Sessions Carnassiers – Novembre / Décembre 2017


Novembre – Décembre 2017, les sessions carnassiers.

bord-greenLe Grand Colombier bord-greenLe Grand Large

bord-blueflaot-bluebord-blueLes pictos bleus représentent les eaux « ouvertes », lônes, rivières, fleuves…

bord-green Float-green boat-greenles pictos verts, les eaux « fermées », plans d’eau, étangs, lacs…

Sur ces mois de fin d’année 2017, on espérait tous un mieux coté pratique, mais la météo, notamment du mois de novembre, ne nous laissera guère le choix. Novembre est couvert par les pluies et les températures qui chutes. Les week-end, seul instants de disponibilités, sont moroses et nous les passerons au chaud plutôt qu’abord de l’eau. C’est bien dommage car quelques crues sont à noter et nous aurions pu en profiter pour retourner dans les lônes du Vieux Rhône. Heureusement, on trouvera plus de temps en décembre pour se retrouver en mode Team, sur les quelques opportunités, pour aller taquiner les eaux du Grand Colombier d’Anse et celles du Grand Large.

A coté, et mettant à profit ce temps non passé à la pêche, on continue l’ajout de cartes à iNav, avec un total de 72 cartes 2D et 46 cartes 3D, faisant d’iNav l’application de cartographie la plus complète du marché.


pictograms-nps-fishing Le Grand Large.bord-green  La Team MDL ira l’espace d’une après midi s’essayer au Grand Large. Cette fois-ci, il faudra naviguer sans le moteur thermique, la nouvelle réglementation, fort discutable et non concerté, ayant rendu les choses plus compliquées. A ce sujet, la FishTeam69 vous encourage à signer la pétition pour le retrait de l’arrêter préfectoral. Ils pourront mettre au panier deux jolis brochets maillés, dont un de 77 cm, sur des linéaires armés de poissons nageur. La pratique en eaux plus claire rapportera contrairement au expériences passées où il fallait peigner des eaux plus marquées afin d’obtenir un résultat. Bravo à eux, ce plan d’eau regorge, certes, de brochet de toute tailles, mais il faut savoir les déjouer.

 

pictograms-nps-fishing Le Grand Colombier.bord-green  On pourra, le temps de deux sorties, se retrouver au bord des eaux du Grand Colombier. Les pratiques hivernales sur ce plan d’eau sont toujours très formatrices, et après s’être cassé les dents quelques années, on arrive en entrevoir des patterns pouvant fonctionner et offrir quelques touches trop rares la bas. La pêche en verticale notamment, à laquelle nous nous étions essayé l’année dernière avec les premières prises sur ces techniques. L’expérience de la lecture du sondeur n’y étant pas étrangère, on comprends mieux ce qui se passe à l’écran, et on trouve plus facilement les bancs de poisson très regroupés à ces époques. La pêche hivernale est à la fois plus dure et plus facile. Plus dure car les poissons sont moins actifs, même s’ils se nourrissent toujours, et plus facile car ils sont regroupés. Il suffit donc de débusquer les bancs de fourrage pour trouver quelque fois les carnassiers à leur trousse. Plus facile à dire qu’a faire et il faut posséder les bons leurres. On passe beaucoup de temps à naviguer, les yeux rivés au sondeur, à l’affut de la moindre trace, et de la moindre tache pouvant trahir une présence. Les bancs de fourrage sont plus net à l’écran, et les grosses boules qu’il forme, parfois étendue sur plusieurs dizaines de mètre, ne laisse guère de doute. Une fois trouvées, on se positionne tantôt à l’aplomb pour pratiquer en verticale, tantôt décalés de quelques mètres pour effectuer des linéaires traversant les bancs. La constante du moment est la profondeur, sur la première session les bancs se trouvent systématiquement dans 11m50 d’eau alors que sur la deuxième il faudra les chercher dans 13m50, et dans la plus grande fosse du plan d’eau. A ce sujet, nous avons noté que la topologie a fortement variée depuis la modification du lac et l’amputation de la anse nord. La digue construite ayant surement provoqué un apport de sédiment suffisant pour modifier significativement les profondeurs aux abord de celle ci et de la grand fosse nord qui a été chamboulée, Une nouvelle carte iNav verra le jour rapidement pour rendre compte de ces modifications non négligeables. C’est d’ailleurs le long du boudin flottant servant de limite de chantier que l’on entreverra la premier partie, et dans 11m50 d’eau pour ce qui concerne les bancs de fourrage. Avant ça, et ayant observé des mouvements d’alevins en surface près d’une bordure, Pipo jouera le coup par dessus le boudin, armé d’un leurre souple 3″ coloris blanc, et pourra solliciter un petit brochet qui se trouvait surement à l’affut pour chasser. De quoi ouvrir le compteur journalier, toujours compliqué à débloquer ici. Après cela et ayant localisé le banc de fourrage et/ou perchette, on pourra s’atteler à l’activité en verticale. L’acquisition de lame vibrante et autre Jigging Rap ayant motivé tout le monde pour continuer à se perfectionner sur ces techniques. Et cela ne mettra pas longtemps à fonctionner. D’abord Pavince qui prendra une tape sèche mais sans suite laissant tout le monde plein d’espoir. Puis réitérant les gestes, en variant les amplitudes des tirettes, on pourra enfin déclencher quelques perchettes présentent sous le bateau. Les tapes sont parfois franches, parfois plus molles. Les prises s’enchaineront par intermittences, avec quelques belles à la clef. La majorité des autres prises sont plutôt petites mais laisse espérer une bonne reproduction. Sur des animations en décalé du bateau, Pipo pourra, et par deux fois, déclencher des petits brochets non maillés mais qui font tellement plaisir dans ce cadre et dans ces conditions. On fera une vingtaine de perchette et trois brochets, un fort bon résultat sur ce spot. Sur la deuxième session, il faudra aller les chercher dans 13m50 d’eau, aujourd’hui on trouvera qu’un seul banc principal localisé dans la fosse centrale, la plus grande du lac. Il s’étend sur plusieurs mètre et semble bouger par intermittence. Les poissons sont la mais nettement moins mordeur. On essayera le panel de technique en vigueur pour la verticale et c’est le montage en drop-shot qui se révélera le plus efficace, au moins sur un instant. Pavince sentira la tape lourde et franche qui ne laisse pas de doute sur le protagoniste venu à la rencontre du leurre le plus bas sur le montage. Un brochet de 52 cm venu engamer le leurre souple 2″ monté sur une petite tête plombée de 2 grammes. Un montage plus que léger pour selon que l’on pêche dans plus de 10m d’eau mais qui a peut être fait la différence, en laissant bien planer le leurre lors des lentes descentes. Le graal aujourd’hui puisque les autres prises seront anecdotiques avec quelques perchettes miniatures. La pratique dans de telle conditions de profondeur a tendance à les laisser gonflées. Les percidés étant sujets aux accidents de décompression, on s’entraîne un peu au fizzing, qui consiste à l’aide d’une aiguille à percer la vessie natatoire et ainsi permettre à la perche de regagner les profondeurs. Le « perçage » doit être très précis pour ne pas endommager les organes… Il faut laisser l’air s’échapper sans chercher à accélerer le « dégonflage »… Malgré cela, et nos gestes n’étant pas effectués à la perfection, on en laissera quelque unes sur le carreau en voulant les conserver dans l’épuisette. Il faut les relâcher immédiatement pour éviter ce genre d’accident.

Sur une autre sortie en mode solo, lol69 pourra se faire plaisir avec de la « vraie » touche en verticale qui vous secoue le bras et vous fait monter le coeur dans les amicales. Alors qu’il peaufinait les réglages du sondeur pour entrevoir un peu mieux les actions de fonds, il se fera happer son Jigging Rap 28 grammes, pliant la canne et manquant de l’entrainer avec. Le combat pourra commencer, le trainant de gauche à droite sur le bateau, agrémenté de secousses bien caractéristiques. Après quelques tentatives de mise au sec, jamais faciles lorsqu’on est seul à bord, la ligne cassera net, laissant le leurre et le poisson regagner les fonds… laissant notre John lol69 orphelin une fois de plus. Lui qui avait laisser un Divinator quelques semaines avant sur un combat encore plus féroce, durant lequel il ne verra jamais le protagoniste, se verra aujourd’hui infliger la même sentence mais en ayant aperçu cette fois-ci le coupable qui devait atteindre les 1m50. Un record Silure qui s’échappe sous ses yeux, mais qui donne envie de réitérer ce type d’action. Chose qu’il s’empressera de refaire quelques jours plus tard, accompagné d’un jeune novice inexpérimenté auquel il offrira le plaisir du combat, et pourra, quand à lui, s’armé de ses deux mains pour se saisir du silure qui semblait bien être le même, une vengeance en règle et un plaisir partagé qui donne enfin satisfaction. Que d’émotions sur ce mois de décembre ou les silures du Colombier semblaient plus actifs que les brochets… même si une prise d’un poisson maillé atteignant les 64cm est à noter.Pêche dans 5/7m d’eau, cuillère numéro 7, descente sur le fond et retour en linéaire lent pour déclencher le seul brochet maillés du mois la bas, félicitations !

 


Bilan sur cette fin de décembre 2017, beaucoup de plaisir pris sur des pêches en verticales, l’emploi de lames vibrantes, Jigging Rap et montage Drop-Shot, ayant donnés les meilleurs résultats. Les linéaires lents sur le fond à la cuillère ou au leurre souple (palette en option) on su déclencher du poisson également. On « rate « un mois de novembre qui avait l’air productif au vu des résulats d’autres pêcheurs, notamment au Grand Large, où plusieurs poissons métrés ont été capturés…ça laisse rêveurs. On attaque le mois de janvier avec nos nouvelles cartes 2018, plein d’entrain et d’envie d’aller en découdre avec les plus beau spécimens avant la fin du mois qui marquera la fermeture annuelle, tout du moins, on l’espère tous 😉


Une petite vidéo pour mieux se rendre compte pour les amateurs… (8min18 – 187 Mo).

A bientôt pour d’autres pêches dans le Rhône… 😉


 

 

 

 

 

2 Responses to Sessions Carnassiers – Novembre / Décembre 2017

  1. Geley dit :

    Bonjour,
    je suis pêcheur en bateau aux leurre en no kill et j’aimerais faire une sortie sur le lac des eaux bleues,et ne trouve pas d’infos pour l’endroit de la mise à l’eau des bateaux et les condition, si gratuit,barrieres….etc…
    Pouvez vous me renseigner
    Merci
    Cordialement Benoît
    Si possible réponse par e-mail

  2. Pavince dit :

    Bonjour Benoit
    Il n’y a pas de mise à l’eau bateau spécifiquement aux Eaux Bleue. Il faut un bateau « transportable » que vous pouvez mettre à l’eau sans rampe.
    Moteur thermique interdit.
    Cdt
    PaVince

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Powered by WordPress | Designed by: Web Hosting Directory

Accueil | CGU | Remerciements | RSS : s'abonner | Thanks to Cr@zypush