souhaite bien évidement du fiiiiish à gogo !

Ce mois de mai 2019 tant attendu et signe d’ouverture s’est déroulé dans des tendances météorologiques variables rendant les sorties hasardeuses et difficiles à prévoir. On prendra quelques congés malgré tout pour entrevoir de vraie partie tellement l’envie est grande, comme à chaque fois, de retrouver le maniement des leurres. Certains jours la météo annonce des orages et on ose pas trop s’aventurer, d’autres jours la pluie est au rendez vous, difficile de se décider tellement les prévisions varient selon les jours. Au programme, quelques sorties aux Eaux Bleues de Miribel et à la Gravière de Longeville dans l’Ain.


pictograms-nps-fishing La Gravière de Longeville.Float-green De retour sur cette gravière après quelques expériences sympathiques et un ressenti positif. C’est ici que nous ouvrirons la saison par un dimanche grisâtre et venteux. En arrivant sur zone vers 11h, des pêcheurs sortent de l’eau et nous annoncent de la grêle en approche, et des brochets tatillons. Rien de bien encourageant, on observe le ciel, la dépression à l’air de passer plus au nord, on se decide à embarquer en Float-Tube. Le principe est de reprendre des sensations tout en passant un bon moment. Lol69 et Pipo sont de la partie et c’est d’ailleurs lui qui ouvrira le premier son compteur cette année, avec un petit brochet de 40cm pris en surface le long de la roselière au Wopper Popper. Comme quoi il n’y a pas de saison pour pratiquer en surface, cela peut rapporter à tout moment. Plus tard et dans la petite anse nord, c’est lol69 qui s’offrira lui aussi son sifflet du jour, pris au BusterJerk. Les brochets n’ont pas l’air si tatillon que ça même si pour l’instant, leur taille ne passe pas la barrière des 60 cm. On prendra de manière régulière des averses sur la tronche, et un vent bien prononcé qui vient creuser le plan d’eau. De grand moment de solitude ou il faut savoir prendre son mal en patience. Pipo parcourra la bordure et pourra lever quelques brochetons supplémentaires au Cranck DT6. En pratiquant en pleine eau à la recherche de prise plus conséquents Pavince n’observera pas la moindre touche, il se rapprochera alors d’une bordure, passera sur un emploi de leurre souple plus petit, et pourra lui aussi ouvrir son compteur 40 cm ! Les petits brochets semblent se tenir sur les premiers tombants de bordure, au pied de celle-ci. On s’arrêtera casse-crouter et avaler un sandwich rapidement pour reprendre notre quête vers la partie centrale de la gravière. C’est le calme plat, il faut s’obstiner pour rester pêcher, la pluie ayant repris de manière constante. On rejoindra les hauts fonds sur le plateau sud par réflexe plus que par réelle conviction. En parcourant la bordure en mode observation, il faut dire que quelques BlackBass ont été aperçu commençant la fraie, on pourra en apercevoir quelques uns. L’un d’eux, ayant commencé à opérer non loin d’un arbre mort, était surveillé de près par un petit silure d’environ 1m20. Pavince et lol69 décideront de tenter le moustachu en embuscade, d’abord lol69 au speener, puis Pavince armé d’un petit leurre souple. Ils ne prendront pas le temps d’ajuster la taille de la tête plombée, par précipitation et par excès d’enthousiasme, erreur fatale puisque le glane frappa fort dans le leurre et s’en empara, il parti alors sous la souche et la ligne se rompu. En réalité c’est la tête plombée qui avait cédée, rageant… Emotions passées, on fera demi-tour pour revenir sur nos traces. La pluie s’est intensifiée et lol69 decide d’aller se poser au sec dans la voiture. Pipo et Pavince decident de persévérer alors que la fin de journée approche. Bien à eux puisque, dans la dernière heure, les brochets alors absent jusque la, se réveillèrent. Ils pourront en enchainer encore quelques uns, de taille n’excédant pas les 50 cm. Au bilan de cette ouverture, bien maigre résultat, on finira mouillé mais ravis d’avoir retrouvé les Float-Tube et la première douzaine de petit brochet capturés au final. Malheureusement les nombreux « live » vidéo de fin de journée seront perdu, faute d’une carte SD performante, la moitié des vidéos disparaitrons.

Seconde sortie sur la fin du mois ici, avec Pipo, par un temps estival, les températures annoncées avoisinent les 32 degrés, heureusement, un vent léger nous permettra de supporter tout cela. Pour une fois, on embarquera depuis la base kayak afin de changer nos habitudes. On croisera des pêcheurs en kayak nous annonçant une partie compliqué et des poissons de petites tailles répondant uniquement sur les leurres de petites tailles, 2″ et 3″. Pavince s’empressera d’essayer ce pattern journalier, et sur le premier lancer fera mouche avec un petit sifflet de 35 cm environ ayant bien engamé le leurre, signe qu’effectivement le pattern était le bon. Après cela, ce montage n’opérera plus et le calme reviendra. On aura beau peigner tout type de zone, en utilisant tout type de leurre, rien ne veut ! On ira prendre l’ombre en bordure afin de souffler un peu lorsque Pipo pourra voir un silure posé sur le fond dans 3m d’eau, décidément ! Ce mois de mai nous offre des possibilités de pêche du silure à vue assez déconcertantes. Même si nous avons l’habitude de les côtoyer, ces poissons nous impressionnent toujours. Pipo s’essayera avec le leurre monté du moment, une imitation divinator mais le silure ne s’en saisira pas. Pavince ira de son essai, sans ajuster la taille et la robustesse de la tête plombée. Et c’est avec le même montage qui avait rompu la fois précédente qu’il s’essayera lui aussi, comme quoi les expériences ne servent pas toujours de leçon aux êtres sous hypnose. La seule vue d’un silure que l’on peu tenter suffit à faire oublier les fondamentaux. Après quelques hésitations, le silure punchera le leurre, et le combat pouvait commencer. Pavince pourra profiter un peu plus longtemps que la fois précédente, d’un mode tracto-glane toujours plaisant en Float-Tube avant que la tête plombée ne cède sous la puissance de la traction. Encore un grand moment de rage, il pestera de son manque de clairvoyance de ne point avoir opté pour quelques chose de plus solide, silure 2 – Pavince 0 ! Par la suite, on longera la bordure en mode tracking, et l’on croisera encore la route de deux silures, Pipo en fera fuir un, l’autre qui avait l’air plus en chasse n’apparaitra que trop peu de temps pour que l’on puisse le tenter. Après avoir avalé notre casse-dalle, on repartira en quête de bec, en espérant toujours un coup du soir plus productif. Seul Pipo tirera son épingle du jeux, avec deux sifflets pris sur le cordeau. Encore un bilan maigre sur cette journée de pêche qui nous a apporté plus de soleil que de prise. Ça relax mais ça ne boost pas les statistiques.

pictograms-nps-fishing

Les Eaux Bleues.Float-green Notre première sortie aux Eaux Bleues sera l’occasion de rependre contact avec ce plan d’eau. On ira avec Pipo par un jour de grand vent. On est très motivé mais la joie fut de courte durée. En effet, le Float-Tube de Pipo semble avoir lâché au niveau de l’un des bouchons, il se dégonfle très vite, trop vite. On tente une réparation qui ne tiendra pas. Il faut se rendre à l’évidence, ce sera partie à pied pour cette première. On mettra quand même les Wadders afin de pouvoir pénétrer un peu dans l’eau. Pipo fera rapidement une belle perche au leurre souple, affichant 45 cm sur la réglette. Puis décrochera un brochet de 60 cm environ peu après. Pavince ira aussi de sa belle mémère et 40 cm au Speener. Une première sortie sauvée par la prise de ces deux belles perches.

On y retournera une fois de plus par jour de grand vent. Pipo à emprunté le Float de lol69 en attendant la livraison de ses nouveaux boudins. Embarquement par les vents du sud, on pense pêcher à l’abris du vent sur une bordure nord. Pavince fera de suite une perche de 45 cm au Speener, les grosses sont de sortie sur ce début de mois et répondant bien aux palettes. Plus loin Pipo sollicitera un bec de 67 cm ayant succombé au Bomba Cranck. Un début en fanfare qui nous laisse rêveur, mais la suite sera plus morose. On luttera longtemps avec le vent, essayant de tenir une position pour pêcher un spot. Sur une accalmie, on traversera le plan d’eau pour rejoindre une zone le long des Vernes que l’on sait être plus propice. Après 20 minutes de traversée, on arrivera sur la faille pour commencer à la pêcher. C’est alors que le vent se lèvera de nouveau et de manière plus intense, des creux de 80 cm se forment et il est quasi impossible de tenir le poste. On décidera de faire demi tour et revenir en arrière mais il fut impossible de revenir face à lui, on du faire des zig zag et des transversales pour rentrer. On sera déporté de quelques 500m, pour finir presque en terminaison de plan d’eau vers la jonction avec le lac des drapeau, décourageant, il nous fallait maintenant tout remonter, et le vent ayant encore tourné, nous faisait face de nouveau, démoralisant. On mis environ une heure à revenir sur zone de départ et heureusement on pu enfin se détendre et rigoler un peu avec une bande de glane, en pêche à vue. Ils étaient au cul des brèmes, qui frayaient dans 1m50 d’eau, on en avait plein les palmes. Les gros spécimens ne voulaient pas des leurres pourtant conséquents. Seul un petit silure (1m30) à l’affut se saisi du Ripple 6″. La ligne déroula quelques secondes avant qu’il ne se décroche. Quel bon délire de voir autant de glane comme ça sous soi…certains approchaient les 2m. Fatigué et exténué, on se décidera à rentrer, non sans que Pipo fasse encore quelques perches et un dernier brochet de 60 cm, pris au Speener. On finira lessivé, avec un résultat somme tout correct, notamment pour Pipo qui aura maillé deux fois.

Une seconde sortie sur la fin du mois, par une météo plus clémente, plein soleil et vent quasi nul, nous offrira l’occasion de commencer un bronzage optimal. On décide d’effectuer le même parcours qu’au début du mois afin de voir si la fraye des brèmes se serait prolongée. Cette frénésie est censé durer une semaine, mais cela peu augmenter dans certains cas. Avant cela, on pratiquera tranquillement, l’occasion pour Pavince d’avoir un joli suivi derrière un Cranck, le brochet suit doucement mais ne semble pas décidé, un stop and go ne le décidera pas, il fera demi tour. Plus loin, Pipo apercevra une ombre noire posé sur le fond sur une pente douce, un glane semblant avoisiné le 1m80 dort au soleil, l’occasion rêvé pour Pipo de s’essayer au glane à vue, une proposition conséquente ne fera que l’effrayer et il disparaitra dans une zone plus sombre et plus profonde, dommage… Arrivé sur zone de fraye, pas une brème en vue, pas de glane non plus d’ailleurs, on continuera donc notre route pour rejoindre la faille des Vernes, zone longitudinale plus profonde qui longe la réserve des Vernes et qui a souvent rapporté. Pavince sera encore suivi, sur un Speener cette fois-ci, le brochet à la tête massive montra en flèche sur le leurre sans s’en saisir puis redescendra aussi vite qu’il n’était venu, encore un coup rageant… On pratiquera jusqu’à l’ile des Mouettes ou l’on se posera pour avaler un sandwich et faire demi tour. On espère que la « chute » des températures pour le coup du soir nous donnera des poissons plus mordeur. A part une touche forte mais courte et inferrable sur un Bx-Swimmer bien twitché, rien ne se passera, c’est le calme plat, on arrive pas à déclencher du poisson. Une très belle journée estivale, on a bien pris le soleil, nettement moins de poisson. Affaire à suivre…


Bilan sur cette ouverture 2019, dans les plans d’eau les températures sont montées très (trop) rapidement, et les herbiers se sont bien développés. Le bilan global est faible, on a touché du poisson, mais en très petite quantité, certain ont eu le droit au maillé du moment, on a rigolé et c’est bien l’essentiel 😉 Une fois de plus, on a peut être pas su sélectionner les bons jours et les bonnes heures de pratique, privilégiant les après midi ensoleillées plutôt que des matinées plus fraiches. En espérant que la suite s’améliore vite, cette année 2019 s’annonce aussi difficile que l’année dernière.


Une petite vidéo pour mieux se rendre compte pour les amateurs… (9min50/226Mo).

 

A bientôt pour d’autres pêches dans le Rhône… 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WordPress | Designed by: Web Hosting Directory

Accueil | CGU | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush