Sessions Carnassiers – Mai 2018


Mai 2018, les sessions carnassiers.

Float-greenLes Eaux Bleues bord-blueRhône – QGF
Float-greenGravière Longeville boat-greenLe Grand Large
Le Bordelan  bord-blueVieux Rhône – Table Ronde

bord-blueflaot-bluebord-blueLes pictos bleus représentent les eaux « ouvertes », lônes, rivières, fleuves…

bord-green Float-green boat-greenles pictos verts, les eaux « fermées », plans d’eau, étangs, lacs…

Tout d’abord, bonne ouverture 2018 à tous nos lecteurs, plus nombreux chaque jour, et que nous tenions à remercier, ce mois de mai bat des records d’affluence tant sur le site FishTeam69 que sur l’application iNav@FT69. La FishTeam69 vous souhaite bien évidement du fiiiiish à gogo !

Ce mois de mai 2018 tant attendu et signe d’ouverture s’est déroulé de façon assez inhabituelle. Nous qui étions habitués à partir loin de nos terres Lyonnaise pour ouvrir le bal carnassier, sommes resté en région Lyonnaise cette année. Les activités professionnelles des membres ayant rendu les choses difficiles, il fallait se résoudre à ne point voyager cette année. On prendra quelques congés malgré tout pour entrevoir de vraie partie tellement l’envie est grande, comme à chaque fois, de retrouver le maniement des leurres. Au programme, quelques sorties aux Eaux Bleues de Miribel et au Grand Large, un passage à la Gravière de Longeville dans l’Ain et quelques sortie à pied pour retrouver l’épique Table Ronde du Vieux Rhône et une découverte sur le plan d’eau du Bordelan à Villefranche sur Saône.


pictograms-nps-fishing Les Eaux Bleues.Float-green On entamera nos périples sur le fameux plan d’eau de Miribel ou nous irons plusieurs fois sur cette ouverture afin de couvrir du terrain et constater si les posts habituels de tenu des brochets étaient similaires aux années précédentes. Les grosses chutes d’eau pendant la fermeture ont surement fait évoluer les choses et le niveau à pris 40 cm, ce qui fait le plus grand bien à ce lac, mais à quelques peut modifié les topologie propices. En effet, la ou avant la profondeur n’excédait pas 1m70, donnant une visibilité jusqu’au fond, on a aujourd’hui 2m20 et une couche de fond plus sombre rendant plus aisé la tenue en chasse des brochets embusqués. Point négatif, les herbiers ne se sont pas trop développés avec des eaux troublées pendant plusieurs mois et sur les premieres rayons de soleil du printemps. On gagne d’un coté, on perds de l’autre, mais le champ des perspectives s’est très nettement agrandi. Sur quatre sessions, on balayera le plan d’eau sur des secteurs connus et sur d’autres spots ou l’on était jamais passé pour parfaire la bathymétrie du lac. Début d’ouverture sur le secteur des vents du sud (île des Castors) et la baie des Lézards, puis le Fontanil (îles PVC), la partie Est du lac (île des Mouettes) en passant par le secteur La Mama. On pratiquera à chaque fois entre 14h et 21h, ce qui au final ne s’avérera pas être le meilleur choix, la pratique du matin, avec laquelle nous avons tant de mal semble avoir été plus productive, que voulez vous, on essaye d’allier l’utile à l’agréable, il faudra savoir se bouger pour les prochaines sorties. On prends quelques touches discrètes en journée mais il faut bien souvent attendre la tombée du soleil sur des obliques plus rasantes pour entrevoir quelque chose de plus concret. Sur la première session, Pipo aura trouvé le pattern, et l’emploi de leurre souple 4″ coloris marron clair, pour déclencher quelques brochet qu’il décrochera presque à chaque fois, et notamment un joli specimen qui semblait approcher les 70cm. Il lui faudra persévérer sur les derniers lancer du jour, à la cuillère numero 3, pour enfin se saisir d’un brochet correct de 60cm environ, la mesure n’ayant pu être effectuée ! Pour Pavince c’est une ouverture capot. Sur la deuxième session, les comportements des becs se ressemble, on prends quelques tapes discrètes, des suivis de petit brochet qui ne se saisissent pas des leurres et des coups de soleil. Les eaux sont monté à 24 degrés, un vent du nord prononcé nous ramène les pollens qui s’agglutinent par banc entier sur certains secteur et viennent se prendre dans les tresses. S’en trop réfléchir on s’aventurera sur des zones à l’abris du vent, ce qui ne s’avérera pas être le meilleur choix, puisque à peine arriver sur des eaux plus brassées par le vent, on prendra les premières touches, sur des poissons nageur sans bille. Pavince optera alors pour un must de cette catégorie, capable de déclencher les poissons les moins décidés, et cela fonctionnera après quelques lancers. Linéaire lent dans 3m50, juste de quoi animer ce leure si atypique, qui nécessite une vitesse de récupération juste, la tape sera net et sans bavure, stopper à la régulière et un combat dynamique qui pouvait commencer. Le Scatter Rap Cranck de Rapala avait encore parlé, et ramenait le premier maillé de cette année pour un Pavince plus que satisfait de prendre enfin une cartouche digne de ce nom et 63cm au bout. Après cela, et ayant conservé le leurre, il pourra faire deux perches de 25cm environ, bien décidée à attaquer ce leurre à la nage si erratique qui déclenche tout types de carnassiers. Pipo décapotera sa journée sur une dernier lancer, à la cuillère, avec une petite perchette venue se fracasser sur l’objet, lui donnant l’impression d’une tape folle, le laissant dubitatif au vue de la capture, c’est un poisson malgré tout ! Sur les autres sessions, les après midi se ressembles, très calme, trop calme. Sur une journée orageuse et ventée, on se dit que les choses pourraient évoluer dans le bon sens mais les chaleurs étouffantes semblent plaquer nos amis carnassiers et les rendre amorphes. Heureusement, et sur des montées de vent prononcées, on arrive à sortir notre épingle du jeux. D’abord Pipo qui verra sa ligne sectionnée, laissant son Scatter Rap Cranck à l’abandon, puis Pavince quelques minutes plus, ayant opté pour la même arme, aura plus de chance, et pourra célébrer un 60cm tout juste, venu se saisir du leurre du bout des lèvres, signe qu’ils sont encore tatillons. Sur la dernière session, on prends les mêmes et on recommence, on varie les montages et les leurres par rapport au fois précédentes mais rien n’y fait, ils sont à OFF, et à part un coup de maitre de Pipo qui déjouera l’attention d’une belle mémère au leurre souple, il nous sera difficile de décider quelques chose. Son linéaire lent, agrémenté de tirettes légères au Ketech 3″ coloris blanc nacré, lui offrira satisfaction, et un beau combat avec une perche qui ne se laisse pas faire du haut de ses 44cm, magnifique poisson, si rare, mais bien présent dans ces eaux et qu’il est si difficile de leurrer. Emotions passée et le calme étant revenu, à notre plus grand désarrois, on décidera de jouer de la palme afin de couvrir du terrain et des zones encore jamais scanée. L’occasion de découvrir de belles « fosses » sur le secteur Est de l’île des Mouettes, certaines avoisinant les 7m50, et de beaux herbiers tapissant le tout. On remarquera au passage qu’une ouverture avec le lac du Drapeau a été faite, la digue qui séparait les deux plans d’eau a été ouverte sur une cinquantaine de mètre, rendant impossible désormais de faire le tour complet à pied des Eaux Bleues.

pictograms-nps-fishing Le Grand Large.boat-green Rendez-vous pris tôt le matin avec lol69 que l’on retrouve enfin pour sa première sortie de ce mois d’ouverture. On s’est enfin décidé à se lever pour aller pratiquer le coup du matin en espérant un peu de résultat. On retrouve un Grand Large à l’image des Eaux Bleues, les herbiers sont la mais bien moins développés que les autres années, faucardage ou eaux trop teintée avec les nombreuses crues des mois de fermeture, il est difficile d’en donner la raison. Les eaux sont bien teintée et leur température avoisinent les 20 degrés en surface. Le petit bémol viendra de la présence, sur certains secteur, d’algue verte collantes, dérivant entre deux eaux, par petite boule, et venant s’accrocher régulièrement dans les leurres, les rendant quasi inopérant. Il nous faudra trouver des zones ou elles ne sont pas présentes, ce que nous ferons tout au long de la journée. Coté pattern, on tarde à trouver ce qui marche, et c’est Pipo qui fera mouche le premier, avec un leurre souple 3″ et un petit brochet. Puis c’est lol69 qui enchainera avec un autre petit brochet pris au Golem 100. Il décidera d’essayer de sélectionner les prises tant les premier résultat nous rapporte du petit. Il optera donc pour un classique des ouvertures, et un Buster Jerk qui nous n’avions que trop peu utilisé de par le passé, leurre pourtant efficace pour qui sait le manier correctement. Après quelques ajustement, il pourra célébrer son premier poisson avec ce leurre, comme un aboutissement, il faut savoir patienter à la pêche, et revenir sur des choses que l’on avait trop délaisser avant. Malgré la taille du leurre, la prise reste maigre et c’est encore un petit bec bien énervé qui se laisse tenter. C’était le début d’une série impressionnante de touches, tantôt sans suite, tantôt franche et des leurres bien engamés. Pipo ira aussi de ses quenelles bien excitées au Buster Jerk, signe qu’un pattern s’était bien dessiné. Les brochetons attaques sans vergogne des leurres parfois plus gros que leur têtes ! Difficile de faire le tri aujourd’hui, seul les petits semblent debout, de rare fois un plus gros passant la barre des 50cm nous rends visite mais les poissons maillés reste muet. Il faudra un lol69 persévérant, ne lâchant rien, pour voir enfin un brochet digne de ce nom, et toujours au Buster Jerk, pris dans un port, la touche est franche, la canne plie un peu plus, signe que le poisson a passé une barre significative, et 62cm au bout, lui offrant le seul maillé du jour. Après cela, on refera quelques sifflets sur différentes techniques mais rien de concret. Il faut se rendre à l’évidence, les gros ne sont, une fois de plus, pas de sortie au Grand Large, et à part l’hiver, il a été compliqué d’en sortir l’année dernière ici, les choses semblent se reproduire en 2018… Une quinzaine de brochet pris, trois seront plutôt corrects 50, 52 et 62cm… Affaire à suivre…

pictograms-nps-fishing La Gravière de Longeville.Float-green De retour sur cette gravière après une première expérience fin d’année dernière au mois d’octobre et un ressenti positif, il fallait y retourner afin de valider un nouveau spot potentiel pour nos sorties. Pour rappel, cette gravière est situé comme souvent au bord de l’autoroute, en l’occurence l’A42. Le plan d’eau de Longeville est une ancienne gravière des années 1970 d’une superficie de 33 hectares, de domaine privé, classé eaux libres de seconde catégorie. Il est situé sur les communes de Pont d’Ain et d’Ambronay, l’AAPPMA PLA (pêcheur à la ligne de l’Ain) gère la partie Pont d’Ain et avec la fédération de pêche de l’Ain ils ont mis en place une cogestion sur la partie d’Ambronay. Sa profondeur moyenne est de 4 mètres, avec une fosse de 7/8m, c’est un biotope riche avec des fonds assez variés et une population pisciole très diversifiée. ll communique épisodiquement avec la Basse Rivière d’Ain lors de ses fortes crues. La pêche de nuit autorisé jadis sur certains secteurs a été fermée, les soucis courant en matière de carpe de nuit ont eu raison d’elle. Quand on voit le comportement de certains pêcheur de carpe la bas, on comprends aisément pourquoi… Alors on ne blame pas tous les pêcheurs et on ne les mets pas tous dans le même sac, quid des pêcheurs d’autres techniques comme le carnassier, il y a des gens irrespectueux de partout, mais certains carpistes abusent quand même pas mal la bas… on en fera de nouveau les frais… L’accès timbre CPMA, plan d’eau réciprocitaire, embarcation autorisé, pas de mise à l’eau, quelques réserves, notamment l’interdiction de débarquer sur toute ile, et sur la bordure nord le long de la roselière. Journée de pêche de 13h à 21h, une fois de plus on ne fera pas le coup du matin, les vacances c’est aussi fait pour se reposer 🙂 On empruntera le même parcours que la fois précédente, à savoir embarquement au niveau de la base de kayak, et un parking permettant de poser la voiture pas trop loin d’une possibilité de mise à l’eau, et on attaquera par les deux îles qui lui font face, pour rejoindre la partie en haut fond au nord-ouest du plan d’eau. La partie s’annonce compliquée car une multitude de carpistes occupent déjà le terrain, et on le sait, les habitudes la bas font que vous trouverez souvent des lignes tirées dans tous les sens de part et d’autre du lac. On se cantonne alors à ces zones libres ou aucune ligne ne semblent présentes, chose pas toujours faciles car les obliques à 180 degrés sont monnaie courante, ainsi, un Rod Pod posé à 200m peut s’avérer pêchant la ou vous vous trouvez, les pêcheurs déposant, pour la grande majorité, leur ligne à la main en bateau gonflable. Vous trouverez régulièrement un marqueurs flottant, bout de polystyrène ou autre vous indiquant que n’êtes pas le bienvenue… On passera donc la plus grande partie de ce début de partie à zigzaguer pour éviter les nombreuse lignes de carpes. En rouge sur le plan, les lignes que nous avons croisées, ils y en avaient d’autre sur la partie nord du plan d’eau que l’on a pas pratiqué aujourd’hui. Pour permettre à toutes les pratiques de pêche de cohabiter, les montages back-lead sont obligatoires la bas, mais peu sont ceux qui respectent la loi. Si c’était le cas, les lignes ne dépasseraient pas la moitié du plan d’eau comme le veut la legislation. Il est d’ailleurs toujours très compliqué de savoir à qui appartient le marqueur car, bien souvent, le pêcheur se situe à plusieurs centaines de mètres, de l’autre coté du lac. Bref on préfère se taire et éviter la confrontation, on contourne les spots et on s’abstient de pêcher dans le doute. On arrivera donc rapidement sur la zone des hauts fonds non s’en avoir pris une tape sans suite de brochet et laisser un leurre dans une souche en bordure. Ici, on peut pratiquer sans trop de souci, pourtant un marqueur est encore présent, les pêcheurs sont situés à 172 mètres la ou il peuvent pêcher à 60m (moitié du lac à cet endroit), d’autre Float-Tubers en feront les frais et ramasserons la ligne sans faire exprès… Pavince fera une petite perche à la cassure des 3m50 avec le haut-fond et l’on décidera de s’arrêter manger un bout. On reprendra la partie en pratiquant une partie jamais faite, elle était truffée de carpiste la dernière fois, à savoir la bordure attenante à l’autoroute, joie de courte durée puisque l’on fut interpellé rapidement par un pêcheur du bord s’exclamant pour que l’on ne pratique pas sur sa diagonale droite, à 150m de son poste, une ligne avait été tendue, sans back-lead, et notre venue lui donnait des sueurs froides. C’est sur un ton peu cordial que l’on fut chassé du coin, on traversera donc le plan d’eau pour être tranquille, non s’en être un peu énervé. Une fois la zone dépassé, on re traversera le lac afin de rejoindre une zone ou des roseaux occupent la bordure, et une nouvelle présence de hauts fond. L’occasion pour Pipo d’essayer son nouveau Whopper Plopper, leurre de surface bruiteur à la façon Buzz-Bait. L’energumen ne mettra pas longtemps à déclencher du poisson une perche venue à la rencontre de ce leurre atypique, elle se décrochera après quelques mètres. Quelques minutes plus tard, il fera mouche de nouveau, avec un brochet de 40cm cette fois-ci, venu percuter le leurre en surface, action toujours plaisante pour qui sait apprécier les pêches de surface. On longera la bordure Nord ou cohabitent ces hauts fonds et des zones plus profondes de 3m50 abritant pas mal d’herbiers montants. Pavince peignera lentement au leurre souple les zones intermédiaires jusqu’a obtenir satisfaction. Sur une redescende de traction lente et ample, le contact se produira, un punch franc et sec ne laissant aucun doute, le combat pouvait commencer. Au bout du fil, un brochet maillé affichant 63 cm, enfin, il tenait la son premier brochet de Longeville, de quoi donner du coeur à l’ouvrage après des débuts si découragent. On peignera toute la zone Nord-Est, en discutant avec un local qui nous expliquera les quelques anecdotes croustillantes du lieu et nous expliquera plus concrètement les raisons de l’arrêt du secteur carpe de nuit, on ne s’étonnera pas de ses dire, notre vécu nous ayant malgré nous déjà fait entrevoir les raisons d’une telle interdiction, entre autre non respect de la propreté, les carpistes se mettaient sur la gueule entre eux, comme quoi, pas besoin d’arriver avec ses leurres pour faire naitre des altercations, ils y arrivaient très bien entre eux. On finira la journée en revenant sur la zone du départ, non s’en avoir pris une ou deux lignes de carpes au passage, heureusement, les protagonistes (sachant peut être qu’ils abusaient?) n’ouvriront pas les hostilités et joueront profil bas lorsque nous présenterons nos excuses. Une journée peu productive, mais du poisson d’entrevu et un maillé au Float. Ce spot possède un réel potentiel, il faudra y revenir en semaine, hors jours férié, et éviter les weekends, cela n’assure pas la pratique nonchalante mais surement plus de tranquilité.

pictograms-nps-fishing

bord-blueRhône – QGF. On ira quelques fois sur les quais du Rhône à hauteur du pont de Perrache pour se dégourdir les jambes et tremper les lignes. On sort le soir après le boulot, 18h – 20h afin de profiter des quelques belles fin de journée du mois de mai. Sur toutes nos sorties on trouvera un Rhône au dessus de 500 m3/s, assez teinté, parfois encombré de végétaux, signe que les barrages en amont travaillent bien. Sur le début du mois, on voit pas grand chose, de nombreux banc de poisson blanc sont bien présent mais les carnassiers ne suivent pas. On pratiquera plus particulièrement la perche mais elles restent discrètes et seul quelques suivis et des prises anecdotique s’offriront à nous. Un pêcheur fera non loin de nous un joli brochet de 65cm, entre les bateaux, à la cuillère feuille de saule, comme quoi il faut savoir utiliser les bonnes veilles techniques dans des lieux ou les habitudes vous ont fait pratiquer autrement. Sur la fin du mois, les perches s’activent un peu mais c’est pas la folie, on en voit plus mais elles tapent pas forcement, les chevesnes se réveillent également, l’occasion de renouer avec le plaisir des tapes sèches et des petits combats qu’ils savent vous offrir. QGF au ralenti, il faudra patienter avant, peu être, de voir du poisson actif, à noter le retour des herbiers, qui ont su se développer tout au long du mois et donner des topologies intéressantes pour la suite.

pictograms-nps-fishing

Le BordelanCela faisait longtemps qu’on en entendait parlé, mais les informations manquantes à son sujet nous avaient éloigné de ce plan d’eau. Aujourd’hui, on décide un repérage à pied la bas, équipé de wadders afin de pouvoir pénétrer dans l’eau, au plus près de spots. On posera la voiture au parking de la base de loisir, fermée aujourd’hui, et on attaquera la partie par la plage ou de nombreux haut fond en pente douce permettent une pêche de surface notamment. On fera le tour complet afin de mieux cerner les topologies qu’abritent ce lieu. De nombreux herbiers bien denses colonisent la bordure et rendent la pratique en texan quasi obligatoire, il faut viser les travées disponibles ou viser les trous pour pêcher correctement. Sur la partie nord, la profondeur augmente et les bordures sont plus abruptes donnant d’autre possibilités. Des carpes sautes ci et la mais l’on ne voit aucun poisson carnassier pour le moment. En arrivant sur la partie nord-est, une zone de cover nous permet de s’essayer au Serpentino, StickBait en mode texan, toujours très efficace pour déclencher du poisson, un peu moins pour les accrocher. Et cela ne manquera pas d’opérer, puisqu’en lisière d’un herbier dense, Pavince observera le remous au passage du leurre, une pause décidera le poisson qui viendra s’en saisir en clappant la surface, un ferrage appuyé permettra de sentir et entrevoir le poisson quelques secondes puisqu’il se décrochera immédiatement, un joli Bass, semble t-il, ayant succombé à la nage si particulière de ce leurre. Ce sera la seule réelle action du jour. Après cela, on finira par peigner la bordure Est, moins encombrée d’herbiers mais abritant une multitude de Black-Bass allant ci et la, s’en être réellement intéressé par les leurres, l’approche de la fraie y étant surement pour quelques chose. On insistera pas mais on reviendra ici sur des sorties courtes afin de profiter de pêche en surface qui pourraient s’avérer être payante dans ces conditions.

pictograms-nps-fishing

bord-blueVieux Rhône – Table Ronde. De retour sur un des must du Vieux Rhône à pratiquer pendant les périodes de crue. Aujourd’hui le Rhône est monté à 1600 m3/s à Ternay, et l’on sait que dans ces conditions, la lône de la Table Ronde peu être une bonne option. On a déjà beaucoup pratiqué en Float-Tube ces derniers temps, et la fatigue bien présente nous fait opter pour une sortie à pied et en wadders dans ce lieu ou nous n’avons pas tremper les lignes depuis bien longtemps. La végétation a repris le dessus, et les spots pour pêcher sont bien moins nombreux que jadis, il faut trouver l’insert dans la végétation pour pouvoir lancer. On en fera le tour rapidement, en passant par les posts que l’on connaissait des années précédentes mais le poisson n’y est pas. Les brèmes sont bien la, et effectuent des balais, claquant la surface, signe que la fraie a bien commencé pour elles. On verra juste un petit glane sortir d’une souche immergée, surement dérangé par le passage de nos leurres, qu’il daignera saisir, il s’en alla ailleurs, vers plus de calme, à l’abris de nos lancers incessants. Comme souvent ici, les capots sont de rigueur, mais la nature, si belle et sauvage dans ce cadre, vous offrira une belle ballade.


Bilan sur cette ouverture 2018, dans les plans d’eau les eaux sont chaudes, les herbiers moins développés, et les résultats s’en font ressentir. En fleuve, la situation semblait moins accentué même si les scores restaient faibles, il s’est pris quelques brochets mais riens de très significatif. Seul quelques perchettes semblaient sur le coup.  Le bilan global est faible, on a touché du poisson, mais en très petite quantité, certain ont eu le droit au maillé du moment, on a rigolé et c’est bien l’essentiel 😉 En espérant que la suite s’améliore vite, cette année 2018 s’annonce aussi difficile que l’année dernière. Avec le bel apport en eau des pluies pendant la fermeture on s’attendait à quelques chose de mieux, cela n’a pas été le cas !


Une petite vidéo pour mieux se rendre compte pour les amateurs… (10min20/240Mo).

A bientôt pour d’autres pêches dans le Rhône… 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WordPress | Designed by: Web Hosting Directory

Accueil | CGU | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush