Sessions Carnassiers – Janvier 2018


Janvier 2018, les sessions carnassiers.

bord-greenLe Grand Large

bord-blueflaot-bluebord-blueLes pictos bleus représentent les eaux « ouvertes », lônes, rivières, fleuves…

bord-green Float-green boat-greenles pictos verts, les eaux « fermées », plans d’eau, étangs, lacs…

Tout d’abord bonne année à tous nos lecteurs, plus nombreux semaines après semaines, toute la FishTeam69 vous souhaite le meilleur pour 2018. Sur ce mois de janvier quelques possibilités de sorties sont à entrevoir et nous passerons la plupart d’entres elles sur le plan d’eau du Grand Large, avide de prise, c’était donc le lieu qui s’imposait car il offre une très bonne densité de poisson. On le sait, la chute des températures, bien que moins brutale et flagrante que les années précédentes, aura peut être mis en éveil des spécimens plus concrets. On ira par trois fois sur ce secteur afin de mettre toute les chances de notre coté avant une fermeture annuelle qui nous laissera orphelin pour quelques mois, on a tous très besoin de contact réel avant de mettre les leurres au repos.

A coté, et mettant à profit le reste du temps non passé à la pêche, on adapte le code d’iNav à iOS 11 et on sort des nouvelles cartes, à la demande ou pas. D’autre part, le travail sur iShare continu afin d’optimiser encore la partage de nos logs sondeur, pour une meilleure efficacité et un déploiement des cartes plus rapide et précis, automatisation à la clef 😉 Le CrowdSourcing efficace made in FishTeam69 ! En espérant que 2018 draine plus de participant que 2017, le concept a besoin de vous pêcheur averti et équipé. Nombreux sont les pêcheurs équipés de sondeur demandant un accès à l’application, moins nombreux sont ceux qui souhaite partager leur logs, on retrouve bien ici cette mentalité de pêcheur de l’ancien temps, qui aime prendre sans donner, qu’il faudra absolument changer pour faire évoluer notre loisir dans le bon sens.


pictograms-nps-fishing Le Grand Large.bord-green  On ira donc par trois sessions tenter de lever du maillé au Grand Large. Il faut dire que la tâche s’est un peu compliquée, en effet les mailles ayant été relevées sur la plupart des espèces (et c’est plutôt bien), c’est les statistiques qui risque d’en prendre un coup. La ou il fallait atteindre les 50 cm sur le brochet les mois précédents, il faut scorer au moins à 60 cm pour pouvoir considérer un poisson comme maillé cette année. La pratique sur des période fraiche d’hiver pourraient nous faciliter la tache et des eaux descendue sous les 10 degrés également. C’est sans moteur thermique que l’on embarquera, interdiction oblige, il nous faut respecter la loi, même si cet arrêté ambiguë et mal cadré, peut laisser à désirer… On pratiquera de 10h à 17h30 (heure légale de pêche en vigueur), et pratiquement sur les même zones à chaque fois. Il faut dire que les crues du Rhône et les nombreuses pluie ont redistribués les cartes, et les teintes des eaux du Grand Large, auxquels il faut toujours savoir se fier, ont bien évolué par rapport à leurs « habitudes ». Les zones habituellement teintée sont très foncée avec un taux de matière en suspension assez élevée, tandis que les zones plutôt claires usuellement semble piquée à souhait. On passera par nos zones fétiches mais la présence de boue en suspension provoque un aspect laiteux poudré qui ne laisse pas espérer grand chose, les leurres reviennent sableux !! On se rabattra sur des zones ou l’on avait moins pratiqués par le passé pour cause d’eau très (trop) claire, ou les contact n’avaient été qu’anecdotique. Sur les sessions, elles nous offrirons un terrain de jeu idéal, avec une couleur piquée, d’un vert opaque allant au jaunâtre sans trop de matière en suspension, le tout entre 2m50 et 3m40 d’eau.

Sur la première session, en tout début de mois, les touches mettent du temps à arriver, et il faudra attendre qu’un bec actif ne vienne puncher le Golem 100 de lol69 pour entrevoir enfin un début de pattern. A l’intensité du combat, ils ont l’air bien réveillés, ce n’est pas pour autant que l’on enchainera les prises sur cette phase. 58 cm tout de même pour ouvrir le compteur journalier. Ensuite et n’obtenant aucun résultat avec l’emploi de poisson nageur, Pavince optera pour une technique au leurre souple manié, tantôt en linéaire, tantôt en dent de scie bien lente, faisant varier l’intensité des amplitudes et les vitesses de récupérations. Ce seront d’abord des touches sans suite et très succinctes, un toc sec qui vous laisse ferrer dans le vide et retrouver vos leurres partiellement entaillés. De quoi vous laisser furax lorsque cela se produit successivement sur la même heure de pêche. Il fallait ajuster quelque chose afin de les décider. Le changement de couleur ou de gabarit n’apportera rien de plus, il fallait trouver autre chose. On passera par des grammages plus léger pour laisser planner un peu plus les leurres et avoir des retombées moins franches sur les à-coups en dent de scie. Un passage de 10, à 7, voir même 5 grammes fera la différence sur des leurres 4″. Des animations plus lentes, volantes, avec de grandes amplitudes sauront les mettre à table plus concretement. D’abord sur un brochet de 58 cm pour Pavince qui vient enfin le récompensé de cette recherche de pattern un peu fastidieuse aujourd’hui, pris sur un shad one up rose 5″. Puis plus tard, et ayant opté pour un Keiteich Swing Impact 8,5 cm coloris blanc, un 64 cm bien tonique. Les touches sont enfin appuyées et les combats violents, les brochets sont bien gras, signe qu’ils se nourrissent beaucoup en ce moment. Malgré cet entrevue de pattern, les choses se calmeront relativement vite, et à part un poisson qui paraissait maillé, décroché par Pavince sur un BX Swimmer, et un petit brochet de 45 cm venu happer un Sawamura 3″ blanc, il faudra attendre la fin de journée pour retrouver un semblant d’action. Un retour à l’emploi d’un Swing Impact fera encore la différence, même type d’animation, même coloris, et des tailles qui augmente pour passer la barre des 70 et atteindre 74 cm. Désolé pour ces photos « médiocres », la carte SD de l’une de nos Gopro ayant subit un crash qui nous privera de certaines vidéos. Pipo de son coté, ayant testé d’autres alternatives, se retrouvera fil coupé sur une touche assez sèche, avec une cuillère ondulante agrémentée d’une palette interne, qu’il laissera au protagoniste, il ne fallait pas rater sa touche du jour aujourd’hui. Pavince mettra au sec un dernier bec de 62 cm, toujours sur la même technique et avec le même leurre. Bilan de cette première session, 5 brochets pris (45cm à 74cm), un décroché, une casse. Un résultat encourageant et plutôt bon au vu de cette activité tatillonne.

Sur la deuxième session, en milieu de mois, le beau temps est de la partie, mais pas les poissons. Ils sont toujours aussi tatillons, et le peu de touche prise sont sans suite, on ramène des leurre sortis des têtes plombées, complètement abimés, ou bien la queue coupée. Tout ceci est rageant, surtout lorsque l’on s’aperçoit qu’ils attrapent le même type de leurre et qu’on en a plus dans les boites. Il faut ruser pour continuer à prendre des touches et l’on n’hésite pas à les monter à l’envers, de coté, ou même à les raccourcir en leur coupant la tête. Peut importe l’esthétique, c’est la vibration qui semble compter aujourd’hui. A force d’abnégation, Pavince pourra célébrer son seul bec du jour et maillé à 65 cm, sur la même technique et avec le même leurre que sur la session précédente, quelque chose se dessinerait-il ici ?! Pipo ira aussi de son bec maillé, et un spécimens à priori en chasse, à l’affut sous le bateau, puisqu’il montra au dernier moment puncher le leurre sous la surface dans une violence rare, faisant plier la canne en voulant rejoindre les profondeurs. Un bon controle de celle ci et un calme légendaire lui offriront son seul poisson du jour. Bilan de cette deuxième session, 2 brochets, 62 et 65cm, lol69 ramènera son one-up chartreuse en lambeau sans avoir pu y accrocher autre chose que des regrets.

Sur notre dernière sortie de cette saison 2017-2018, le dernier jour praticable d’ouverture, c’est le coeur serré qu’on se retrouve en espérant tous scorer avant de ranger les cannes jusqu’au 1er mai. On rejoint lol69 en tram avec Pipo lorsque celui ci nous annonce avoir déjà préparé le bateau et embarqué sans nous attendre. Etait-ce un ressenti spécial ou une envie trop forte de se jeter sans plus attendre pour profiter de ce dernier jour de pêche aux leurres, mais lol69 aura eu du flair, le bon flair… C’est donc seul, en nous attendant, qu’armé de ses nouveau leurres souples blanc, fraichement achetés au vu des résultats des sessions précédentes, qu’il pourra sentir la tape lourde juste après la tombée du leurre. Sur la première traction, il sera bloqué par du gros. Le poisson tient le fond et lui prends même un peu de frein, « un petit silure » se dit-il… En bridant un peut et en jouant le coup a fond, il pourra rapidement voir qu’il tenait la son potentiel record annuel. Après un combat digne de ce nom, il pourra célébrer un magnifique spécimen qui révélera 86 cm, lorsque nous arriverons quelques minutes après, pour procéder à sa mesure et à la photo. Félicitations à lui, il fera son plus beau poisson de cette saison sur son dernier jour de pêche, comme quoi il faut savoir être patient à la pêche et cela paye ! Emotions passées, on commencera nous aussi notre partie du jour, toujours sur la même zone, plein d’espoir d’en faire autant que lui. Commencer sa journée à la vue d’un poisson dépassant les 80 cm vous met toujours en appétit, et un certaine folie s’est emparé du bateau. lol69 décompense un peu et sa pratique s’en ressent légèrement, il ira de pattern farfelu en idées saugrenues, apportant au bateau son lot de rire toujours agréables lors de pratique entre potes. C’est pourtant lui qui prendra la deuxième tape du jour, sur son poulpe / tube d’aspirine armé d’un sandra blanc, le brochet montra taper dedans juste à l’aplomb du bateau sans s’en saisir, de quoi bien nous amuser une fois de plus. Coté Pavince, on ne se pose pas de question, on utilisera les mêmes pattern ayant plutôt bien fonctionnés sur les deux sessions précédentes, un leurre souple Swing Impact blanc monté sur une tête plombée 7 grammes. Sur ce début de session, les brochets ne semblent pas réactifs sur ce type de leurre et d’animation. Il faut se remettre en cause et essayer autre chose. On essayera diverses propositions sans que cela soit productif. Le doute s’empare et il faut réfléchir, utiliser des choses que l’on avait peu être omis d’essayer, se plonger dans les souvenirs du passé, de ce qu’on avait oublié au fond des boites et qui pourrait fonctionner. Pavince retournera sur un grand classique de l’année 2014-2015 que l’on avait un peu délaissé au vu de ses faibles résultats, un Rapala Tail Dancer, dont le coloris Rouge Orange irait parfaitement avec ces coloration verdâtre du moment. Il fallait trancher dans ces eaux teintées, pouvoir pêcher lentement tout en ayant des vibrations suffisantes, en pouvant jouer de pause plus ou moins courte, il pouvait être la solution du jour. Et cela ne manquera pas d’opérer, puisqu’après quelques minutes d’ajustement pour trouver l’animation parfaite, il pourra déclencher un bec bien énervé, qui, après une pause du leurre, viendra s’en saisir du bout des lèvres à la reprise de l’animation. 70 cm qui ouvre enfin son compteur journalier et qui donne du coeur à l’ouvrage pour continuer cette partie qui s’annonçait plus difficile que prévue. Il continuera à persévérer avec ce leurre, lui permettant de faire deux prises supplémentaires, toujours sur des animations lentes agrémentée de pauses plus ou moins longues. Des fois ils engament le leurre, d’autre coup ils sont piqués sur le bout des lèvres, signe que l’activité n’est pas uniforme. Ce qui est homogène, c’est qu’une fois piqué, ils sont systématiquement très toniques et bien gras, les combats sont donc énergiques et ils faut savoir brider pour ne point les laisser rejoindre le dessous du bateau ou ils semblent vouloir se réfugier. 3 poissons en 50 minutes sur le même leurre, le pattern du moment a fonctionné mais cela s’arrêtera pas la, quelques minutes plus tard, et alors qu’il longeait le bateau très lentement, le leurre fut stoppé net. Un ferrage appuyé et le combat pouvait commencer, avec un brochet décider à en découdre, il fera des aller et venu le long du bateau, alternant tentative de rejoindre la fond et un saut périlleux magnifique hors de l’eau, lui permettant au passage de se dépiquer un peu plus du leurre qu’il avait saisi du bout des lèvres. Quelques secondes plus tard, après s’être tanké dans des herbiers, il donnera deux coup de tête lui permettant de se décrocher définitivement, dommage il avait l’air bien maillé. Après cela, le Tail Dancer se muera dans le silence et il faudra reprendre les bonnes vielles habitudes leurre souple, pour peu que les choses aient évoluées dans le bon sens. On s’arrêtera manger un moment, profitant de quelques bouchées pour effectuer quelques lancers malgré tout. Bien à nous puisque nous pourrons dénicher un secteur ou semble se tenir un energumen assez speedé, qui prends les leurres à quasi chaque passage. D’abord Pavince, qui se fera déboiter le leurre deux fois, puis lol69 qui verra son hameçon chance sectionné au premier passage juste après, un bas de ligne kevlar indien n’ayant pas résisté ! Au passage suivant, Pavince pourra célébrer le gourmands du coin, certes pas bien gros mais très excité, 62 cm. Cette après midi encore les poissons semblent réceptifs à cette proposition leurres souple blanc, tête plombée 7 grammes. Et cela se poursuivra après le repas, d’abord pour lol69 qui pourra lever son deuxième bec du jour, 63 cm pris aussi au Keiteich, mais en 5″ coloris imitatif sur une tête plombée 5 grammes, un montage léger lui permettant de peigner lentement la couche supérieure. On ne laisse pas descendre les leurres et toutes les prises se font entre deux eaux, à distance homogène d’une vingtaine de mètre du bateau. Ici aussi le brochet est bien gras et offrira une belle combativité. Puis c’est à Pavince qui, décidément, enchaine les prises aujourd’hui, de s’offrir un cinquième bec de la journée, 64 cm. Puis pour finir un dernier 59 cm, repris au Tail Dancer, l’emploi de leurre souple ayant cessé son effet, un retour à ce qui avait fonctionné plus tôt dans la journée permettra de vénérer un dernier brochet juste pas maillé, qui présentera pas mal de trace de morsure, signe que du beaucoup plus gros nage dessous, et qu’une concurrence certaine opère sous nos pieds. Bilan de cette dernière session, 8 brochets seront pris, 59 à 86 cm, un score plus qu’honorable, il fallait avoir le bon geste et le bon leurre, au bon moment et au bon endroit, comme d’habitude finalement 😉


Bilan sur cette fin de janvier 2018, On aura réussi à déclencher du poisson maillés et surtout très combatif et bien gras. Le leurre qui se détache est sans aucun doute le Keiteich Swing Impact 8,5 cm en coloris blanc si tant est qu’il est été monté sur le bon grammage pour le lieu. On note un bon retour du Tail Dancer de chez Rapala qui tire son épingle du jeux, notamment sur la dernière sortie. On aura fait une quinzaine de brochet, dont une bonne dizaine passant la barre des 60 cm, assez rare pour ne pas l’évoquer.


Une petite vidéo pour mieux se rendre compte pour les amateurs… (8min – 182 Mo).

A bientôt pour d’autres pêches dans le Rhône… 😉


 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WordPress | Designed by: Web Hosting Directory

Accueil | CGU | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush